Alerte sur les données VAERS : "67% des décès enregistrés arrivent dans les 21 jours après l'injection"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Alerte sur les données VAERS : "67% des décès enregistrés arrivent dans les 21 jours après l'injection"

Publié le 09/08/2021 à 17:37
FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

Erratum le 18 août 2021
Comme l'ont souligné certains lecteurs attentifs, une erreur s’est grevée dans la présentation - le patient de 23 ans atteint de myocardite n'est pas décédé.  Ceci était pris comme exemple.
Ceci ne change strictement rien aux proportions ni aux conclusions en terme de délai de survenue des événements.
Nous remercions les lecteurs ainsi que tous ceux qui se sont portés volontaires pour valider les énormes listings de recodage des données.


Analyse exclusive : la biostasticienne Christine Cotton, forte de 23 ans d'expérience, revient pour un nouveau debriefing, après nous avoir fourni son expertise des résultats des essais des quatre vaccins il y a quatre mois. Elle a fait une analyse complète des données de pharmacovigilance américaine, seule base de données disponible en téléchargement. Plus de 400 000 lignes de données analysées depuis les trois derniers mois, représentant des centaines d’heures de travail bénévole. Christine Cotton est indépendante et sans lien avec l’industrie pharmaceutique.

Son analyse est faite pour apporter un éclairage aux lecteurs et auditeurs dans le plus grand nombre. Elle porte sur tous les effets indésirables graves : mycoardites, effets sur les femmes enceintes, sur les jeunes. Les chiffres sont édifiants, car beaucoup des évènements se passent dans un laps de temps de moins de 21 jours après la vaccination, dont les deux tiers des décès.

Elle déplore que l’Agence nationale de sécurité du médicament ne communique pas ou ne fasse pas cette analyse importante, alors que le gouvernement est engagé dans une campagne massive d’injection avec des thérapies toujours en phase d’essai clinique avec des autorisations temporaires de mise sur le marché.

Son message fort peut se résumer dans ce graphique ou l’on voir que 28% des décès enregistrés ont lieu dans les trois jours suivant l’injection, 40% dans les sept jours et 67% dans les 21 jours.

Christine Cotton a donc des questions pour nos autorités : elle demande l’accès à l’information, aux données brutes, ainsi que d’en faire l’analyse médicale pour les « évènements reliés » - elle déplore que cette fameuse causalité soit balayée d’un revers de la main sans analyse spécifique.

Christine Cotton a aussi analysé les données sur les femmes enceintes et le problème est similaire.

Ce travail colossal a requis un nettoyage - la base de données n’est pas renseignée de manière harmonieuse et homogène. Elle s’est appuyée sur son expérience ainsi que celle de médecins dans la reclassification des données quand c'était nécessaire. Cela représente quelque 9% des données qui ont dû être supprimées, car elles présentaient un caractère incomplet ou incohérent.

Télécharger la présentation en PDF.
Les tableaux Excel sont téléchargeables ici.

Un debriefing proposé en partenariat avec BonSens.org

 

ndlr : Certaines références de Mme Cotton

https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02116010
https://www.defense.gouv.fr/sante/actualites/phagoburn-des-virus-pour-traiter-des-infections-bacteriennes
https://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/01/06/les-espoirs-de-la-phagotherapie_4343570_1650684.html

 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Christine Cotton de retour pour un debriefing

Newsletter


Fil d'actualités Vidéos




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir