Castorama admet une "maladresse" quant à la formation des remplaçants polonais

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 02 mars 2018 - 13:46
Image
Des salariés de Castorama et Brico Dépôt aux abords du siège français du groupe Kingfisher, à Temple
Crédits
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
La direction de Castorama a plaidé la "maladresse" et a assuré que les employés licenciés n'auraient pas à former leurs remplaçants.
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
La maison-mère des entreprises Castorama et Brico Dépôt, Kingfischer, a demandé aux 446 employés en passe d'être licenciés de bien vouloir former leurs remplaçants polonais. L'annonce a provoqué un tollé et la direction a admis jeudi avoir fait preuve de "maladresse".

La direction de Castorama admet "une maladresse de formulation" après avoir demandé à ses employés en passe d'être licenciés de bien vouloir former leurs remplaçants polonais mercredi 28.

L'annonce n'était pas du tout passée du côté des syndicats soutenant les 446 personnes qui perdront prochainement leur emploi.

A voir aussi: Kingfisher (Castorama, Brico Dépôt) demande à ses employés licenciés de former leurs remplaçants polonais

Sur Franceinfo, le délégué de Force ouvrière n'avait d'ailleurs pas hésité à évoquer le "cynisme extrême" de Kingfischer, la maison mère de Castorama et Brico Dépôt. Celle-ci leur demandait en outre d'être "professionnels jusqu'au bout".

Face au malaise produit par cette annonce, la direction est finalement revenue sur ses propos jeudi 1er mars en évoquant "une maladresse de formulation" et en assurant qu'elle prenait "en considération les salariés et ce qu'ils peuvent ressentir".

Les remplaçants polonais "devront en effet être formés aux spécificités comptables françaises mais aucun des collaborateurs concernés par une suppression de poste ne sera chargé d'assurer ces formations", a assuré Kingfischer par le biais d'un communiqué signé par le directeur des ressources humaines.

"Je pense qu'ils avaient l'intention de le faire à la base mais ont reculé devant nos réactions", a réagi Jean-Paul Galthier, délégué syndical FO à Castorama au Figaro.

Le groupe a vu son bénéfice net du premier semestre baisser de 323 millions d'euros, soit -8,1%. L'entreprise a donc pour but de "restaurer sa compétitivité" pour faire face aux "mutations profondes du secteur du commerce".

L'entreprise qui emploie 20.000 personnes dans le pays a alors pris la décision de licencier 446 personnes, la majorité issus de Castorama et un peu plus de 80 salariés de chez Brico Dépôt. Les activités de comptabilité de l'entreprise vont être délocalisées à Cracovie en Pologne, ce plan devrait être effectif à la fin de l'année.

À LIRE AUSSI

Image
Des salariés de Castorama et Brico Dépôt aux abords du siège français du groupe Kingfisher, à Temple
Kingfisher (Castorama, Brico Dépôt) demande à ses employés licenciés de former leurs remplaçants polonais
Le groupe Kingfisher (maison-mère des enseignes Castorama et Brico Dépôt) a annoncé, mercredi, que les salariés qui vont être licenciés, devaient former les employés p...
01 mars 2018 - 12:50
Tendances éco
Image
Des manifestants défilent devant le siège de Castorama à Templemars, dans le Nord, pour protester contre l'annonce de suppressions de postes, le 1er décembre 2017
Castorama et Brico Dépôt: annonce de 409 suppressions de postes en France
Le groupe anglais Kingfisher, spécialisé dans les magasins de bricolage, a annoncé mardi la suppression de 409 postes en France chez Castorama et Brico Dépôt, une déci...
13 février 2018 - 16:10
Tendances éco
Image
Des salariés de Castorama et Brico Dépôt aux abords du siège français du groupe Kingfisher, à Temple
Délocalisation de services en Pologne: mobilisation des salariés de Castorama
Les salariés de Castorama et Brico Dépôt (groupe Kingfisher) ont manifesté vendredi contre les centaines de suppressions de postes selon eux que pourrait entraîner le ...
01 décembre 2017 - 13:33
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don