Général Diamantidis : OTAN, "stopper ce train fou avant qu'il ne soit trop tard" ? Première partie

Général Diamantidis : OTAN, "stopper ce train fou avant qu'il ne soit trop tard" ? Première partie

Publié le 18/10/2021 à 17:27
FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

Général de brigade aérienne, ancien pilote de chasse, le général Diamantidis a été chargé à partir des années 1990 de missions internationales parmi les plus sensibles, traitant en particulier de l'ex-Yougoslavie et surtout, de l'Iraq. Il a ainsi été acteur et témoin direct d'évènements stratégiques dont les répercussions se font sentir – cruellement – de nos jours. Aujourd'hui en retraite, il est engagé au sein du Cercle de réflexion inter-armées (CRI), au nom duquel il nous parle aujourd'hui.

Formé d'environ 60 officiers et quelques civils, le Cercle est une “entité indépendante de réflexion sur tous les problèmes liés à la Défense”, il “n’exprime pas la doctrine officielle et n’engage que lui”. Le Cercle s'est donné comme objectif de “mobiliser les énergies, notamment des anciens, au profit de tout le personnel en activité, pour créer une solidarité intergénérationnelle afin de mieux se faire entendre des décideurs politiques, de l’opinion publique et contribuer ainsi à replacer l'Armée au cœur de la Nation dont elle est l'émanation.” Le Cercle est soutenu par la Saint-Cyrienne, l'Association de soutien à l’armée française (ASAF) et par l’Association Nationale des Officiers de Carrière en Retraite (ANOCR), issus des Sentinelles de l’agora, un club d’officiers supérieurs et généraux en deuxième section.

La publication la plus récente du CRI, “Stratégie globale contre l’islamisme et l’éclatement de la France” a été transmis aux présidents des groupes politiques de l’Assemblée nationale et du Sénat, aux ministres des Armées, de l’Intérieur, de l’Éducation nationale, etc. le 14 avril 2021.

Cependant, c'est au printemps 2021 que le CRI s'est fait connaître du grand public avec un billet publié le 11 mars dans le journal Capital et qui éclata comme un coup de tonnerre. Signé par le général Diamantidis, intitulé “Il faut stopper ce train fou avant qu’il ne soit trop tard !”, republié en plusieurs langues, le billet prend la forme d'une lettre ouverte au secrétaire général de l'OTAN Gerhard Stoltenberg. Le Général y explique en termes intelligibles au profane le notoire document OTAN 2030, et le danger existentiel que représente actuellement pour l'Europe le changement de doctrine de l'OTAN.

Parmi les thèmes traités par le général Diamantidis dans ce premier volet : l'alignement total des positions de l'Union européenne/Commission européenne sur celles de l'OTAN ; le glissement de doctrine traduit par des exercices militaires de l'OTAN désormais explicitement anti-russes ; l'encerclement de la Russie par l'OTAN, la poussant dans les bras de la Chine de manière peut-être définitive ; le déséquilibre patent entre d'une part, le budget militaire russe et d'autre part, celui des pays de l'OTAN et des États-Unis, déséquilibre massivement en faveur de ces derniers, mais occulté par les médias mainstream ; la tranquille adoption par l'OTAN d'une doctrine qui prône l'utilisation d'armes nucléaires tactiques sur le sol européen ; la mise en cause, en ces circonstances, de la doctrine française de dissuasion.

Voir aussi : deuxième volet de l'entretien

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Général Diamantidis : première partie

Newsletter


Fil d'actualités Vidéos




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir