"L’OPESCT est au courant des effets indésirables des vaccins contre le Covid" E. Darles et V. Pavan

"L’OPESCT est au courant des effets indésirables des vaccins contre le Covid" E. Darles et V. Pavan

Publié le 13/05/2022 à 18:06 - Mise à jour le 14/05/2022 à 18:06
FranceSoir
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

« Ce dont on s’est aperçus, c’est que l'on a autant d’effets secondaires liés au vaccin contre le Covid-19, menant à une cécité, sur la période 2021-2022 que pendant 30 années cumulées confondues (entre 1990 et 2020). Et l'on a également plus d’AVC, de troubles du cycle menstruel et de choc anaphylactique », explique Emmanuelle Darles, enseignante-chercheuse en informatique, tableau à l’appui. 

Accompagnée de Vincent Pavan, mathématicien, les chercheurs sont venus expliquer les nouvelles statistiques disponibles dans les systèmes de pharmacovigilance qui enregistrent les effets secondaires des vaccins contre le Covid-19.

Le 29 avril dernier, ils ont remis à l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPESCT) un rapport concernant le calcul d’indicateurs statistiques sur les effets indésirables liés aux injections ARNm (ARN messager) depuis les bases de données de pharmacovigilance européenne (EudraVigilance) et américaine (VAERS). Des systèmes de pharmacovigilance qui ne sont pas exempts de défaut, mais qui sont les seules bases à partir desquelles ces scientifiques peuvent effectuer leur travail. Par conséquent, c'est à partir des chiffres de cette pharmacovigilance, dont ils ont conscience qu'elle a ses limites, que les enseignants-chercheurs détaillent la présentation résumant leur rapport.

Comme le fait remarquer Emmanuelle Darles, "les chercheurs n'ont pas accès aux données françaises et les organismes d'État, les institutions ne veulent pas communiquer ces données, qui sont totalement fermées. Donc, on n'a aucun moyen aujourd'hui de vérifier les statistiques qui sont apportées par les rapports de l'ANSM ou CRPV".

Voir aussi : Vaccins: "8 vaccinés sur 1 000 souffrent d'effets secondaires graves", selon une étude allemande

 

Les chercheurs reviennent sur le rapport bénéfice/risque de la vaccination des enfants. Un bénéfice qui n'existe pas pour cette tranche d'âge puisqu'à l'exception des cas particuliers de comorbidités, les enfants sont peu sensibles à une infection grave par Sars-CoV-2, contrairement aux adultes, tandis que la létalité est quasiment nulle pour cette tranche d'âge.

« Les enfants ne sont pas touchés par le Covid, on a démontré que le vaccin était très néfaste d’un point de vue quantitatif. Les enfants sont particulièrement touchés par les effets indésirables de ces vaccins. Quand j’ai expliqué ça aux membres de l’OPESCT, ils m’ont répondu qu’ils étaient au courant. Ils sont au courant que ces vaccins sont néfastes pour les enfants », évoque Emmanuelle Darles.

Malgré cela, la France aurait commandé 12 millions de doses pédiatriques des vaccins contre le Covid-19. 

Voir aussi : Covid-19: le masque ne sera bientôt plus obligatoire dans les transports


Documents :

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les enseignants-chercheurs, Vincent Pavan, en mathématiques, et Emmanuelle Darles, en informatique.

Newsletter





Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir