"La liberté est révolutionnaire" Ivan Rioufol

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 06 février 2023 - 21:35
Image
Ivan Rioufol
Crédits
F. Froger / Z9, pour FranceSoir
Ivan Rioufol est journaliste et essayiste.
F. Froger / Z9, pour FranceSoir

"Nous vivons un grand effondrement généralisé du point de vue social, sociétal, économique, militaire, éducatif." Pour cet “Entretien essentiel“, nous recevons le journaliste et essayiste Ivan Rioufol, qui s’est illustré lors de la crise du Covid-19 pour son engagement critique à l’endroit des politiques sanitaires. Selon lui, autour de la colère à l’encontre de la réforme des retraites, il existe "beaucoup de faux-semblants et de trompe-l’œil". D’une part, car l’opposition est portée par "une gauche qui a quasiment disparu“ ; d’autre part, car "on essaye de nous faire croire que les retraites pourraient être le dénominateur commun de toute la colère française, alors qu’elle dépasse très largement ce problème des retraites.“Les syndicats tentent de fédérer une colère qui ne leur appartient pas“, une colère révélatrice d’une crise avant tout culturelle et civilisationnelle, fruit d’un effondrement intellectuel à l’œuvre depuis près d’un demi-siècle, estime le journaliste. Appelant à repenser la société de demain, “qui ne sera pas celle de la gauche“, Ivan Rioufol en appelle donc à une “révolution“ dont l’étymologie – revenir en arrière – nous enjoint en premier lieu à “regarder d’où l’on vient“.

Pour Ivan Rioufol, le système des retraites par répartition est à bout de souffle et il ne faut, à ce titre, pas “être effrayés par la capitalisation : un système appliqué pour le service public et par beaucoup d’autres pays en Europe et ailleurs“. "Il n’y aura plus qu’un 1,2 cotisant pour 1 retraité d'ici à 40 ans", met en garde le journaliste, jugeant que cette feuille de route permettrait de mettre en place un système de retraite “par répartition pour ceux qui ont les revenus les plus faibles et par capitalisation pour ceux qui ont un peu plus de moyens“. Une discussion absente des débats, regrette-t-il, car "les certitudes officielles font office de vérités révélées“. Et de s’étonner : pourtant, le système de retraite par capitalisation dans les années 1930 "marchait bien" avant que le Maréchal Pétain n’instaure un système par répartition en 1941.

Selon l'éditorialiste, la question des retraites demande aussi une réflexion centrée sur la solidarité nationale. En 1945, "la société était homogène et il y avait une solidarité naturelle" : elle ne l’est plus, souligne-t-il. "On voit bien qu’il y a des contre-sociétés qui se sont installées avec des gens qui viennent en France sans vouloir adhérer à la communauté française“. Se pose donc la question suivante : “Est-ce que le Français est d’accord pour payer les retraites de la contre-société et est-ce que la contre-société est d’accord pour payer les retraites des Français natifs ?"

Ivan Rioufol déplore également à notre micro l’absence de débat et de recul critique sur la guerre en Ukraine : "Une troisième guerre mondiale se prépare sans aucun débat" et sans aucune consultation du Parlement. Un conflit sur lequel il est obligatoire d’adopter une lecture binaire “Zelensky très gentil, Poutine très méchant“, mettant en lumière, aux yeux de l’essayiste, un règne de la pensée unique qui résulte notamment d’un “lent processus d’abêtissement général" : “Nous ne sommes pas l’URSS, mais nous sommes traversés par un esprit totalitaire qui ressemble à ce qu’a été l’Union soviétique dans son incapacité à débattre et sa volonté d’imposer une parole uniforme et labellisée par le pouvoir en place." Rappelant que c’est la “parole libérée" qui a fait tomber le mur de Berlin, il se félicite de constater une libération de la parole grâce aux réseaux sociaux dans cette “démocratie confisquée par une caste" hermétique au pluralisme des opinions : "Tout ce monde qui est au pouvoir ne cesse de s’emplir de diversité dès qu’il s’agit de promouvoir la diversité ethnique, culturelle et religieuse, mais dès qu’il s’agit de la diversité intellectuelle... il sort sa kalachnikov."

En témoigne à ses yeux la révocation de ses fonctions du Dr Amine Umlil, pharmacien et responsable de la pharmacovigilance à l’hôpital de Cholet, sur décision du Centre national de gestion. Une sanction qui s’apparente à une “procédure d’épuration au nom d’un principe supérieur qui serait que le Parti a toujours raison, slogan des Soviétiques." Pointant du doigt “les procédés de terrorisme intellectuel" utilisés par ceux qui “n’ont d’autres arguments que des arguments d’autorité pour faire passer des idées qui sont des idées fausses", Ivan Rioufol reste néanmoins confiant que "le scandale lié à toute cette propagande hygiéniste et mensongère va venir“. Et de conclure : "Il faudra demander des comptes à tous ceux qui traitaient de complotistes ceux qui disaient la vérité."

Les temps forts de l'entretien : 

À LIRE AUSSI

Image
Ivan Rioufol, sur le plateau de FranceSoir le 3 février 2022
"Nous vivons une grave crise de l'intelligence" : Ivan Rioufol publie son "Journal d'un paria"
Ivan Rioufol tient son bloc-notes dans les pages du Figaro depuis 20 ans. "Journal d'un paria", aux éditions l'Artilleur, rassemble les chroniques des années 2020-2021...
06 février 2022 - 18:04
Vidéos
Image
Ivan Rioufol edition papier FranceSoir
Un pyromane est à l’Élysée [FranceSoir papier]
TRIBUNE — Emmanuel Macron ? C’est Manuel Valls qui en a parlé le mieux. C’était en mai 2017, dans un entretien au JDD : « Macron est un méchant (…) Il n’a pas de code,...
22 avril 2022 - 18:41
Opinions
Image
Amine Umlil
Décision du CNG : “Cette révocation n’est que de la vengeance. Évidemment, je fais appel“ Dr Amine Umlil
“Ils me reprochent ‘d’avoir manqué à mon obligation de réserve et de neutralité‘. Or, tous les articles du Code de santé publique – même le magistrat l’a admis le jour...
04 février 2023 - 20:55
Vidéos

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Hollande
François Hollande, président belliqueux, mais adepte du scooter
Entre théories politiques floues, promesses électorales non tenues et un penchant pour l'action militaire “à mi-chemin", François Hollande aura été plus souvent à la t...
13 juillet 2024 - 12:16
Politique
19/07 à 17:30
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.