Epargne-retraite: comment le gouvernement veut aspirer les fonds de l'assurance-vie et du livret A

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Epargne-retraite: comment le gouvernement veut aspirer les fonds de l'assurance-vie et du livret A

Publié le 03/05/2018 à 10:49 - Mise à jour à 10:57
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): DD.
-A +A

Dans une interview parue dans "Le Parisien", Bruno Le Maire dévoile des éléments de la prochaine loi Pacte visant à favoriser la croissance et la création d'entreprise. Mais elle prévoit aussi des moyens pour développer les dispositifs de l'épargne-retraite (de type Perco ou Perp). Et la ligne est claire: inciter les Français a user de leur épargne pour ces produits de retraite par capitalisation au détriment d'autres placements.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a répondu ce jeudi 3 à un interview du Parisien où il revient en détails sur certains aspects de la future loi Pacte. Et, en premier lieu, sur les retraites, l'un des points cruciaux de ce paquet législatif.

L'objectif du gouvernement: développer massivement les encours de l'épargne-retraite (Perco ou Perp par principalement), pour qu'ils atteignent 300 milliards d'euros d'ici la fin du quinquennat contre à peine 200 milliards actuellement. Le ministre déplore le chiffre actuel en comparaison des "2.100 milliards d'euros pour le livret A et l'assurance(-vie)". Guère besoin d'être extralucide pour comprendre la stratégie prévue: vider en partie (voire en grande partie) les encours de ces deux produits d'épargne en redirigeant les bas-de-laine des Français sur la retraite par capitalisation.

Une manière sans doute de comprendre pourquoi le livret A voit son taux scotché à 0,75% seulement (certes net d'impôt) et une réforme qui permettra à partir de 2020 de fixer un taux qui pourrait être inférieur à l'inflation, et donc représenter une perte de revenus pour les épargnants qui continuent de plébisciter ce placement simple, sûr et dont les fonds sont constamment disponibles (soit l'inverse de l'épargne-retraite). Idem pour l'assurance-vie qui depuis l'arrivée d'Emmanuel Macron au pouvoir a vu sa fiscalité se durcir avec l'instauration de la flat tax à 30%.

Mais la campagne de charme de la retraite par capitalisation ne s'arrêtera pas là. Bruno Le Maire annonce des incitations fiscales considérables pour rediriger l'épargne des Français imposables: "Pour chaque versement volontaire effectué par l’épargnant, vous aurez le droit à une déduction fiscale. Par exemple, si vous versez 1.000 euros sur votre compte épargne-retraite, quel qu’il soit, vous pourrez déduire ce montant de votre revenu imposable. Cette déduction se fera dans la limite des plafonds existants (soit 30.000 € par an pour un PERP par exemple). Par ailleurs, si vous choisissez de sortir en rente, ce sera fiscalement avantageux à la sortie" annonce le ministre.

Lire aussi - "Exit tax": Bruno Le Maire nie toute politique "socialement injuste"

La fusée de l'épargne-retraite est donc sur la rampe de lancement de la loi Pacte et espère bien se substituer au livret A et surtout à l'assurance-vie, qui servait pourtant dans la stratégie de certains épargnants à se financer un complément de retraite. Faut-il y voir une volonté gouvernementale de donner un sérieux coup de pouce à la partie "capitalisation" de la retraite alors qu'une réforme sur le régime général doit être enclenchée pour 2019?  Lors de son interview par Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel le 15 avril, Emmanuel Macron assurait vouloir "consolider le système de retraite par répartition".  On sait maintenant ce qu'il en est pour la retraite par capitalisation: la législation fisclae sera à son service pour son plein développement.

Auteur(s): DD.

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Bruno Le Maire confirme de fortes incitations fiscales pour l'épargne retraite au détriment des autres placements.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-