Bourse: Shanghai et Moscou dégringolent, vive inquiétude des marchés

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Bourse: Shanghai et Moscou dégringolent, vive inquiétude des marchés

Publié le 11/01/2016 à 08:56 - Mise à jour à 08:57
©Kacker Pempel/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Chute en Russie et inquiétude pour la Chine: les bourses asiatiques sont toujours dans le rouge ce lundi. Pire: "on ne voit nulle part l'ingrédient d'un éventuel rebond", dit un spécialiste.

Les marchés financiers russes chutaient violemment ce lundi 11 en début de séance, l'indice RTS de la Bourse de Moscou plongeant de plus de 4% et le rouble tombant au plus bas depuis plus d'un an, suivant les places asiatiques et les cours du pétrole.

Le dollar a dépassé 76 roubles et l'euro 83 roubles pour la première fois depuis décembre 2014, au moment de l'entrée de la Russie en crise monétaire. L'autre indice boursier moscovite, le Micex, libellé en roubles et donc moins sensible aux fluctuations de la monnaie, baissait d'environ 2,5%.

La Bourse de Shanghai a elle aussi, et de nouveau, dégringolé ce lundi, poursuivant ses plongeons de la semaine précédente, dans un marché toujours affolé par la morosité de la conjoncture dans la deuxième économie mondiale après la publication d'indicateurs sans éclat durant le weekend.

L'indice composite shanghaïen a chuté en clôture de 5,33%, ou 169,71 points, à 3.016,70 points. De son côté, la Bourse de Shenzhen s'est enfoncée de 6,60% à 1.848,10 points. La place shanghaïenne avait déjà abandonné quelque 10% la semaine dernière, dans un climat de panique générale qui rappelait le krach boursier de l'été 2015, et l'onde de choc avait encore une fois ébranlé les marchés mondiaux.

Si les Bourses de Chine continentale restent largement déconnectées du reste du monde du fait de restrictions drastiques et des contrôles des flux de capitaux, la finance planétaire, elle, est suspendue aux moindres indices d'essoufflement de l'économie chinoise.

Outre les inquiétudes persistantes sur l'assombrissement de la conjoncture, l'affolement des investisseurs chinois --pour l'écrasante majorité des petits porteurs-- avait été exacerbé par la mise en place d'un "coupe-circuit" interrompant automatiquement les échanges en cas de forte baisse.

Le mécanisme, à l'origine de deux séances de débâcle, avait finalement été suspendu par les autorités vendredi 8, rassurant quelque peu le marché --Shanghai avait rebondi de presque 2% vendredi. Un sursaut très temporaire.

Des indicateurs décevants publiés samedi 9 par le gouvernement sont venus alimenter le pessimisme ambiant, provoquant dès l'ouverture ce lundi un nouveau repli des Bourses chinoises. Ainsi, si l'inflation a légèrement accéléré à 1,6% sur un an en décembre, elle reste à un niveau très bas, bien en deçà du niveau cible des autorités, signal d'une demande sans éclat.

Surtout, l'indice qui mesure l'évolution des prix à la vente à la sortie d'usine (PPI) a plongé en décembre pour le 46e mois consécutif, rappelant les déboires du secteur manufacturier chinois, contraint de sacrifier ses prix dans un contexte de baisse des exportations et de demande intérieure atone. "Les marchés sont déjà entraînés dans une spirale baissière, et ils tentent encore de se trouver un plancher", observait Zhang Yanbing, expert du courtier Zheshang Securities. "L'économie reste morose, on ne voit nulle part l'ingrédient d'un éventuel rebond", a-t-il indiqué à l'AFP.

La croissance économique de la Chine devrait avoir ralenti en 2015 à son plus bas niveau depuis un quart de siècle, et pourrait continuer de s'enfoncer en 2016, selon les prévisions médianes des analystes.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


"Les marchés sont déjà entraînés dans une spirale baissière, et ils tentent encore de se trouver un plancher", analyse un spécialiste.

Newsletter


Fil d'actualités Tendances éco




Commentaires

-