"Raoult et Perronne se sont fait traiter de charlatans par des gens qui n’ont pas un dixième de leur compétence"

"Raoult et Perronne se sont fait traiter de charlatans par des gens qui n’ont pas un dixième de leur compétence"

Publié le 10/05/2021 à 11:15 - Mise à jour le 11/05/2021 à 11:15
fs
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

Et si l’on voyait la crise d’un autre point de vue que médical ?

C’est ce que nous propose Lucien Samir Oulahbib, rédacteur en chef de la revue de philosophie et sciences humaines "Dogma", dans cet entretien avec Xavier Azalbert.

Il revient sur ses travaux sur la cancel culture où il a vu ce courant de pensée, ou phénomène, arriver bien avant l’heure, à une époque où tout le monde pensait que ce sujet n’était pas pertinent. Différents courants sociologiques ont permis de voir émerger ce mouvement, nous explique-t-il. Étonné par la notion de complotisme, le sociologue nous explique comment celle-ci a été dévoyée pour interdire le débat. On l’utilise selon lui comme un outil pour discréditer l’autre, pour ne pas approfondir les pensées qui s’opposent aux nôtres.

Concernant la crise, il étudie l’impact de la culpabilité que l’on a fait ressentir au peuple, par exemple en disant que c’est en se comportant normalement que l’on devient dangereux pour les autres. Analysant la nocivité de cette notion de culpabilité pour chacun, le rédacteur en chef explique que cela aurait été cohérent selon lui, seulement dans le cas où la pandémie aurait tué comme la peste, or ça n’a pas été le cas. 

Le sociologue prend la défense des promoteurs des solutions de traitements précoces comme Didier Raoult ou le professeur Perronne.

Il rappelle que ceux-ci ont été attaqué par des personnes qui n’avaient pas la légitimité pour s’opposer à leur jugement.

D’un point de vue philosophique, Lucien Samir Oulahbib explore également nos rapports en société pendant la crise : « on est presque devenu des animaux parfois, en se demandant si l’autre va nous refiler le virus. »

Retrouvez son debriefing, proposé en partenariat avec BonSens.org :

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Dans les débriefings, Lucien Oulahbib nous explique comment la crise nous a affecté, d'un point de vue sociologique

Newsletter





Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir