Prélèvement à la source de l'impôt: la CGT prédit un "échec"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Prélèvement à la source de l'impôt: la CGT prédit un "échec"

Publié le 26/01/2017 à 18:11
©Joel Saget/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

La CGT estime que le prélèvement à la source est une mesure néfaste. Non seulement elle sera difficile à mettre en oeuvre dans par les personnels des services fiscaux, mais en outre les contribuables devront faire face à de nombreuses difficultés, alors que le modèle classique donnait plutôt de bons résultats.

La mise en œuvre du prélèvement à la source, qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2018, va complexifier les procédures pour les contribuables et mettre davantage en tension les services fiscaux, a estimé jeudi la CGT, qui prédit un "échec".

"Le prélèvement à la source ne va pas faciliter la vie du contribuable, bien au contraire", a prévenu, lors d'une conférence de presse, Eric Aubin, président de la revue de la CGT Nouvelle vie ouvrière, qui consacre un numéro spécial au sujet.

Cette réforme, mesure phare du budget 2017, prévoit que l'impôt sur le revenu soit collecté lors du versement du salaire, à partir du 1er janvier 2018, et non plus un an après, comme c'est le cas actuellement.

Pour les salariés, il sera prélevé par l'employeur et pour les retraités par la caisse de retraite. Les travailleurs indépendants verseront un acompte mensuel ou trimestriel, en fonction de leurs revenus des mois précédents.

Cette réforme n'apportera pas "la simplification attendue par les citoyens, qui pensent qu'ils n'auront plus à faire de déclarations d'impôt. Elle va au contraire multiplier leurs relations avec les services fiscaux", selon Alexandre Dérigny, secrétaire adjoint de la fédération finances CGT.

Le prélèvement en janvier 2018 sera basé sur une estimation des revenus déclarés en 2016, qui ne prendra pas en compte immédiatement les réductions et crédits d'impôt, précise-t-il. Du coup, les contribuables devront attendre "plusieurs mois avant d'être remboursés".

M. Dérigny prédit "un échec" dans la mise en oeuvre en raison de la baisse des effectifs "services fiscaux qui ont subi des milliers de suppressions d'emploi ces dernières années".

Soulignant que le taux de recouvrement avoisine actuellement les 99%, les responsables CGT s'interrogent sur l'"intérêt" d'une réforme. Une "usine à gaz" alors que la mensualisation "fonctionne bien", selon M. Dérigny. "Pourquoi ne pas généraliser la mensualisation et en faire un outil commun à tous?", estime-t-il.

La CGT a également mis en avant des soucis "de confidentialité" pour le salarié, qui pourraient poser problème lors des négociations salariales. "Même le fait de demander un taux neutre ne sera pas neutre, et signifiera pour l'employeur que le salarié a d'autres revenus et un taux d'imposition supérieur au taux neutre", avance M. Dérigny.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La réforme doit rentrer en vigueur le 1er janvier 2018.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-