Immobilier - Investir dans une résidence secondaire: des bons plans et beaucoup de risques

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Immobilier - Investir dans une résidence secondaire: des bons plans et beaucoup de risques

Publié le 28/08/2017 à 17:02 - Mise à jour à 17:14
© FRED TANNEAU / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Lorsque la résidence principale est acquise, la volonté de s'acheter une villa secondaire reste un souhait de placement apprécié des Français. Cependant, depuis la crise, le marché reste assez déprimé, ce qui laisse entrevoir à la fois des possibilités de plus-values mais aussi des risques.

Si dans les plus grandes villes le marché de l'immobilier continue à se maintenir à un niveau très élevé, et ne semble pas pour l'instant inquiété par la hausse probable des taux d'intérêts, c'est plutôt du côté du marché des résidences secondaires que de bonnes affaires sont jouables.

Après un début de décennie 2000 marqué par les successions de hausse grâce à la venue de plus en plus importante de résidents étrangers (venant du Benelux, du Royaume-Uni ou même de Russie), le marché a connu un énorme trou d'air à partir de la crise de 2008. Pour dégager des liquidités, les résidents étrangers se sont brusquement mis à vendre leurs biens et, plusieurs années après, le marché n'est toujours pas remonté.

D'après le journal Le Parisienqui publie une infographie suggérant quelques secteurs intéressants pour investir, le prix de certains logements accuse une baisse de 30% en Bretagne, en Bourgogne ou en Lozère et de 15% sur la Côte d'Azur par rapport à la période dorée avant la crise. Soit autant de possibilités de plus-values si les prix retrouvent leurs sommets.

Cependant, et comme le confirme le journal, la résidence secondaire reste un placement risqué (au-delà de son intérêt strictement privé pour ses vacances bien entendu). En effet, la possession d'un tel bien immobilier qui n'est occupé que quelques semaines par an nécessite en outre d'y dépenser entre 1,5% et 2% de sa valeur à titre des charges fiscales ou d'entretien. Et, notamment depuis la crise, la hausse de l'immobilier n'a jamais permis de couvrir ces frais.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Depuis la crise de 2008, l'immobilier a baissé dans ces secteurs et peinent à remonter.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-