Uber face à la grogne de ses chauffeurs

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Uber face à la grogne de ses chauffeurs

Publié le 14/10/2015 à 10:41 - Mise à jour à 10:50
©Nederstigt/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les chauffeurs du service de VTC d'Uber ont manifesté mardi 13 suite à l'annonce de l'entreprise d'une baisse de 20% de ses tarifs. Désormais regroupés en syndicat, ils seront reçu au ministère de l'Economie ce mercredi, puis par Uber jeudi 15.

Depuis plusieurs mois, les services proposés par la société Uber ont à plusieurs reprises entraîné le mécontentement de chauffeurs de taxis ou de VTC (véhicules de tourisme avec chauffeur). Mais, mardi 13, ce n'était pas la concurrence mais bien des chauffeurs Uber qui manifestaient devant le siège parisien de l'entreprise américaine.

Cela alors qu'Uber a annoncé baisser les tarifs de son service de VTC UberX de 20% face à une concurrence exacerbée. Le prix minimum de la course avait déjà été abaissé dans les jours précédents de huit à cinq euros.

Une situation intenable selon la centaine de chauffeurs Uber qui se sont rendus devant le siège français de l'entreprise. Ils dénonçaient aussi le lancement d'Uberpool qui permet à plusieurs clients devant effectuer un trajet proche de partager le véhicule. Ils demandaient à être reçu par la direction.

Uber a accepté et la rencontre devrait avoir lieu jeudi 15. Cela pour "faire de la pédagogie" pour les "1% qui manifestent" selon un porte-parole de la société. Elle soutient que la réduction des tarifs de 20% n'aura pas d'impact sur les revenus des chauffeurs. En attendant cette rencontre, ces derniers pourront faire valoir leurs arguments ce mercredi dans le cabinet du ministre de l'Economie Emmanuel Macron.

Certains ont également décidé de se regrouper en syndicat. "Nous allons pouvoir enfin nous défendre légalement. La profession de VTC et de transport de personnes aura un visage", a déclaré à France Info Mohammed Radi, porte-parole du Syndicat des exploitants de transport des personnes et VTC.

Après que le Conseil constitutionnel a validé l'interdiction d'Uberpop, présenté comme un service de covoiturage, la société a contre-attaqué avec UberX, service de VTC. Mais de nouveaux acteurs sont depuis arrivés sur ce secteur.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Uber assure que la baisse des tarifs ne va pas impacter les revenus de ses chauffeurs.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Tendances éco




Commentaires

-