Kingfisher (Castorama, Brico Dépôt) demande à ses employés licenciés de former leurs remplaçants polonais

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 01 mars 2018 - 12:50
Image
Des salariés de Castorama et Brico Dépôt aux abords du siège français du groupe Kingfisher, à Temple
Crédits
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Les syndicats dénoncent des propositions de reclassement jugées largement insuffisantes.
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Le groupe Kingfisher (maison-mère des enseignes Castorama et Brico Dépôt) a annoncé, mercredi, que les salariés qui vont être licenciés, devaient former les employés polonais qui prendront la suite. Les syndicats dénoncent un "cynisme extrême".

Ils seront licenciés et l'enseigne qui les emploie n'a pas hésité à leur demander de former ceux qui prendront leur place. Kingfisher, la maison-mère des enseignes Castorama et Brico Dépôt a confirmé mercredi 28 que 446 postes en France seront supprimés.

La première annonce avait été faite en novembre 2017. Les postes en question sont ceux des services administratifs et comptables du géant du bricolage qui souhaite centraliser ces métiers sur son site de Cracovie en Pologne.

Les syndicats dénoncent des propositions de reclassement jugées largement insuffisantes puisque les postes proposés aux personnels des services administratifs sont des emplois de vendeurs ou de caissiers dans les 221 magasins de Kingfisher en France. La CGT estime en outre que les indemnités de départ proposés sont trop faibles.

Lire aussi - Délocalisation de services en Pologne: mobilisation des salariés de Castorama

Mais c'est un autre point de ce plan de départ qui provoque la consternation: Kingfisher souhaite, toujours selon les syndicats, que les futurs salariés polonais viennent faire des stages en France où ils seront formés aux subtilités de la comptabilité française par ceux-là mêmes qui vont bientôt prendre la porte.

Un délégué Force ouvrière n'hésite pas à parler de "cynisme extrême" sur Franceinfo pour commenter cette exigence de l'employeur qui, de son côté, exige de ses futurs ex-employés d'être "professionnels" jusqu'au bout de leur contrat qui va bientôt prendre fin.

La Pologne, bien que membre de l'Union européenne, affiche un salaire moyen de 4.530 zlotys brut par mois, soit 1.080 euros environ. Le salaire minimum dans le pays est de 2.100 zlotys, soit un peu plus de 500 euros.

À LIRE AUSSI

Image
Des salariés de Castorama et Brico Dépôt aux abords du siège français du groupe Kingfisher, à Temple
Délocalisation de services en Pologne: mobilisation des salariés de Castorama
Les salariés de Castorama et Brico Dépôt (groupe Kingfisher) ont manifesté vendredi contre les centaines de suppressions de postes selon eux que pourrait entraîner le ...
01 décembre 2017 - 13:33
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don