Brexit: les allocations dont Cameron voudrait priver les immigrants européens

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Brexit: les allocations dont Cameron voudrait priver les immigrants européens

Publié le 14/02/2016 à 18:10 - Mise à jour à 18:18
©Stefan Wermuth/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Dans le cadre de ses négociations avec ses partenaires européens, le Premier ministre britannique David Cameron a présenté une requête polémique: son gouvernement souhaiterait priver pendant quatre ans les immigrants européens d'aides sociales perçues pour les travailleurs pauvres et d'allocations familiales.

La requête la plus polémique présentée par le Royaume-Uni dans le cadre des renégociations avec ses partenaires européens consiste à vouloir priver pendant quatre ans les immigrants européens de "in-work benefits", des aides sociales perçues par les travailleurs pauvres.

La particularité du système social britannique est de conditionner une grande partie des allocations à l'emploi, et ce dans le but d'encourager l'emploi, même mal payé, en complétant les revenus des travailleurs pauvres. Appelées "crédits d'impôt" (tax credit), ces aides sont versées chaque semaine ou chaque mois aux personnes éligibles travaillant au moins 16 heures par semaine (pour ceux qui ont des enfants, sont handicapés ou ont plus de 60 ans) et au moins 30 heures par semaine (pour les 25-59 ans sans enfant).

Le gouvernement conservateur voudrait également que les travailleurs européens ne puissent pas recevoir d'allocations familiales (surtout si leurs enfants sont restés dans le pays d'où ils viennent) et qu'ils n'aient pas accès aux logements sociaux, là encore pendant quatre ans. "Nous voulons en finir avec l'idée qu'on peut obtenir quelque chose sans contrepartie", a expliqué le Premier ministre britannique David Cameron fin janvier.

Selon un rapport du gouvernement publié en novembre, entre 37% et 45% des citoyens de l'Espace économique européen (pays de l'Union européenne plus la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein) arrivés au Royaume-Uni entre mars 2009 et mars 2013 ont reçu des allocations. Ces chiffres sont contestés par certains experts, qui pointent par ailleurs que c'est la perspective d'un emploi et non celle de percevoir des allocations sociales qui motive la venue d'Européens au Royaume-Uni.

De nombreuses études montrent en outre que les immigrants en provenance de l'UE sont des contributeurs nets à l'économie britannique. Ils ont ainsi rapporté 20 milliards de livres (27 milliards d'euros) au Trésor britannique lors de la dernière décennie, selon un rapport de University College London (UCL).

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


"Nous voulons en finir avec l'idée qu'on peut obtenir quelque chose sans contrepartie", a expliqué David Cameron fin janvier.

Newsletter


Fil d'actualités Tendances éco




Commentaires

-