"Ceux qui tuent le plus ne sont peut-être pas ceux qu’on montre du doigt" Bertrand Scholler

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 15 mars 2022 - 18:37
Image
Bertrand_Scholler_galeriste_entrepreneur
Crédits
Xavier Pardessus / FranceSoir
Bertrand Scholler, sur le plateau de FranceSoir le 11 mars 2022.
Xavier Pardessus / FranceSoir

Ingénieur des mines, diplômé de l’école du pétrole et de l’IEP de Paris, entrepreneur en série, Bertrand Scholler nous livre son point de vue sur la situation actuelle dans cet entretien essentiel.

On l’a vu très actif sur compte Twitter, prenant parti pour la Russie sans concession, questionnant le rôle de l’OTAN et des gouvernements. Ayant vécu aux États-Unis et en Russie, fort de ses expériences d’audit chez Arthur Andersen, de banquier d’affaires chez Lazard et de conseil en stratégie chez Bossard, la grille de lecture qu’il nous livre est fondée sur son expérience.

Nous avons réalisé avec lui un tour d’horizon complet des éléments qui l’ont amené à sortir des sentiers battus concernant la crise du Covid et plus récemment la guerre en Ukraine.

Pour comprendre les façons de procéder des puissances mondiales, il compare la Russie à un joueur d’échec, ce jeu tactique où un bon joueur doit sans cesse se dire que le joueur en face est meilleur que lui. En revanche, la Chine serait davantage comparable à un joueur de go, où l’objectif est d’étouffer son adversaire. Quant aux États-Unis, ils sont pour lui un joueur de poker, dont l’objectif n’est pas forcément d’avoir la meilleure main, mais d’avoir le plus de billet en sachant bluffer. De ce constat découle sa vision de la géopolitique mondiale actuelle.

Les Russes ne s’adaptent pas à notre manière de jouer, mais ont une certitude : notre société est malsaine à tous les niveaux. Selon lui, l’objectif de Vladimir Poutine est donc de défendre les intérêts de sa nation, comme un joueur d’échec.

Pour Bertand Scholler, les Russes sont diabolisés et n'ont « aucune envie d’envahir l’Europe ou le monde ». Il ajoute que l'invasion de l’Ukraine n'aurait qu'un but pour Vladimir Poutine : lutter contre une guerre plus sournoise, menée par le camp de l’OTAN : « Les organes du pouvoir ne sont pas dans une guerre de civilisation, mais dans une guerre concernant la manière de voir le futur de l’humanité ».

L'entrepreneur conclut ainsi : « Ceux qui tuent le plus de personnes ne sont peut-être pas ceux qu’on montre du doigt ».

À LIRE AUSSI

Image
Radu Portocala, sur le plateau de FranceSoir le 10 mars 2022
"L'opinion publique peut tout accepter, si c'est bien présenté et si c'est émouvant" Radu Portocala
"Je suis né en dictature. J’ai vécu en dictature jusqu’à l’âge de vingt-six ans. Je sais ce que c’est. Je sais comment ça s’installe..." Contraint à l'exil de Roumanie...
11 mars 2022 - 21:35
Vidéos
Image
Alexis Poulin, sur le plateau de FranceSoir le 3 mars 2022
"Le projet macroniste, c’est la propagande et la censure" Alexis Poulin
Co-fondateur du Monde Moderne, entrepreneur dans le secteur des médias, Alexis Poulin a travaillé pour de nombreuses institutions publiques. Expert en affaires europée...
04 mars 2022 - 20:11
Vidéos
Image
Teresita Dussart, sur le plateau de FranceSoir le 4 mars 2022
Ukraine-Russie : "résister à l'hystérie ambiante", l'analyse de Teresita Dussart
"Envahir un État souverain est une erreur gravissime, et probablement irrécupérable pour le futur de Vladimir Poutine, politiquement sur la scène internationale", expl...
05 mars 2022 - 14:04
Vidéos