CDG Express: les compagnies aériennes échappent au financement avant 2024 de la ligne de train Paris-Roissy à 24 euros le billet

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

CDG Express: les compagnies aériennes échappent au financement avant 2024 de la ligne de train Paris-Roissy à 24 euros le billet

Publié le 13/12/2016 à 17:41 - Mise à jour à 18:02
©Kenzo Tribouillard/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les compagnies aériennes n'auront pas à mettre la main à la poche pour financer la future ligne rapide qui reliera Paris à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. Du moins pas avant 2024, année de la mise en service de l'infrastructure.

Les compagnies aériennes ont finalement eu gain de cause. La future ligne ferroviaire rapide entre Paris (gare de l’Est) et l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, le "CDG Express" doit toujours être mise en service dès 2024 au prix de 24 euros le trajet pour l’usager. Et les compagnies aériennes n’auront pas à se voir prélever une taxe sur les billets d’avions pour financer l’infrastructure dont le budget est de 1,7 milliards d’euros. Un nouveau montage financier incluant Aéroport de Paris (ADP), SNCF Réseau et la Caisse des dépôts et consignation viendra boucler le financement, en plus d'un conséquent emprunt bancaire.

A l’origine, une taxe de un euro devait être ponctionnée sur chaque trajet au départ ou à l’arrivée de l’aéroport (hors transfert) à partir de 2017. Mais les transporteurs aériens ont exprimé leur mécontentement et dès novembre, le ministre des Transports Alain Vidalies avait annoncé que le prélèvement de la taxe sur les billets d'avion serait finalement reporté à 2024, la date de la mise en service de la ligne. Elle sera fixée à 1,4 euros. La mesure a été confirmée et votée par l'Assemblée nationale.

Le dossier de financement devrait maintenant être soumis aux établissements bancaires qui devraient accorder les 1,4 milliards d’euros nécessaires pour construire les 8 kilomètres de nouvelle voie ferrée et le tunnel nécessaire pour cette ligne rapide. Le trajet de 32 kilomètres entre la gare de l’Est et le terminal 2 de l’aéroport sera ainsi couvert en 20 minutes. Le trajet prend actuellement entre 30 et 20 minutes en RER B, et au moins une demi-heure par la route… quand il n’y a pas d’embouteillages.

Le ticket coûtera surtout deux fois et demie le prix d’un billet de RER pour le même trajet (10 euros) et ne devrait pas permettre d’utiliser le reste du réseau RATP.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :


Les usagers devront débourser 24 euros pour un trajet de 20 minutes.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Tendances éco




Commentaires

-