Total veut racheter racheter le fabricant français de batteries de haute technologie Saft

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 09 mai 2016
Mis à jour le 09 mai 2016
Image
L'entrée du siège du groupe Total.
Crédits
©Charles Platiau/Reuters
Total vise "à terme" un retrait de la cote de sa cible, dont le flottant est important.
©Charles Platiau/Reuters
Total a proposé ce lundi de racheter le fabricant français de batteries de haute technologie Saft pour 950 millions d'euros. Ce projet d'offre publique d'achat (OPA) a été approuvé à l'unanimité par le conseille de surveillance de Saft. L'opération devrait être lancée début juin, après la validation de l'Autorité des marchés financiers (AMF).

Total a proposé ce lundi 9 de racheter le fabricant français de batteries de haute technologie Saft pour 950 millions d'euros, dans le cadre d'une offre publique d'achat (OPA) amicale visant à soutenir l'ambition du géant pétrolier de se renforcer dans l'électricité et les énergies renouvelables. Le projet d'offre, approuvé à l'unanimité par le conseil de surveillance de Saft, vise l'ensemble des actions du groupe au prix unitaire de 36,50 euros, ce qui représente une prime de 38,3% par rapport au cours de clôture de vendredi (26,40 euros), a précisé Total dans un communiqué. "Je pense que c'est une offre raisonnable, la grande majorité des analystes fixant un objectif de cours à 30 euros par action. Et le projet industriel qu'on va présenter devrait convaincre les actionnaires comme il a convaincu le conseil de surveillance", a indiqué le PDG de Total, Patrick Pouyanné, à l'AFP. L'OPA devrait être lancée début juin, après le feu vert de l'Autorité des marchés financiers (AMF).

Total vise "à terme" un retrait de la cote de sa cible, dont le flottant est important. "Notre objectif, c'est de posséder 100% de Saft, de le gérer après comme on gère d'autres filiales", a expliqué M. Pouyanné. Total avait annoncé en avril la mise en place d'une nouvelle branche - "Gaz, renouvelables et électricité" - à partir de septembre prochain pour porter sa stratégie à horizon 2035, axée notamment sur une plus grande présence dans la chaîne de l'électricité et les énergies renouvelables.

Aux côtés de ses activités traditionnelles d'exploration/production de pétrole et de gaz et de raffinage, le groupe est déjà présent dans les énergies dites vertes avec sa participation de plus de 57% dans le fabricant américain de panneaux et de centrales solaires SunPower. "Un des challenges qu'ont les renouvelables pour pouvoir se développer de façon massive, c'est notamment le stockage de l'électricité", a indiqué Patrick Pouyanné. "Maîtriser cette technologie nous paraît être, pour le futur, un des maillons clés d'une ambition de développement dans les énergies renouvelables", a-t-il ajouté. "Je suis convaincu qu'au sein du groupe Total, SunPower et Saft vont se parler pour développer ensemble des solutions pour leurs consommateurs et leurs clients". Saft, dont le bénéfice net a été divisé par plus de trois en 2015, à 13,6 millions d'euros, a annoncé l'an dernier un plan stratégique visant à réorganiser le groupe pour en améliorer les marges.