Fessenheim: la stratégie du PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy pour tenter d'empêcher la fermeture

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Fessenheim: la stratégie du PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy pour tenter d'empêcher la fermeture

Publié le 06/04/2017 à 10:19 - Mise à jour à 10:53
©Michelle Tantussi/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): MM

-A +A

Le conseil d'administration d'EDF doit voter ce jeudi la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim comme le voulait la promesse électorale de François Hollande. Pour autant, le PDG de l'électricien pourrait faire de la résistance.

Le sort de la centrale nucléaire de Fessenheim devrait se jouer ce jeudi 6 lors d'un vote historique au conseil d'administration d'EDF. Les actionnaires devront se prononcer sur cette promesse de campagne de François Hollande, qui fixait initialement la fermeture à 2016. Toutefois, si l'on en croit Le Parisien/Aujourd'hui en France, le PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy, aurait une stratégie pour repousser ce vote capital.

En effet, il compte jouer sur l'opposition des différents groupes qui compose le conseil d'administration d'EDF, composé de 18 personnes. Les six administrateurs proposés par l'Etat s'abstiendront de voter pour éviter un conflit d'intérêt tandis que la position des administrateurs salariés est connue: ils voteront contre la fermeture du site.

Reste dont le vote des administrateurs indépendants -Laurence Parisot (ex Medef), Colette Lewiner (Capgemini), Bruno Lafont (ex Lafarge), Claire Pedini (Saint Gobain), Philippe Crouzet (Vallourec)- et de Jean-Bernard Lévy dont la voix compte double en cas d'égalité. 

"Un seul administrateur indépendant peut faire basculer le vote" explique une source proche du dossier au quotidien. Face à ce risque, Jean-Bernard Lévy étudierait donc une stratégie pour repousser le vote final de la fermeture de Fessenheim. Pour cela, toujours selon Le Parisien, le PDG envisagerait de faire voter une motion lui donnant mandat d'être le seul à décider de la date de fermeture.

Et ainsi attendre la fin de la mandature de François Hollande, en envisageant que le prochain président de la République soit plus favorable au maintien en fonction du site nucléaire alsacien. En effet, si Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et Emmanuel Macron sont favorables à la fermeture de Fessenheim, François Fillon et Marine Le Pen y sont opposés.

A noter qu'un nouveau scénario a émergé qui accorderait une nouvelle marge de manœuvre à EDF et serait censé "convaincre les administrateurs". En effet, La centrale alsacienne ne fermerait pas si la capacité de production nucléaire française était amenée à baisser en dessous du plafond prévu par la loi, par exemple dans le cas d'une indisponibilité d'un réacteur sur une longue durée. La loi sur la transition énergétique plafonne en effet les capacités de production nucléaire à leur niveau actuel de 63,2 gigawatts. C'est d'ailleurs pour cela que l'arrêt des deux réacteurs de Fessenheim doit en principe intervenir au moment où l'EPR en construction à Flamanville doit entrer en service, soit à l'horizon 2019.

Auteur(s): MM


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy souhaite éviter la fermeture de la centrale de Fessenheim.

Newsletter


Fil d'actualités Tendances éco




Commentaires

-