Colère en Guadeloupe : l'hôpital cache-t-il les chiffres des vaccinés ? Me Bessis et Soumïâa Sayah

Colère en Guadeloupe : l'hôpital cache-t-il les chiffres des vaccinés ? Me Bessis et Soumïâa Sayah

Publié le 30/11/2021 à 10:00
Soumïâa Sayah / Ellen Bessis / FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

Vendredi 26 novembre, nous avons reçu l’avocate Ellen Bessis, et Soumïâa Sayah, infirmière libérale et porte-parole du collectif Gwada IDEL regroupant 600 infirmiers libéraux de la Guadeloupe (environ 50% des infirmiers libéraux de la région).

Depuis leur île, elles ont répondu à nos questions sur l’évolution des protestations en Guadeloupe. Les manifestations y sont devenues plus houleuses depuis deux semaines, avec des attaques sur les commerces, des pillages, des blocages de routes en amassant des carcasses de voitures, en tranchant des arbres qu'on laisse tomber sur les routes et autres.

Selon ces femmes, c’est la révolte et celle-ci se justifie notamment par l’annonce de manipulation des chiffres par les hôpitaux : « le personnel hospitalier et les pompiers étaient choqués qu’on leur demande de noter les vaccinés comme non-vaccinés pour diminuer le nombre de vaccinés présents dans les établissements ».

Ce week-end, les manifestations pacifiques ont repris, les rues étaient noires de monde pour rejeter l’obligation vaccinale. Suite à cela, dans la nuit de vendredi à samedi, Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, a ouvert la question d'une autonomie élargie de la Guadeloupe, affirmant que la question était ouverte.

Voir aussi : Guadeloupe: l'autonomie, pas la préoccupation première des habitants

Sous pression avec cette révolte sans précédent depuis le début de l’épidémie de Covid-19, la droite et l’extrême droite ont dénoncé cette proposition qu’ils jugent laxiste envers les régions d’Outre-mer.


Manifestations en Guadeloupe, samedi 27 novembre.

Un debriefing proposé en partenariat avec BonSens.org.


Document :

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Maître Ellen Bessis et Soumiaa Sayah explique comment la Guadeloupe en est arrivé à une "révolte".

Newsletter





Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir