En Inde, une start-up propose de faire la queue à la banque à votre place

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

En Inde, une start-up propose de faire la queue à la banque à votre place

Publié le 23/11/2016 à 11:54
©Kuruman/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Face à la pénurie de liquidités, les files d'attente devant les banques indiennes n'en finissent pas de s'étirer. Et de durer. Ce qui a donné à certains de nouvelles idées de business à développer.

Pas envie de faire des heures de queue devant une banque indienne prise d'assaut pour retirer de l'argent? Une application propose d'embaucher quelqu'un pour piétiner à votre place.

Depuis deux semaines, les longues files d'attente ne désemplissent pas devant les établissements bancaires de ce pays de 1,2 milliard d'habitants après la démonétisation brutale des billets de 500 et 1.000 roupies (6,5/13 euros).

Pour les plus impatients ou occupés, une start-up de New Delhi a trouvé une parade: payer une personne pour faire la queue pour eux. 90 roupies (1,2 euro) par heure, huit heures d'attente maximum.

L'entreprise BookMyChotu -"chotu" signifie "un garçon" en hindi-, qui proposait à la base d'embaucher des personnes pour des services ponctuels, s'est habilement adaptée à la pénurie d'argent liquide et à la ruée sur les banques qui frappe le pays.

"Vous êtes à court d'argent? Vous avez besoin d'embaucher quelqu'un pour faire la queue devant la banque/le DAB jusqu'à ce que se soit votre tour?", demande une publicité sur le page Facebook de l'entreprise.

"Nos garçons n'entreront pas à l'intérieur des banques, ils resteront juste dans la queue pour nos clients", ajoute-t-elle.

Le service n'est disponible qu'à Delhi et ses villes satellite.

En raison de l'affluence, les banques indiennes sont souvent à sec ces derniers temps dans un pays où 90% des transactions s'effectuent en liquide.

La pénurie d'argent liquide a entraîné un ralentissement de l'activité économique, qui pourrait impacter la croissance de l'Inde.

Mais le gouvernement estime que la mesure, en forçant une partie de l'énorme secteur informel du pays à rentrer dans le système bancaire, contribuera in fine à faire croître le PIB.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le pays a brusquement réformé son système monétaire.

Newsletter


Fil d'actualités Tendances éco




Commentaires

-