Inquiétudes autour de la dette croissante des infrastructures ferroviaires françaises

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Inquiétudes autour de la dette croissante des infrastructures ferroviaires françaises

Publié le 15/12/2016 à 15:30 - Mise à jour à 15:32
©Chamussy/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le régulateur du rail, l'Arafer, a fait état jeudi de "sa vive préoccupation sur le projet de budget 2017 de SNCF Réseau", le gestionnaire d'infrastructure ferroviaire, dont la dette devrait croître de 2 à 3 milliards d'euros par an. Des sources d'économies, ou de nouvelles dotations seraient nécessaires.

Le régulateur du rail, l'Arafer, a fait état jeudi 15 de "sa vive préoccupation sur le projet de budget 2017 de SNCF Réseau", le gestionnaire d'infrastructure ferroviaire, dont la dette devrait croître de 2 à 3 milliards d'euros par an.

"A l'examen des grands équilibres du projet, les efforts de productivité de SNCF Réseau demeurent beaucoup trop modestes pour mener à bien le redressement économique de l'entreprise ferroviaire", dont la dette dépassait 44 milliards d'euros au 30 juin et pourrait atteindre 48 milliards fin 2017, indique l'Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer) dans un communiqué.

Ce redressement "exige des objectifs de performance d'une toute autre ampleur que celle envisagée dans le projet de budget pour 2017", affirme l'autorité.

Ainsi, "malgré l'objectif d'une maîtrise de l'endettement, (...) l'Arafer constate une nouvelle aggravation de la dette de SNCF Réseau, qui devrait continuer à augmenter de 2 à 3 milliards d'euros par an dans les années à venir. Cette situation fragilise SNCF Réseau, notamment si les taux d'intérêt remontent durablement", relève l'Arafer.

Le gendarme du rail "s'inquiète du désengagement financier de l'Etat" et l'incite "à revoir, dans le futur contrat de performance (attendu d'ici la fin de l'année, NDLR), les moyens et le niveau de son soutien financier".

Trois contrats de performance (un pour le groupe SNCF, un pour SNCF Réseau, et un pour l'opérateur SNCF Mobilités), inscrits dans la réforme ferroviaire de 2014, doivent fixer la trajectoire financière de la SNCF.

L'Arafer déplore que ces contrats ne soient toujours pas signés et estime que "l'absence persistante d'un cadre financier pluriannuel prive SNCF Réseau et l'Etat actionnaire d'outils de pilotage et de suivi exigeants (...) Il est urgent de conclure dans les meilleurs délais un contrat ambitieux, porteur de visibilité pour l'ensemble des acteurs du secteur ferroviaire".

"Les informations apportées par SNCF Réseau suite aux questions de l'Arafer ne sont pas suffisamment détaillées pour permettre au régulateur d'apprécier les efforts de productivité réalisés en 2016, ni, par conséquent, la pertinence de l'effort prévu pour 2017", regrette encore l'Arafer.

Des prévisions budgétaires ont été présentées aux organisations syndicales mercredi lors du comité central du groupe public ferroviaire. Celles-ci ont émis un avis négatif, seulement consultatif. Pour 2016 comme pour 2017, le chiffre d'affaires de SNCF Réseau est attendu à 6,4 milliards d'euros.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La dette du gestionnaire des infrastructures ferroviaires va croître de 2 à 3 milliards par an.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-