Lactalis met fin à son contrat avec des producteurs de lait suite à la diffusion d'un reportage

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Lactalis met fin à son contrat avec des producteurs de lait suite à la diffusion d'un reportage

Publié le 27/01/2017 à 20:41 - Mise à jour à 20:43
©Jean-Sébastien Evrard/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Un reportage diffusé dans l'émission "Envoyé spécial" sur France 2 montrait des producteurs déclarant leur mécontentement face à la politique de Lactalis. Le géant laitier a décidé de mettre fin à la collaboration.

Des producteurs de lait ayant témoigné leur mécontentement vis à vis de Lactalis lors d'un reportage sur France 2 ont vu leur contrat rompu par le géant laitier, a-t-on appris vendredi auprès des éleveurs et du numéro un mondial des produits laitiers.

"S'il vous appartient d'être en désaccord avec notre politique d’approvisionnement lait, celle-ci reste cependant de notre ressort et ne peut en toute hypothèse faire l'objet d'un tel dénigrement. Au regard du contexte général ayant entouré vos déclarations, nous avons pris la décision de mettre un terme à nos relations", peut-on lire sur un courrier envoyé à l'un des éleveurs dont l'AFP a obtenu une copie.

Le reportage intitulé "Sérieusement? Lactalis: le beurre et l'argent du beurre?" avait été diffusé le 13 octobre dans l'émission Envoyé Spécial sur France 2 et mettait en cause le groupe laitier et son PDG Emmanuel Besnier.

"Je ne pensais pas qu'ils oseraient le faire", explique l'un des producteurs ayant requis l'anonymat, craignant de ne pas retrouver une nouvelle laiterie.

Cinq producteurs sont concernés par cette rupture de contrat, avec préavis de 12 mois.

Contacté par l'AFP, le porte-parole de Lactalis Michel Nalet a confirmé l'envoi du courrier et expliqué qu'"il n'est pas possible de poursuivre une relation avec des producteurs qui dénigrent" le groupe.

Sur les contrats liant Lactalis aux producteurs de lait, il est spécifié que ces derniers ont l'obligation de respecter l'image du groupe, auquel cas ils peuvent craindre une rupture de leur contrat, a-t-il rappelé.

Dans un communiqué, la Coordination Rurale (CR) "exprime son soutien total aux éleveurs victimes de cette injustice et appelle Lactalis à revenir sur cette décision qui jette le discrédit total sur le groupe".

"Les organisations de producteurs (OP) de Lactalis doivent manifester de manière ferme leur soutien à ces éleveurs et dénoncer cette rupture de contrat arbitraire et injuste", ajoute le syndicat, selon lequel cette affaire "prouve aussi la nécessité de la part des pouvoirs publics de mettre en place très vite une régulation de la production et du marché, seul moyen de rétablir des relations normales entre les producteurs de lait et ceux qui leur achètent".

Ce même reportage sur France 2 avait fait l'objet d'une plainte de la part de M. Besnier qui avait dénoncé des "attaques injustifiées", "la diffusion d'une émission uniquement à charge" et une atteinte à sa vie privée en montrant des images de sa résidence, le château du Vallon à Entrammes (Mayenne).

Mardi, la cour d'appel d'Angers a jugé que "la diffusion à une heure de grande écoute de l’extrait litigieux (...) puis son maintien en ligne sur le canal de rediffusion Pluzz" était "susceptible de porter atteinte" à la vie privée de M. Besnier.

En revanche, elle a débouté le PDG de sa demande d'interdiction de rediffusion par France 2, qui a argué que "le reportage litigieux n’était plus en ligne sur les sites" du groupe "à la date du 26 octobre 2016 et qu’aucune diffusion n’était établie".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les contrats de collaboration spécifiait que les producteurs devait "respecter" l'image du groupe.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-