Traversées de la Manche: la pression s'accentue sur le détroit du Pas-de-Calais

Auteur:
 
Par Zoé LEROY - Lille (AFP)
Publié le 04 novembre 2021 - 18:46
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
France-Soir
Crédits
©DR
France-Soir
©DR

Deux morts, un disparu et des centaines de personnes secourues en deux jours: les tentatives de traversées de la Manche par des migrants sur des bateaux se multiplient ces derniers jours au large du Nord et du Pas-de-Calais, un bilan "très lourd" mobilisant d'importants moyens aériens et maritimes.

Jeudi matin, le corps d'un migrant a été retrouvé "dans une embarcation de 3,5 mètres remplie d'eau sur une plage de Wissant", a indiqué à l'AFP une source proche de l'enquête. A ses côtés, deux personnes "en état d’hypothermie sévère" ont été transportées à l’hôpital.

Deux autres migrants, signalés aux autorités maritimes comme des "naufragés à la mer" dans le même secteur, ont finalement été "retrouvés dans la journée sur la plage", indique jeudi soir la préfecture maritime dans un communiqué.

La veille, un migrant est décédé, un autre a été porté disparu et 779 personnes ont été secourues en mer suite au naufrage de plusieurs embarcations de fortune dans la Manche, selon la préfecture maritime.

Ces opérations de sauvetage ont nécessité l'intervention de plusieurs navires de la Marine nationale, de vedettes de la gendarmerie maritime, de diverses unités de la SNSM (société nationale de sauvetage en mer) ou encore de deux hélicoptères des armées française et belge.

"Tous les moyens sur zone ont été impliqués pour porter secours aux personnes", affirme Marine Gauthier, officier de communication de la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord, soulignant un bilan "très lourd", "exceptionnel". "C’est l’une des rares fois où on a eu autant d’opérations avec autant de personnes concernées depuis le début du phénomène."

Les années précédentes, "sur la même période, on observait une diminution des tentatives de traversées en se rapprochant de l’hiver avec une baisse des températures", affirme Mme Gauthier, rapportant ces derniers jours "de nombreux cas d’hypothermie".

Depuis fin 2018, les traversées illégales de la Manche par des migrants cherchant à gagner le Royaume-Uni explosent: de janvier à fin octobre 2021, la préfecture maritime comptabilise "1.008 événements liés à des tentatives ou traversées vers le Royaume-Uni par voie maritime impliquant 24.655 personnes" dont "5.713 naufragés ont été secourus".

- "vraiment exponentiel" -

A terre, un TER a percuté jeudi soir un groupe de quatre migrants qui circulaient sur les voies, faisant un mort, un blessé grave et deux blessés plus légers. L'accident s'est produit dans une zone pavillonnaire à l'est de Calais, située non loin d'un campement.

En 2020, les traversées et tentatives de traversées par la mer avaient concerné quelque 9.500 personnes, contre 2.300 en 2019 et 600 en 2018.

"Le phénomène n’est pas nouveau mais on a l’impression que c’est vraiment exponentiel. Ces derniers jours cela atteint des proportions énormes et crée des accidents absolument dramatiques", a réagi auprès de l'AFP Pierre Roques, coordinateur de l'Auberge des Migrants. "Il y a eu un redoux avant l’hiver, je pense qu’il y a une volonté des gens de passer le plus vite possible avant les grands froids", avance-t-il.

"La sécurisation de la frontière pousse les gens à trouver d'autres moyens pour passer en Angleterre, ce ne sont pas les barrières qui arrêtent les gens, ils cherchent juste d'autres moyens pour passer", a regretté Pauline Joyau, d'Utopia 56.

Depuis quelques semaines, "les conditions météo sont exceptionnelles sur le détroit du Pas-de-Calais, la mer est particulièrement calme et on voit les côtes de l'Angleterre tous les jours", note Bernard Barron, président de la station SNSM de Calais.

"Il y a de plus en plus de familles entières sur des bateaux qui ne sont pas adaptés pour traverser la Manche. Avant, on allait chercher quatre, cinq personnes, hier nous sommes allés en chercher 42 à Calais, plus de 50 à Boulogne-sur-Mer, c'est de la folie", ajoute le sauveteur en mer.

Mi-août, le naufrage d'une embarcation dans la Manche a provoqué la mort d'un migrant érythréen. L'an dernier, sept personnes sont mortes dans le détroit du Pas-de-Calais après quatre morts en 2019.