Crédit immobilier et impôt à la source: sera-t-il plus difficile d'emprunter?

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Crédit immobilier et impôt à la source: sera-t-il plus difficile d'emprunter?

Publié le 24/12/2018 à 16:47 - Mise à jour le 25/12/2018 à 09:40
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): DD.
-A +A

Le prélèvement à la source réduira à partir de janvier 2019 le net à payer aux salariés qui se verront ôter par leur employeur le montant de l'impôt sur le revenu. Les banques pourraient décider d'estimer les capacités de remboursement sur ce nouveau salaire diminué.

Le gouvernement voulait simplifier le prélèvement de l'impôt sur le revenu, mais va-t-il sans le savoir initier un choc majeur dans le marché de l'immobilier et du crédit bancaire? Selon un sondage OpinionWay pour le courtier VousFinancer et relayé par le site Boursorama, plus d'un acheteur potentiel sur deux s'inquiète de l'impact de la mesure sur sa future capacité à emprunter. La case "net à payer" devenant dorénavant inférieur en 2019 à ce qu'elle était en 2018 –pour ceux qui paient l'impôt sur le revenu– ces particuliers craignent que leur banque leur prête moins d'argent à salaire brut constant.

Et s'il est difficile de savoir si la crainte va bien se réaliser, elle n'est en tout cas pas infondée. Les banques en effet appliquaient, pour évaluer la capacité d'endettement des candidats au crédit immobilier, une formule classique: vérifier la part de la charge du crédit dans les revenus fixes du ménage. En théorie, les banques refusent d'accorder un crédit si le montant du remboursement dépasse 33% des revenus. Or, les banques considéraient jusque-là que l'impôt sur le revenu, qu'il soit payé mensuellement ou par tiers, était une dépense comprise dans le "reste à vivre". Prélevé à la source, au moment du versement du salaire, il passe dans la catégorie des dépenses contraintes.

Comment les banques vont-elles faire évoluer leurs critères de sélection? Pour l'instant, seuls quelques rares établissements ont annoncé un changement de leurs méthodes. Le Crédit mutuel et HSBC ont fait savoir qu'ils se pencheront sur le salaire net d'impôt, donc diminué, mais qu'ils redresseront en contrepartie leur taux d'endettement maximal, avec probablement un plafond de 40%.

Lire aussi: Pourquoi les prix de l'immobilier à Paris ne baissent-ils jamais?

Interrogée par le journal Le Figaro, la Fédération bancaire française joue la carte de l'apaisement et assure que "le prélèvement à la source n'aura aucun impact sur la capacité de remboursement et le taux maximum d'endettement calculé au cas par cas". Les banques pourraient cependant se livrer à une étude plus fine des dossiers puisque deux employés qui touchaient jusque-là le même salaire n'auront plus le même net à payer, selon leur situation personnelle.

Mais selon une porte-parole du courtier VousFinancer, "le marché immobilier est souvent impacté par des effets psychologiques, on peut s'attendre à un attentisme des acheteurs au premier trimestre, notamment des acquéreurs les plus jeunes et les plus fragiles". La mesure déjà décriée, confirmée d'extrême justesse par le gouvernement début septembre, va-t-elle initier un big bang immobilier? Début de réponse dans quelques jours.

Voir aussi:

Immobilier - Le Grand Paris va-t-il réduire les inégalités en Ile-de-France?

Impôt ou immobilier: comment prouver le concubinage en cas de problème

Auteur(s): DD.

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les banques vont-elles se baser sur le salaire net d'impôt, donc diminué?

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-