Nouvelle loi Travail - Plafonner les indemnités prud'hommales, la mesure qui pourrait coûter à Macron le soutien de la CFDT

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Nouvelle loi Travail - Plafonner les indemnités prud'hommales, la mesure qui pourrait coûter à Macron le soutien de la CFDT

Publié le 23/05/2017 à 15:33 - Mise à jour à 15:43
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): PP
-A +A

Alors que s'ouvrent ce mardi les premières rencontres entre syndicats et l'exécutif sur la réforme du droit du travail, Emmanuel Macron joue gros. Notamment car une mesure sur laquelle il a fait campagne, le plafonnement des indemnités prud'hommales, est un casus belli pour son principal (le seul?) soutien au sein des syndicats de salariés, la CFDT.

"J'ai demandé (à Emmanuel Macron) que la méthode ne soit pas à la hussarde, qu'il n'y ait pas une forme de précipitation", a mis en garde ce mardi 23 Laurent Berger alors que s'ouvrent les consultations des syndicats sur la réforme du droit du travail. Car le patron de la CFDT, qui continue à observer une position bienveillante -mais prudente- à l'égard du président, le sait: celui-ci veut des résultats rapides et pourra tenter de passer en force par le biais d'ordonnances. Et si les deux hommes paraissent en mesure de trouver un terrain d'entente, un point d'achoppement pourrait bien changer la donne.

Soutien de la loi El Khomri dans sa version remaniée -après négociations-, la CFDT est ainsi favorable à la fameuse inversion de la hiérarchie des normes qui hérisse tant le poil de la CGT ou de FO notamment. La centrale est également prête à discuter à propos de la réforme des instances représentatives: délégués du personnel (pour les entreprises de plus de 10 salariés), comité d'entreprise (50 salariés) et comité d'hygiène de sécurité et des conditions de travail (CHSCT, 50 également) pourraient ainsi être fondus en une instance unique et ce quelle que soit la taille de l'entreprise, pour lutter contre les effets de seuil notamment. La CFDT est de longue date favorable à une représentation syndicale jusque dans les plus petites sociétés.

Que des bonnes nouvelles pour le premier syndicat de France dans le secteur privé? A priori rien d'insurmontable, oui. Mais il y a un "mais". Emmanuel Macron est ainsi très attaché au plafonnement des indemnités prud'hommales, destiné à permettre aux chefs d'entreprise de prévoir les risques et donc de les rendre moins frileux à l'embauche. C'est exactement ce qui hérisse le poil des syndicats de salariés, la CFDT comme la majorité des autres, qui dénoncent une mesure qui favorisera les licenciements abusifs puisqu'il sera désormais possible de calculer le point à partir duquel il est plus avantageux de licencier plutôt que de conserver un salarié, même performant (personne n'est irremplaçable dit le dicton en vogue dans les RH). Les syndicats patronaux y sont pour leur part plus que favorables.

Concilier l'irréconciliable: le premier vrai test, qui s'annonce révélateur, du président Macron.

Auteur(s): PP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La réforme du droit du travail débute officiellement ce mardi 23, avec les premières consultations menées par Emmanuel Macron.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-