Chine: pour obtenir des prêts, des étudiantes forcées d'envoyer des photos dénudées

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Chine: pour obtenir des prêts, des étudiantes forcées d'envoyer des photos dénudées

Publié le 17/06/2016 à 15:23 - Mise à jour à 15:43
©tomscy2000/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): DD.

-A +A

Le système de soutien financier des étudiants en Chine est défaillant. Certaines entreprises indélicates en profitent pour garantir des prêts à des conditions indignes.

Certains demandent d’hypothéquer un objet, voire sa maison. D’autres exigent une caution solidaire d’un tiers. Mais certaines plateformes de prêts en ligne en Chine ont trouvé beaucoup plus ingénieux. Ou du moins beaucoup plus compromettant. Selon une information rapportée par le magazine en ligne américain Quartz, plusieurs opérateurs spécialisés dans le prêts pour étudiants exigent de la part des jeunes filles désireuses d’emprunter des photos d’elles entièrement dénudées. Elles doivent se prendre en photo avec une pièce d’identité ou une carte bancaire pour authentifier qu’il s’agit bien d’elles sur la photo.

Pas de remboursement du prêt en temps et en heure? La sanction est immédiate: la photo est mise en ligne sur les réseaux sociaux ou envoyée aux parents de la malheureuse, qui découvre alors sa situation financière et ce à quoi elle a dû se résoudre. Quartz explique que même après le remboursement, certaines photos circulent malgré tout sur le web, parfois vendue par les sociétés qui collectent ces images.

Les prêts en question, eux, s’apparentent en outre souvent à de l’usure. Variant le plus souvent de 500 à 5.000 yuans, soit entre 68 et 680 euros, ils peuvent afficher des taux d’intérêt de 30%... par semaine.

Les révélations sur cette pratique ont suscité l'indignation sur les réseaux sociaux, notamment sur Weibo (l’équivaent chinois de Facebook). De nombreux internautes condamnent en effet l'absence de réaction à un phénomène connu de la jeunesse, des autorités dépassées, à qui est reprochée notamment le faible soutien dans l’octroi de prêts étudiants "normaux" poussant les plus démunis dans les mains de ces prêteurs.

 

Auteur(s): DD.


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les jeunes femmes se voient imposer des taux hebdomadaires de 30%.

Newsletter


Fil d'actualités Tendances éco




Commentaires

-