Reprendre et comprendre le cours de l’histoire de la crise Covid-19

Reprendre et comprendre le cours de l’histoire de la crise Covid-19

Publié le 17/11/2021 à 19:20
FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Lecot, pour FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

TRIBUNE — Troisième et dernière partie du dossier de Pierre Lecot, intitulé "Covid-19 : Virus mortel ou mauvaises décisions ?" Retrouvez la deuxième ici.

Comme pour les deux parties d'avant, nous vous proposons une vidéo "débriefing" dans laquelle Pierre nous explique de vive voix son raisonnement, suivie d'un texte explicatif complet.

Les statistiques peuvent être nos meilleures alliées pour comprendre le monde qui nous entoure, comme la plus grande prison intellectuelle au service d’un discours unique. Il s’agit ici de reprendre le cours des évènements depuis 2 ans, en confrontant l’histoire racontée médiatiquement prenant appui sur des statistiques bien choisies, à celle que nous pouvons dégager aujourd’hui à l’aide de l’ensemble de ces dernières.

1. Que s’est-il passé en mars-avril 2020 (ou 1ere vague) ?

1.1. L’histoire médiatisée

Le premier cas français est officiellement diagnostiqué le 24 janvier 2020. Le coronavirus devient alors le sujet occupant la quasi-totalité de l’espace médiatique. Cette domination totale a fait l’objet d’études de l’INA. Il a accaparé jusqu’à 80% du temps audiovisuel, des médias d’information continue ou des dépêches de l’AFP (Figure 23).

Figure 23 : Part consacrée à l'épidémie de coronavirus par l'audiovisuel français

Cette domination répond toutefois à une réelle demande d’information des Français comme en témoigne les statistiques de recherche internet par thème sur Google Trends (Figure 24). La peur est au cœur de l’espace médiatique, par sa capacité à intéresser les humains. Elle est utile et utilisée en ce sens. Les accidents, attentats, catastrophes, dangers futurs sont au cœur de l’information et suscitent l’intérêt du spectateur. C’est également un levier politique puissant, permettant de justifier des mesures d’exception comme en témoignent les nombreuses annonces et mesures « exceptionnelles » suivant les attentats par exemple.

Figure 24 : Part des recherches internet par thème

En mars 2020, il est donc impossible d’échapper aux informations sur l’évolution de la situation liée au coronavirus. Les esprits sont par ailleurs préparés au scénario qui se déroule sous leurs yeux. Les romans, films, séries télévisées, plus ou moins ancrés dans le réel traitant d’un virus mortel qui se répand par contamination (Je suis une Légende, The Walking Dead, 28 jours plus tard, le Fléau, Pandémie…) ont amené cette « culture » de la contamination mondiale. Le jeu de société à succès Pandémie apprend aux joueurs la mécanique de la contagion qui doit être contenue et que la seule façon de gagner contre les virus est la découverte des remèdes spécifiques. Le jeu en ligne The Plague propose la thématique inverse en apprenant au joueur à manier les « gains de fonctions » des virus pour infecter et éliminer l’ensemble des humains. Les jeux sont des réels outils pédagogiques et permettent d’enseigner des concepts et stratégies. Le jeu Monopoly a initialement été créé dans le but de faire comprendre la prédominance du capital dans la quête de richesse, loin devant le labeur.

En mars 2020, les Français, comme les autres, reçoivent les informations venant de l’épidémie et anticipent la suite de l’histoire en fonction de la culture qu’ils ont accumulée sur ce sujet via tous ces médias. Les annonces de la croissance du nombre de contaminés, de la saturation hospitalière, de l’augmentation décès sont anxiogènes, mais attendues par ceux préparés à ce scénario. Pour certains c’est une mauvaise surprise, pour d’autres c’est la réalisation de la catastrophe prévisible. Pour la télévision et les journaux, c’est le retour d’une audience que l’on croyait définitivement perdue.

Les médias annoncent l’arrivée de l’épidémie par le Haut-Rhin à cause d’un rassemblement évangélique de plusieurs milliers de personnes dont quelques malades préalables ont contaminé des milliers de personnes. Ce département est le premier à mettre en place des mesures de restriction de rassemblement. D’autres cas sont découverts par la suite en France. Durant cette période, la tension monte dans la société et les entreprises. Les syndicats réclament des mesures sanitaires de protection pour les travailleurs. Ces derniers, délaissés par les travailleurs retrouvent un élan en se posant en rempart protecteur des salariés. À cette époque, du côté du patronat ou juste de la hiérarchie (dans le public comme dans le privé), on sent plutôt l’agacement et l’incrédulité. Le 8 mars, la barre des 1 000 cas confirmés est franchie. Le 11 mars, l’OMS déclare l’état de pandémie. Le 12 mars les crèches, écoles, collèges et universités sont fermés. Le 14 mars tous les lieux publics « non indispensables » sont fermés. Le 16 mars Emmanuel Macron prononce son allocution comportant plusieurs fois la phrase « nous sommes en guerre » annonçant le confinement pour le lendemain. Il s’agit pour le pouvoir de stopper la trajectoire exponentielle de l’épidémie.

Chaque soir le Directeur Général de la Santé Jérôme Salomon annonce en direct à la télévision le nombre de décès du coronavirus. Ils augmentent tous les jours jusqu’au mois d’avril. Les soignants réclament des moyens matériels et humains. Les masques manquent, les respirateurs et places à l’hôpital aussi. La situation présentée est celle d’une catastrophe touchant un pays mal préparé, mais ayant des soignants courageux et ne comptant pas leurs heures. Ils sont applaudis tous les soirs.

Le nombre de décès annoncés commence à descendre à partir du 6 avril 2020. Le gouvernement et les médias laissent entendre que la vague est passée grâce à toutes les mesures mises en place. Quelle que soit la situation, le décideur défend toujours le bilan de son action.

1.2. L’histoire mesurée

Pour comprendre la période de mars-avril 2020, commençons par la replacer dans son contexte sur plus longue période. En France, l’année 2020 comporte plus de décès que l’année 2019 notamment par la mortalité tardive visible aux mois de mars-avril, mais également à la mortalité précoce arrivant en octobre. Un lissage des décès sur 52 semaines, nous permet de connaître l’impact de ces augmentations sur la mortalité habituelle (Figure 6 page 14).

La moyenne et les deux bornes des intervalles de confiance (2 écarts-types d’écart à la moyenne) permettent de visualiser les périodes de mortalité anormale. Toutes les tranches d’âges sont représentées en cumulé de telle sorte que la courbe des 80 ans et plus correspond à la somme de tous les décès toutes causes français. Comme nous l’avons vu précédemment pour la température, les variations de mortalité que la France connaît depuis le début de l’année 2020 ne concernent que les plus de 50 ans.

Ainsi, arrivé au mois de mars 2020, la France était sur une moyenne très basse de décès relativement aux années précédentes. Le pic de mars-avril en France a entraîné un rapprochement vers la moyenne de décès habituels, sans la franchir. Il s’agit donc d’un phénomène brutal avec un impact limité. La mortalité lissée sur 52 semaines ne dépasse la moyenne des 5 dernières années que depuis la hausse de mortalité en octobre 2020.

En appliquant le modèle basé sur les températures calculé sur les années 2017 à 2019 on observe bien que les 2 hausses de mortalité ayant eu lieu pendant les confinements semblent complètement décorrélées de ce qui est observé habituellement (Figure 25). Il y a donc une mortalité anormale. Dans les 2 cas, il y a bien une vague de froid, mais qui aurait dû ne déclencher que de faibles hausses de mortalité.

Figure 25 : Taux de mortalité des 90 ans et plus observé et prévu avec la température

Nous allons donc comme précédemment détailler deux hypothèses possibles expliquant la hausse soudaine des décès en mars-avril 2020.

L’hypothèse A est celle défendue par le gouvernement :

La mortalité de mars-avril 2020 est due à la propagation mondiale de la Covid-19 contre laquelle aucun traitement n’existerait.

Cette hypothèse a des implications très fortes pour justifier la politique de santé :

Les humains sont tenus responsables de l’état de santé de leurs voisins (contaminations) et légitime le confinement, le port du masque etc.

Elle légitime la stratégie de lutte préventive contre ce pathogène particulier (vaccination).

Nous allons la confronter à l’hypothèse B :

La mortalité de mars-avril 2020 est due légèrement aux conditions extérieures, mais surtout aux mesures prises, uniquement aux endroits où elles sont appliquées.

Cette hypothèse change la perception de cette période :

Les humains ne sont pas responsables de l’état de santé de leurs voisins. Il n’y a alors aucune raison de mettre en place des politiques restrictives et elles n’ont que des impacts négatifs

La saturation hospitalière et la mortalité sont créées par les mesures elles-mêmes. Cela met en cause les décideurs de cette politique et invalide leur présupposée efficacité.

On note que l’hypothèse A, comme pour la grippe, sert de justification aux mesures coercitives gouvernementales et légitime la privatisation de la santé par des industriels qui vendent (ou forcent l’achat par l'intermédiaire des gouvernements) des vaccins et autres produits préventifs.

1.2.1. Une « Pandémie » pas si mondiale

Contrairement à une idée largement répandue, le phénomène de pic de mortalité aux mois de mars-avril 2020 n’est absolument pas un phénomène mondial. Sur les 33 pays européens proposant des données de mortalité disponibles sur Eurostat, seuls 9 présentent une mortalité significativement supérieure à la mortalité habituelle sur cette période : la Belgique, la Suisse, Chypre, l’Espagne, la France, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suède.

Le contraste entre la Belgique et l’Allemagne pourtant pays voisins est saisissant (Figure 26 et Figure 27). Il est du même ordre que la différence entre le Portugal et l’Espagne par exemple (Figure 28 et Figure 29).

Figure 26 : Décès hebdomadaires en Belgique standardisés selon 2020

Figure 27 : Décès hebdomadaires en Allemagne standardisés selon 2020

Figure 28 : Décès hebdomadaires en Espagne standardisés selon 2020

Figure 29 : Décès hebdomadaires au Portugal standardisés selon 2020

Ainsi, la hausse de mortalité sur la période liée à une « pandémie » est loin d’avoir touché l’ensemble des états européens. Seule une faible minorité a connu ce résultat. Tous les pays de ce petit groupe ont mis en place des mesures spécifiques sur la période. Certains ont choisi des confinements stricts, d’autre non. Parmi les 24 pays qui n’ont pas connu de hausse de mortalité significative, certains ont également appliqué ce genre de mesure. Il ne se dégage pas d’emblée une explication simple sur la mortalité. Ce phénomène très limité doit alors s’analyser au regard de la situation particulière de chaque pays et surtout de chaque mesure spécifique prise sur la période. La seule constante, est que les mesures ont toujours été prises avant le début de la hausse de la mortalité et jamais après. Il n’y a jamais eu de réaction d’un État à une augmentation des décès, mais une anticipation suivie d’une hausse réelle. Le premier pays à avoir lancé un confinement général en Europe est l’Italie le 10 mars 2020. La mortalité a commencé à y augmenter après cette décision.

En France, au niveau des départements, le pic de mortalité de mars-avril 2020 n’a touché ni tous les territoires, ni avec la même intensité les territoires touchés. En revanche, tous les territoires touchés par ce pic de mortalité l’ont été de manière synchronisée. Nous avons donc un pic de mortalité qui ne touche pas tous les pays d’Europe, et au sein de chaque pays, pas tous les territoires, mais dont tous les territoires touchés le sont en même temps.

En Île-de-France par exemple, tous les départements connaissent une hausse de mortalité synchronisée débutant après le début du confinement identifié ici en rouge (Figure 30).

Figure 30 : Décès quotidiens par Département de l'Île-de-France

À l’inverse, en Nouvelle-Aquitaine, aucune hausse de mortalité n’est visible sur la période (Figure 31).

Figure 31 : Décès quotidiens par Département de Nouvelle-Aquitaine

Nous constatons également que les territoires touchés par cette hausse de mortalité sont majoritairement des départements avec des villes de tailles importantes et donc des quartiers avec de très forts taux de pauvreté. L’Insee révèle logiquement que la mortalité de cette période touche beaucoup plus fortement les communes denses et les personnes nées à l’étranger. Il est étonnant de la part de l’Insee qui produit les statistiques annuelles de pauvreté, de ne pas faire le lien entre les conditions de vie et de salubrité difficiles des quartiers pauvres, et la hausse de la mortalité. Une fois de plus, il ne s’agit pas d’un problème de propagation, mais de santé publique sur des territoires particuliers.

En appliquant notre modélisation de la mortalité par les températures, nous retrouvons les mêmes incohérences d’un territoire à un autre. Par exemple, le département du Nord a bien une mortalité très forte en mars-avril 2020 (Figure 32), qui n’a aucun rapport avec le froid à cette époque, alors que son voisin le Pas-de-Calais ne présente pas la moindre surmortalité (Figure 33). Il paraît bien étrange qu’une pandémie aussi contagieuse et qui réussit à traverser les frontières des États du monde entier, s’arrête à celles du Pas-de-Calais.

Figure 32 : Taux de mortalité des 90 ans et plus observé et prévu avec la température pour le Nord

Figure 33 : Taux de mortalité des 90 ans et plus observé et prévu avec la température pour le Pas-de-Calais

L’hypothèse A gouvernementale d’une pandémie mondiale mortelle et contagieuse semble compromise au regard de la répartition des décès en Europe. Le fait que seuls 9 pays sur 33 semblent avoir connu une surmortalité sur la période pose question sur le caractère mondial du problème. De même, constater que seuls quelques territoires français sont concernés pose question sur les causes réelles de la mortalité.

1.2.2. L’impact des mesures sur la mortalité de mars-avril 2020 (ou 1ere vague)

Il s’agit ici de recenser les éléments qui peuvent expliquer une montée de la mortalité en France en mars-avril 2020, de façon à évaluer ce qui pourrait être imputable au seul virus et ce qui est imputable au reste.

En France, deux mesures structurantes concernant la politique de santé publique ont été prises :

  • Le confinement, c’est-à-dire une limitation extrême des mouvements et l’ordre à tous les Français de rester chez eux.
  • L’interdiction aux médecins de ville d’appliquer leur art, autrement-dit de proposer des traitements pour limiter le risque de complication. Le débat s’est focalisé sur l’hydroxychloroquine, mais l’interdiction ne se limite pas à cette molécule, mais à toute substance en dehors du Doliprane.

Ces 2 mesures ont des impacts sur l’évolution des infections respiratoires chez les patients, mais également sur toutes les pathologies habituelles.

1.2.2.1. La mortalité des causes autres que les infections respiratoires aiguës

Parmi les 9 pays ayant connu une surmortalité au mois de mars-avril, 7 ont mis en place un confinement à cette période. Dans tous ces pays, le seuil de surmortalité a été franchi après le début du confinement. En tenant compte du délai d’arrivée des données, il devient évident que la décision du confinement n’a jamais pu être déclenchée par réaction à une surmortalité. Aucun décideur ou spécialiste ne pouvait savoir si la période connaîtrait plus de décès qu’habituellement. La décision a été prise notamment à la suite de la pression médiatique suivant des remontées de cas déclarés Covid-19  et des projections alarmistes fondées sur des modèles sans ancrage dans le réel. Il s’agit donc d’une mesure forte qui a des impacts très lourds sur l’organisation de la santé qui est prise avant de connaître le niveau de danger encouru.

Il est notable qu’absolument tous les cas de figure existent en Europe, entre confinement ou non et surmortalité ou non. Les deux effets ne sont pas entièrement liés. Pour conclure de l’effet positif ou négatif d’une telle mesure, il est possible de quantifier quelques effets.

Beaucoup de journalistes écrivent que le confinement strict a permis de sauver de nombreuses vies par l’absence des accidents de voiture. Il est aisé de quantifier le nombre de vies sauvées au maximum par une telle mesure. Il y a environ 3 600 décès sur la route par an en France, soit 300 par mois, cela fait environ 600 décès sur la période de confinement. Les ¾ de ces décès concernent des moins de 65 ans.

En effet, en écrasante majorité, les personnes qui prennent leur voiture tous les jours pour aller au travail ont moins de 65 ans. La Covid-19 au contraire touche les plus de 65 ans. L’impact du confinement sur la sécurité routière aura pu sauver une partie des 600 décès possibles, mais en écrasante majorité des jeunes, alors qu’au regard des statistiques de mortalité, ils ne risquaient pas leur vie avec la Covid-19.

Parallèlement, le 7 mai 2020, dans son bulletin épidémiologique, Santé publique France tire la sonnette d’alarme sur le renoncement au soin. En France, environ 80 000 infarctus sont dénombrés chaque année, soit 13 000 attendus pendant la période de confinement. De même, 150 000 AVC sont comptabilisés chaque année, soit 25 000 en 2 mois. Contrairement aux accidents de la route, les AVC et les infarctus touchent majoritairement le même public que les victimes des infections respiratoires.

Santé publique France nous révèle que pendant la dernière semaine de confinement, les hôpitaux ont relevé 300 personnes de moins aux urgences AVC et 300 personnes de moins aux urgences cardiaques qu’à la même époque en 2019. Deux hypothèses sont alors possibles :

  • Les Français n’ont pas fait d’AVC ni de crises cardiaques pour laisser toute la place aux malades identifiés « Covid-19 ».
  • Les Français n’ont pas été pris en charge du fait de l’ordre de ne pas consulter et de rester chez soi. Ce ratio étalé sur 8 semaines représente 4 800 personnes non soignées.

Les pathologies non soignées du fait de l’ordre de ne pas consulter et de rester chez soi, ainsi que la peur panique engendrée par la pression médiatique quotidienne peuvent expliquer la surmortalité à domicile en France sur cette période détaillée sur le site de l’Insee (Figure 34). Ces décès ne sont pas considérés comme ayant un quelconque rapport avec la Covid-19. Ils apparaissent pourtant aux mêmes périodes que ceux attribués à cette maladie, et surtout, pendant le confinement.

Figure 34 : Nombre de décès quotidiens à domicile en France

Sur mars-avril 2020, mortalité française au-dessus de la moyenne est de 5 200 décès. Ce nombre est extrêmement proche de l’estimation des 4 800 personnes non soignées pour constituer un indice fort sur la cause réelle de décès de ces personnes : l’abandon de soin.

Ce résultat de non-prise en charge peut expliquer le caractère particulier des données de Chypre (Figure 35).

Figure 35 : Décès hebdomadaires à Chypre standardisés selon 2020

De la même manière qu’en France, où l’on constate un nombre de décès inscrits à l’état civil plus important les lundis et mardis et très faibles les dimanches, à Chypre la fin du confinement n’est probablement pas liée à un excès mortalité, mais plutôt à la découverte tardive des décès non répertoriés. L’inclusion de Chypre dans les 9 pays ayant connu une surmortalité sur la période est probablement abusive, cela réduirait donc à 8 pays sur 33 le phénomène de « pandémie mortelle en Europe ».

1.2.2.2. La mortalité des infections respiratoires aiguës dont celles identifiées Covid-19

La période de mars-avril est extrêmement particulière dans toute l’histoire du soin, car il s’agit de la première fois que l’on demande à des malades de ne pas consulter de généraliste, en particulier dans le cadre d’une infection respiratoire (Figure 36).

Figure 36 : Affiches officielles françaises concernant le coronavirus

Cet ordre a entraîné un comportement de la population inédit dont on peut voir les effets sur les statistiques d’achat de médicaments en pharmacie de la base de données Médicam, mais également sur la prise en charge trop tardive des patients et sur la saturation hospitalière.

1.2.2.2.1. Les mesures ont organisé le non-soin des patients

En représentant la base remboursable de tous les médicaments vendus par les pharmacies en France, chaque mois (Figure 37), on observe que Le mois de mars 2020 a connu une hausse de 13 % des ventes de médicaments par rapport à la moyenne 2017-2019, représentant le provisionnement des Français à la suite de l’annonce du confinement généralisé. Les mois d’avril et mai 2020 présentent au contraire, des baisses de 15 % et 14 % par rapport à la moyenne. Ces baisses sont le reflet de la non-prescription par les médecins à la suite de l’ordre de ne pas consulter.

Figure 37 : Base remboursable mensuelle des médicaments distribués en pharmacie

Cette chute est cependant bien plus forte concernant les traitements habituels prescrits dans le cadre des infections respiratoires aiguës. En particulier les antibiotiques permettant d’éviter les surinfections ont connu une chute sans précédent (Figure 38).

Figure 38 : Base remboursable mensuelle des antibiotiques distribués en pharmacie

En mars, le provisionnement n’a pas existé et le total d’antibiotiques vendus est inférieur de 1 % à la moyenne 2017-2019. En avril et mai, les chutes de ventes furent respectivement de 40 % et 47 %. Depuis cette période, la vente d’antibiotiques est restée à des niveaux extrêmement bas, reflet du choix de ne pas proposer ce traitement en cas de Covid-19.

À l'inverse, les Français ont suivi les injonctions gouvernementales en ingérant massivement du Doliprane à cette période (Figure 39). Pour mémoire, ce médicament n’est utilisé dans ce cadre qu’en tant qu’antalgique (anti-douleurs) et antipyrétique (anti-fièvre). Il n’a donc pas la même visée thérapeutique qu’un antibiotique. L’ANSM rappelle d’ailleurs que le paracétamol peut entraîner des lésions graves du foie dans certains cas de surdosage, pouvant conduire à des greffes du foie (1ère cause de greffe hépatique d’origine médicamenteuse en France).

Une étude australienne a également averti en 2019 d’une recrudescence du nombre d’hospitalisations et de décès liés à des surdoses de ce médicament.

Figure 39 : Base remboursable mensuelle de Doliprane distribué en pharmacie

Ainsi, ce choix de ne pas laisser les médecins de ville proposer de traitements dans le cadre d’une infection respiratoire aiguë pendant les mois de mars et d’avril, a entraîné une dégradation sans précédent de l’état de santé des patients. La non-prescription d’antibiotiques aura permis aux bactéries de proliférer chez les patients âgés et affaiblis. Ainsi, à partir de fin mars, de nombreux Français dont l’état de santé s’est dégradé à leur domicile affluent dans les services hospitaliers. Les coronavirus, comme la Covid-19, ont pu entraîner des lésions dans l’appareil respiratoire empêchant les patients de respirer. Ces lésions sont également des portes ouvertes aux surinfections bactériennes. Les sujets âgés se présentant à l’hôpital ont à la fois des « trous » dans les poumons les empêchant de respirer, mais également des bactéries se développant à la suite de ces lésions et de la chute des défenses immunitaires. Ces 2 pathologies combinées empêchent de répondre rapidement aux besoins du patient. Si une injection de corticoïdes pouvait permettre au patient de réparer les trous des poumons, elle accélèrerait la prolifération des bactéries, entraînant la mort par surinfection. À l’inverse, ne pas agir sur la mécanique respiratoire entraîne le décès du patient dans les plus brefs délais. De nombreux patients sont décédés non pas à cause du caractère exceptionnel de la maladie, mais à cause du caractère exceptionnel de la situation : pas de prise en charge précoce, et pas de traitement antibiotique.

Une fois de plus, pour les personnes les plus pauvres et vivant dans les logements les moins salubres, pour lesquelles nous avons vu plus haut une plus forte hausse de mortalité, il est normal qu’un confinement à domicile forcé engendre une probabilité plus importante de souffrir d’une infection, que le manque d’antibiotiques ne manquera pas de laisser s’aggraver.

1.2.2.2.2. L’hôpital n’est volontairement plus en mesure de se substituer aux médecins de ville

À ce stade, il convient de rappeler la politique de soin menée en France depuis plus de 30 ans.

Les études de l’Insee et de la DREES permettent de suivre les différents effectifs des établissements de santé depuis 20 ans. Ainsi, depuis 20 ans le nombre de lits d’hôpitaux a baissé de 100 000 : en 1998, il y avait 8 lits d’hôpitaux pour 1000 habitants et il n’en reste plus que 6 en 2018.

Cette baisse a lieu pendant que la population française passait de 58 millions à 65 millions d’habitants et plus particulièrement les plus de 65 ans passaient de 9 millions à 13 millions (Figure 40).

Figure 40 : Comparaison de l'évolution de la population et du nombre de lits d'hôpitaux en France

Pendant que le nombre de lits baissait drastiquement, le nombre de médecins augmentait très légèrement, passait de 3,3 pour 1 000 habitants en 1998 à 3,4 pour 1000 habitants en 2018.

La stratégie gouvernementale depuis 30 ans est de limiter le recours à l’hôpital pour reporter le soin vers les médecins de ville. La gauche, comme la droite ont lancé de nombreuses réformes dans ce sens. Citons par exemple la tarification à l’acte mise en place à l’époque par le Directeur de l'hospitalisation et de l'organisation des soins (DHOS) au Ministère de la Santé, Jean Castex.

Ou encore la mise en place des 35 h à l’hôpital, mais sans rajouter de personnel soignant. Le bilan a été une simple diminution du nombre d’heures de soignants, donc moins de soins. Derrière cette avancée pour les travailleurs de l’hôpital s’est cachée une désorganisation du parcours de santé permettant d’entraîner un renoncement au soin.

Cette idée de faire renoncer aux Français l’accès à l’hôpital et surtout aux urgences était directement au cœur de la réforme de santé du candidat François Fillon pour les élections de 2017. Cette politique est juste le prolongement de ce qui est réalisé par la gauche ou la droite depuis 30 ans. Finalement le candidat Emmanuel Macron a gagné sans afficher son programme, mais en continuant la suppression des lits d’hôpitaux.

La raison affichée de cette stratégie est évidemment qu’il faut que la santé coûte moins cher aux Français, soit plus efficace et moderne. Dans les faits, les coûts des soins médicaux français n’ont jamais été aussi élevés, ils sont passés de 154 milliards d’euros en 2006 à 204 milliards d’euros en 2018. Une augmentation de 30 % du budget consacré pour une saturation toujours plus forte. Ce sont 50 milliards d’euros qui vont dans les bonnes poches pour soigner uniquement les bonnes personnes.

En résumé, la politique de santé menée depuis 30 ans est de supprimer au maximum les places à l’hôpital (et donc le recours à l’hôpital et en particulier aux urgences). Le rôle est donné aux médecins de ville et à leurs prescriptions pour limiter l’arrivée des Français à l’hôpital. Cette stratégie connue implique que l’hôpital n’a plus les moyens d’absorber la totalité du soin et que les médecins de ville sont incontournables.

1.2.2.2.3. Des décès à l’hôpital confirmant le défaut de prise en charge

Les hôpitaux ont commencé à remonter des décès Covid-19 à partir du 18 mars 2020 (Figure 41, courbe orange). On constate, en effet à partir de cette date, une augmentation du nombre de décès dans la mortalité générale de l’hôpital (courbe grise).

Figure 41 : Nombre de décès quotidiens à l'hôpital en France

Le nombre de décès enregistré à l’hôpital entre novembre 2019 et février 2020 est en moyenne de 931 par jour. Ce nombre a bien été franchi quotidiennement à partir du 18 mars 2020, date à laquelle les hôpitaux ont commencé à remonter des décès liés à la Covid-19, et jusqu’au 18 avril 2020, avec un maximum à 1 345 le 31 mars 2020. Durant cette période entre le 18 mars 2020 et le 18 avril 2020, le nombre de décès à l’hôpital est passé en moyenne à 1 150 par jour. Cela représente donc 200 décès de plus par jour. Pendant cette période, le nombre de décès identifié Covid-19 a été de 370 par jour en moyenne. Ainsi, le nombre de décès remontés déclarés à la Covid-19 est 2 fois plus élevé que l’augmentation du nombre de décès total constatés.

À partir du 18 janvier, plus les hôpitaux remontent de décès liés à la Covid-19 et moins ils remontent de décès liés à d’autres pathologies. On voit nettement la courbe bleue baisser lorsque la courbe orange augmente et inversement.

Au bilan, la surmortalité hospitalière représentant le surnombre de décès à l’hôpital sur la période du 18 mars au 30 avril 2020 est de 7 170 personnes. Ce nombre est 2 fois plus petit que le nombre de décès attribués à la Covid-19 par l’hôpital sur cette période : 14 283.

Il y a 2 explications possibles à ce constat :

  • Soit les décès des autres causes de mortalité ont été attribués de façon abusive à la Covid-19 ;
  • Soit les personnes avec d’autres pathologies ont été exclues de l’hôpital et sont donc mortes ailleurs, sans soin.

La réalité est certainement une somme de ces 2 possibilités, entre surévaluation des statistiques de décès Covid-19 et défaut de prise en charge.

Du côté de la surévaluation statistique, le site géodes précise le changement de comptage opéré à partir du 31 mars 2020 : Jusqu’au 31/03, les instructions aux établissements de santé pour créer un dossier patient dans SI-VIC étaient un diagnostic de COVID-19 confirmé biologiquement.

Depuis le 31/03, les établissements de santé doivent saisir systématiquement dans SI-VIC les patients hospitalisés présentant un diagnostic de COVID-19 confirmé biologiquement OU une TDM thoracique évocatrice de diagnostic de COVID-19. Toutefois, un établissement peut créer un dossier patient sur une base de forte suspicion clinique ou d’une imagerie évocatrice, puis effacer ultérieurement le dossier si le test s’avère négatif.

On observe que le nombre de décès Covid-19 remontés par les hôpitaux dans la semaine du lundi 23 mars 2020 au dimanche 26 mars 2020 est de 282 en moyenne. Cette moyenne explose à partir de la semaine suivante pour passer à 469, puis 480, avant de commencer à redescendre avec l’arrivée des beaux jours. On ne peut pas écarter l’hypothèse que l’augmentation très forte visible fin mars vienne uniquement du changement de la stratégie de comptage.

Le défaut de prise en charge a, quant à lui, été quantifié par les deux membres du Conseil Scientifique, Arnaud Fontanet et Simon Cauchemez, pourtant à l’origine de cette stratégie. Leur article dans Science, utilise les données hospitalières françaises et notamment le temps de passage et réanimation et de décès depuis la prise en charge du patient. Les courbes les plus intéressantes ont été supprimés depuis de l’article principal, mais sont toujours disponibles dans les données complémentaires. Aux pages 15 et 16 sont détaillés les nombres de jours que mettent les patients arrivant à l’hôpital avant d’aller en réanimation (Figure 42 graphique de gauche) et le nombre de jours qu’ils mettent avant de décéder (graphique de droite).

Figure 42 : Délai entre l'entrée à l'hôpital et l'entrée en soin intensif ou le décès

Ainsi, 50 % des patients arrivant à l’hôpital sont placés en réanimation dès le premier jour et 17 % des patients décèdent dès le premier jour. Ces ratios énormes prouvent que les patients arrivent trop tard à l’hôpital. On observe d’ailleurs une très forte différence entre le nombre de décès au jour 1 et le nombre de décès au jour 2, illustrant qu’une grosse partie des arrivées n’est plus sauvable. Les auteurs en déduisent d’ailleurs qu’il y a 2 courbes séparées entre ceux arrivant trop tard et les autres. C’est l’explication restante dans l’article toujours en ligne. Une lecture moins orientée déduit de cet énorme ratio de décès au premier jour que les soins sont trop tardifs. Il est donc très probable que les décédés des jours suivants soient également pour beaucoup du fait de personnes dont l’état a eu le temps de s’aggraver et dont certain auraient pu survivre si les soins avaient été précoces. Ces 17 % de patients arrivés trop tard représentent 3 000 personnes sur les 17 570 décès déclarés Covid-19 à l’hôpital sur cette période. Si on considère qu’un décès dans les 3 jours à l’hôpital est un signe d’une prise en charge trop tardive, le total de décès potentiellement évitable est alors de 6 000. Ce total de 6 000 est à rapprocher de la surmortalité hospitalière de la période : 7 170 personnes.

Au vu des éléments concernant la mortalité liée à la destruction du parcours de soin, il n’est pas certain que la mortalité hospitalière constatée soit autre chose que la conséquence de la stratégie choisie.

Contrairement à l’hypothèse A attribuant l’ensemble de la mortalité de mars-avril 2020 à la circulation d’un virus, il apparaît que les mesures prises sont largement liées à la saturation et à la mortalité hospitalière. L’interdiction de soin précoce par les médecins de ville est directement responsable du chaos qui a suivi. Le traumatisme créé chez certains professionnels d’un afflux de patients en état critique est donc artificiel. La peur de revoir cette situation est aujourd’hui utilisée pour justifier des mesures qui ne font qu’accentuer le problème.

1.2.2.2.4. Le Décret d’accélération des décès

L’article 12-3 du chapitre 7 du Décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire décrète une dérogation au Code de la santé publique :

    La spécialité pharmaceutique Rivotril ® sous forme injectable peut faire l'objet d'une dispensation, jusqu'au 15 avril 2020, par les pharmacies d'officine en vue de la prise en charge des patients atteints ou susceptibles d'être atteints par le virus SARS-CoV-2 dont l'état clinique le justifie sur présentation d'une ordonnance médicale portant la mention “ Prescription Hors AMM dans le cadre du covid-19

Le Rivotril est un médicament antiépileptique dont l’utilisation n’a habituellement rien à voir les infections respiratoires, ni l’accompagnement palliatif par sédation. Dans la notice du Vidal, il est mentionné comme contre-indications :

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Insuffisance respiratoire grave,
Syndrome d'apnée du sommeil,
Insuffisance hépatique grave,
Myasthénie.

Ainsi, la dérogation du décret ne propose pas l’utilisation d’un sédatif, mais d’un médicament déclenchant l’arrêt de la respiration du patient et donc son décès anticipé. Le décret a eu cours du 28 mars au 11 mai, soit dans la période exacte sur laquelle est constatée le plus fort nombre de décès depuis la canicule de 2003. L’analyse des ventes de Rivotril en pharmacie dans sa forme injectable reflète l’ampleur de l’utilisation de ce produit (Figure 43).

Figure 43 : Base remboursable mensuelle de Rivotril injectable distribué en pharmacie

Ainsi, contrairement aux antibiotiques, les ventes de boîtes Rivotril dans sa forme injectable ont augmenté de 59 % au mois de mars et de 227 % en avril relativement à la moyenne observée entre 2017 et 2019. Cette augmentation sur mars-avril représente 1 700 boîtes du produit et plus de l’habitude. Précisons que chaque boîte contient 6 ampoules dont une à 2 sont utilisées par patient dans le cadre d’une fin de vie. Ces statistiques ne reflètent que partiellement l’utilisation de cette molécule, car elles ne prennent pas en compte les doses qui ne sont pas distribuées par les pharmacies de ville, par exemple en provenance directe de l’hôpital. On s’étonne par la suite que la consommation de ce produit dans sa forme injectable n’ait pas retrouvé son ancien niveau. Entre mars 2020 et mars 2021, ce sont 6 150 boîtes supplémentaires à l’habitude qui ont été vendues, soit plus de 36 000 ampoules.

De la même manière, le valium injectable a été distribué en grande quantité en mars-avril 2020, et son utilisation est restée très haute depuis (Figure 44).

Figure 44 : Base remboursable mensuelle de Valium injectable distribué en pharmacie

La comparaison des décès déclarés Covid-19 et des décès toutes causes dans les Ehpads présente ainsi des incohérences massives (Figure 45). Par exemple autour du 31 mars, la quasi-totalité des décès des Ehpads sont enregistrés dans les statistiques Covid-19 alors que nous avons constaté que moins de la moitié des départements français connaissent une surmortalité et sont considérées touchés par cette pathologie.

L’origine de ce comptage peut aisément s’expliquer à la lumière de ce choix palliatif.

Figure 45 : Nombre de décès quotidiens en établissement médicalisé en France

On constate que les remontées de décès Covid-19 arrivent massivement après la promulgation du décret dérogatoire concernant le Rivotril. De plus, même après la fin de la période de surmortalité française à partir du 1er mai, des décès Covid-19 ont bien été enregistrés dans les Ehpads jusqu’à la fin de la validité du décret.

Il est évident qu’une intervention médicamenteuse ayant pour conséquence d’accélérer le décès de patients en fin de vie, a des répercussions sur les statistiques de décès. Dès lors, la “surmortalité” constatée sur courte période n’est pas le signe d’un plus grand nombre de décès à moyen terme, mais uniquement d’un regroupement artificiel de décès sur les mêmes dates.

Cette intervention médicamenteuse mériterait d’être quantifiée à l’hôpital. Si un nombre significatif de patient a “bénéficié” de la mesure dérogatoire le premier jour d’arrivée à l’hôpital, il devient tout à fait normal d’avoir ce pic significatif de décès ce premier jour.

1.3. Quelles statistiques pour trancher sur la période de mars-avril 2020 ?

Au bilan, l’hypothèse A d’une pandémie mondiale au mois de mars-avril 2020 souffre de fortes lacunes. Peu de pays semblent connaître de réelles surmortalités à cette période, et au sein de la France, seuls quelques départements semblent touchés.

Les données des médicaments et des recours à l’hôpital montrent un abandon de soin organisé sur la période. Les ordres de grandeurs entre les décès qui seraient induits par les décisions et la surmortalité correspondent. L’hypothèse B de mauvaises mesures semble bien plus robuste.

Pour trancher, des études mobilisant les données de santé des personnes décédées devraient être publiées pour répondre à ces questions :

  • Parmi les personnes décédées, y a-t-il un plus grand nombre de personnes qui n’ont pas vu de médecin de ville que d’habitude ?
  • Parmi les personnes décédées, y a-t-il un plus grand nombre de personnes qui n’ont pas eu d’ordonnances pour antibiotiques que d’habitude ?
  • Le sous recours aux antibiotiques est-il d’ampleur nationale ou ne concerne-t-il que certains prescripteurs ?
  • Parmi les personnes décédées, combien ont reçu une injection de Rivotril ?
  • Parmi elles, combien n’ont pas été pris en charge de manière précoce ?
  • Le sur-recours au Rivotril est-il d’ampleur nationale ou ne concerne-t-il que certains prescripteurs ?
  • Est-il normal que la distribution de Rivotril ne soit pas redescendue à son niveau habituel à la fin du décret ?
  • Y a-t-il encore aujourd’hui une utilisation de ce médicament pour la fin de vie hors cadre légal ?

2. La fin de la mortalité aux beaux jours du printemps 2020

Avec l’arrivée des beaux jours au mois d’avril 2020, la mortalité a baissé (Figure 6 page 14). Cette baisse a été attribuée par certains aux effets bénéfiques du confinement. Il s’agirait de s’étonner que la mortalité retrouve un niveau bas, à une période où il n’en a jamais été autrement. Le mois de mai 2020 a marqué la première crainte du « retour d’une nouvelle vague d’été » avec la fin de toutes les mesures visant à « protéger les Français », notamment les confinements ou le port du masque en extérieur.

Pourtant, tout l’été les médias continuent de parler du coronavirus. Santé Publique publie toutes les semaines son bulletin hebdomadaire dédié en continuant d’alarmer les Français sur la diffusion épidémique. Bien que les hôpitaux soient vides et que la mortalité soit au plus bas, l’agence relayée par les médias continue d’entretenir un climat anxiogène. Pendant l’été les règles de port du masque sont complètement différentes d’un territoire à l’autre et peuvent changer du jour au lendemain au gré de la découverte de « cas positifs » sur les territoires.

Le début de l’été 2020 a, en fait, été un des moins mortels jamais enregistrés. La forte mortalité de mars-avril 2020 a généré un effet moisson qui a accéléré le décès de personnes qui seraient décédées quelques semaines plus tard. Seule la canicule de fin août 2020 a entraîné un rebond dans les décès. On ne peut que s’étonner que les augmentations de mortalité liées à des hausses de températures ne soient jamais reliées à des maladies, alors que le rapprochement est fait systématiquement pour les baisses de températures.

3. Le pic de mortalité précoce d’octobre 2020 (ou 2e vague)

3.1. L’histoire médiatisée

Tout l’été 2020, les médias ont entretenu la peur du coronavirus. Le Conseil Scientifique a prévenu au mois de juin qu’une nouvelle vague arriverait à la rentrée de septembre. Les experts se sont alors battus sur les plateaux de télévision sur l’arrivée ou non de cette dernière. Contrairement à la première vague, cette fois les hôpitaux sont équipés pour tester les patients. Dès le mois de septembre, le nombre de patients déclarés positifs à la Covid-19 commence à augmenter. À partir du 26 septembre, certaines zones sont placées en « alerte maximale » et d’autres en « alerte renforcée ». Le nombre de lits d’hôpitaux déclarés occupés par les patients Covid-19 augmente durant le mois d’octobre. Le confinement est décrété le 30 octobre, cette fois après le pic déclaré du nombre de cas et de décès liés au coronavirus.

3.2. L’histoire mesurée

De nombreux pays européens présentent une mortalité saisonnière forte et précoce dès octobre 2020. Seuls quelques pays échappent à cette hausse des décès : Chypre, Malte, le Danemark, l’Islande, la Norvège et la Finlande. Pour les pays concernés cependant, la hausse de mortalité est simultanée, rendant, encore une fois, impossible la seule cause d’un unique virus se propageant de pays en pays en Europe. Nous notons de surcroît, que la généralisation du port du masque, les gestes barrière, les fermetures de nombreux lieux publics, les jauges de publics dans les commerces, la profusion de gel hydroalcoolique ou encore la diffusion du télétravail, n’ont absolument pas empêché la mortalité hivernale d’être aux mêmes niveaux, voire légèrement supérieur à ce qui est observé d’habitude. Il s’agit d’un indice supplémentaire qu’elle n’est aucunement liée à un phénomène de propagation.

En revanche, nous notons bien en France, grâce au modèle créé en lien avec la température, une nouvelle décorrélation par rapport à l’habitude. La mortalité est bien trop précoce au regard de la vague de froid (Figure 25, page 32).

Il s’agit alors de comprendre pourquoi, fin 2020, les habitants d’une majorité de pays européens semblent en moins bonne santé que les autres années. Les périodes de stress, le manque de sortie peuvent être des éléments favorisant la faiblesse des défenses immunitaires.

On note toutefois, qu’en France, comme dans une grande partie des pays européens, une très vaste campagne de vaccination antigrippale a eu lieu à partir d’octobre 2020. Le taux de couverture vaccinale a gagné presque 10 points en 2020 par rapport aux années précédentes.

La campagne de vaccinale antigrippale arrive tardivement dans l’année. Elle est concomitante à la hausse de mortalité hivernale (Figure 46).

Figure 46 : Nombre de vaccins antigrippaux distribués en pharmacie

Les débats sont ouverts sur l’utilité réelle du vaccin contre la grippe sur la mortalité hivernale. Rappelons que ce vaccin n’est pas conçu comme les autres. Il s’agit d’un mélange contenant plusieurs souches de grippes préconisées par l’OMS. Au moment de la préconisation, absolument aucune certitude n’existe sur les souches qui circuleront pendant l’hiver. Il s’agit donc d’un pari. Certains pays comme la Norvège ou la Finlande en ont une distribution plus faible que d’autres, en particulier depuis les polémiques ayant suivi la campagne vaccinale contre le virus H1N1. Pour autant, la Norvège et la Finlande semblent ne pas être soumis à des pics de mortalités hivernales ces dernières années, bien au contraire. Pour mémoire le rapport du Sénat dressant le bilan de cette « pandémie H1N1 » rapporte les mêmes incohérences dans la gestion par la terreur qu’elle a engendrée ainsi que les profits colossaux pour l’industrie pharmaceutique sans montrer le moindre intérêt pour la stratégie vaccinale de l’époque.

On observe ainsi un fort contraste entre la Finlande (Figure 47) et l’Italie (Figure 48).

Figure 47 : Décès hebdomadaires en Finlande standardisés selon 2020

Figure 48 : Décès hebdomadaires en Italie standardisés selon 2020

Les données disponibles sur les vaccins antigrippaux distribués en France ne sont disponibles que mensuellement, ne permettant pas un rapprochement de qualité avec les décès en France. Un lissage hebdomadaire des vaccins distribués comparé aux décès toutes causes des plus de 60 ans en France (population la plus vaccinée du fait de la gratuité à cet âge), montre une proximité entre ces 2 évènements (Figure 49).

Figure 49 : Décès hebdomadaires en France standardisés selon 2020 en nombre de vaccins distribués

La hausse soudaine des décès en octobre 2020 comparativement aux années précédentes correspond en dates et proportions aux observations du passé. Même si corrélation n’est pas causalité, les soupçons à ce niveau devraient soulever des recherches poussées complémentaires. Il serait nécessaire de comparer les dates de décès de tous les Français depuis 2015, aux dates de vaccinations. Il s’agirait de déterminer si un lien statistique existe entre date de vaccination et date de décès. Les données précises et nominatives des décès de tous les Français sont publiques et disponibles en ligne. Le rapprochement avec les dates de vaccinations devrait être possible pour les chercheurs disposant des droits d’accès aux données de vaccinations.

Les liens entre vaccinations et détérioration temporaire des défenses immunitaires ont pourtant déjà fait l’objet d’études. Une étude de janvier 2020 montre des liens statistiques entre la vaccination antigrippale et une augmentation du nombre de malades des autres pathologies, en particulier les coronavirus. Si on ajoute le fait que pendant l’hiver 2019-2020, la mortalité attribuée à la grippe est proche de 0, il paraît contradictoire de lancer en octobre 2020 une campagne de vaccination d’une ampleur jamais égalée contre une maladie qui ne paraît pas si mortelle. Les impacts du seul effet nocébo devraient engendrer un débat contradictoire sur l’opportunité d’une opération à grande échelle concernant la grippe dans un contexte de “guerre” affichée contre “un” coronavirus. Chaque personne ayant été vacciné a déjà été prévenue des effets indésirables des vaccins sur l’organisme. Les notices des vaccins disponibles sur le Vidal préviennent de l’ensemble de ces effets ainsi que de leur (haute) fréquence.

Les statistiques présentées dans la partie précédentes nous montrent qu’à cette période également sont constatées un sous-recours aux antibiotiques et un sur-recours aux solutions palliatives comme le Rivotril ou le Valium. On constate également que toute la hausse de mortalité sur la période, à l’hôpital comme en EHPAD est entièrement attribuée à la Covid-19. Il n’existe à partir du début du comptage Covid-19 plus d’autre pathologie comptabilisée dans les statistiques, comme en témoigne les statistiques du Réseau Sentinelles (Figure 50).

Figure 50 : Taux d'incidence hebdomadaire des Syndromes grippaux en France métropolitaine

Il convient alors de se demander aussi si l’augmentation de la mortalité visible à partir d’octobre provient comme relayé politiquement par la presse, d’un seul virus qui se déclencherait partout en même temps, ou de l’effet combiné de la dégradation cyclique de l’état de santé combiné à des mesures favorisant la survenue précoce de maladies hivernales telles que les coronavirus ou les grippes, avec une dégradation de la qualité des soins.

Du côté des départements, on observe des disparités très fortes entre territoires voisins. On constate notamment que les départements « riches » et donc avec des populations réputées accepter massivement la vaccination ont des hausses de mortalité élevées, alors que d’autres, plus pauvres ne connaissent pas ces hausses (Figure 51).

Figure 51 : Taux de pauvreté par département

On constate alors le fort contraste entre l’absence totale de hausse de mortalité à cette période pour la Seine-Saint-Denis (Figure 52) au contraire de la Seine-et-Marne (Figure 53).

Figure 52 : Taux de mortalité des 90 ans et plus observé et prévu avec la température pour la Seine-Saint-Denis

Figure 53 : Taux de mortalité des 90 ans et plus observé et prévu avec la température pour la Seine-et-Marne

Doit-on s’étonner d’observer là encore une augmentation de la mortalité si la stratégie choisie est :

  • Organiser des injections de masse qui vont fatiguer les patients en particulier les plus âgés, juste avant les périodes d’augmentation de mortalité hivernales ;
  • Considérer que toute infection respiratoire aiguë vient du virus de la Covid-19 ;
  • Considérer qu’il n’existe pas de traitement et interdire la prescription des antibiotiques ;
  • Utiliser des palliatifs qui vont raccourcir la vie des patients malades.

3.3. Quelles statistiques pour trancher sur la période d’octobre 2020 ?

Au bilan, l’hypothèse A d’une pandémie mondiale au mois d’octobre 2020 a cette fois-ci plus de pays et territoires candidats pour lui donner du crédit. Il n’y a cependant pas d’exhaustivité totale des hausses de mortalités, certains pays n’ont pas de réelles surmortalités à cette période, et au sein de la France, tous les départements ne sont pas touchés.

Les données de distribution des médicaments de soins et de palliatifs vont dans le même sens que l’abandon de soin observé à la période de mars-avril 2020. La forte concomitance entre les périodes de vaccinations antigrippales et les hausses de décès en France et en Europe mériteraient des investigations poussées.

Pour trancher, des études mobilisant les données de santé des personnes décédées devraient être publiées pour répondre à ces questions :

  • Parmi les personnes décédées, y a-t-il un plus grand nombre de personnes qui n’ont pas vu de médecin de ville que d’habitude ?
  • Parmi les personnes décédées, y a-t-il un plus grand nombre de personnes qui n’ont pas eu d’ordonnances pour antibiotiques que d’habitude ?
  • Le sous recours aux antibiotiques est-il d’ampleur nationale ou ne concerne-t-il que certains prescripteurs ?
  • Parmi les personnes décédées, combien ont reçu une injection de Rivotril ?
  • Parmi elles, combien n’ont pas été pris en charge de manière précoce ?
  • Le sur-recours au Rivotril est-il d’ampleur nationale ou ne concerne-t-il que certains prescripteurs ?
  • Y a-t-il un lien entre la mortalité et le statut vaccinal antigrippal ?
  • Y a-t-il un lien entre la déclaration de décès pour cause Covid et le statut vaccinal antigrippal ?

4. Le pic de mortalité de décembre 2020 – janvier 2021 (ou la "non-vague")

On s’étonne que le plus fort pic de mortalité de l’hiver 2020-2021 autour du changement d’année, ne soit pas du tout considéré comme une vague de Covid-19, ni une vague grippale. La théorie de la cause virale des maladies hivernales semble abandonnée pour les fêtes de fin d’année.

Nous notons que cette mortalité s’explique parfaitement par les températures très basses de l’époque (Figure 25, page 32)

Ce reniement de la mortalité Covid-19 prend probablement sa source dans le faible nombre de tests positifs trouvé à cette époque par rapport à la période précédente (Figure 54).

Figure 54 : Nombre de patients testés positifs à la Covid-19

Ce faible nombre de tests positifs n’a pas limité le nombre de déclarations de décès Covid-19 rapporté par les hôpitaux, montrant une fois de plus, son manque de corrélation avec les autres statistiques (Figure 41, page 45).

5. L’augmentation des tests positifs de mars 2021 (ou la 3e vague)

5.1. L’histoire médiatisée

L’hiver 2020-2021 marque à la fois l’arrivée de la vaccination anti-Covid-19, mais également l’arrivée des annonces médiatiques sur les variants. Ces premiers d’abords niés deviennent à ce moment le sujet principal. Le variant anglais (ou Alpha) arrive sur le territoire français par Dunkerque au mois de février. Le nombre de cas déclarés de Covid-19 remonte et Jean Castex annonce un 3e confinement à partir du 20 mars 2021 pour 3 semaines dans les départements les plus touchés. Le nombre de malades à l’hôpital et de décès liés à la Covid-19 continue d’augmenter. Les services de réanimations sont une nouvelle fois saturés. Le confinement devient national dès le 3 avril 2021 et les vacances de Pâques sont alors avancées au 12 avril pour tous les Français. La situation se stabilise au mois de mai.

5.2. L’histoire mesurée

Le froid persiste en France jusqu’au mois de mai 2021. Ainsi, le printemps 2021 stagne à un niveau de mortalité relativement élevé. Ce taux est bien plus bas que pendant l’hiver qui précède (Figure 25, page 32).

Cette période correspond à un changement radical de définition de la « pandémie » qui persistera par la suite. En effet, la baisse sensible du nombre de décès par rapport aux mois précédents devrait naturellement faire baisser la pression sur le risque de décès lié à la maladie.

Cependant, cette période marque également le début de la campagne de vaccination anti-covid-19 et le gouvernement français n’a jamais caché sa volonté de vacciner toute sa population. En mars 2021, démarre alors la plus grande vague de tests n’ayant encore jamais été effectuée en France avec 500 000 tests réalisés tous les jours pendant 3 semaines (Figure 55). Seule la période juste avant les fêtes de Noël en famille en avait connu autant.

Figure 55 : Nombre de patients testés pour la Covid-19

L’augmentation du nombre de tests réalisés augmente naturellement le nombre de tests positifs trouvés. Le « pic de la 3e vague » ne correspond en aucun cas à un « pic de décès », mais à un « pic de tests positifs ».

Ajoutons que cette période marque également un changement de stratégie de test avec l’introduction du criblage pour « détecter les nouveaux variants » (Figure 56). L’utilisation de cette nouvelle technologie qui donne un résultat positif désormais pour plusieurs variants va nécessairement augmenter le taux de positivité des tests. Cela participe à la création artificielle d’une vague.

Figure 56 : Nombre de tests de criblage réalisés pour les variants

Parmi ces « testés positifs », certaines personnes sont malades, certaines sont âgées et parmi elles, certaines sont dans un état grave nécessitant une hospitalisation.

Le fait d’avoir augmenté massivement le nombre de tests dans la population et donc artificiellement le nombre de positifs, augmente artificiellement le nombre d’hospitalisés de testés positifs sans que cela ne puisse nous aider à savoir s’il y a vraiment une augmentation des hospitalisations en général. Ce manque de transparence sur le nombre d’hospitalisés en soins courants ou en soins critiques a été souligné par la Cour des Comptes dans son rapport du 22 septembre 2021.

Ainsi sur cette période, on observe une décorrélation totale entre le nombre de décès toutes causes en forte baisse par rapport à la période précédente et un nombre de tests positifs, d’hospitalisations et de décès pour causes Covid-19 en augmentation (Figure 57).

Figure 57 : Nombre quotidien de nouveaux patients hospitalisés pour Covid-19

On observe également pour certaines tranches d’âges dont la mortalité varie en fonction des températures, des hausses étonnantes pendant la période vaccinale. Toutes les tranches d’âge entre 60 et 74 ans voient à cette période une mortalité plus forte que pendant la période précédente beaucoup plus froide (Figure 58, Figure 59 et Figure 60).

Figure 58 : Nombre de décès et nombre de vaccins anti Covid-19 pour les 70-74 ans

Figure 59 : Nombre de décès et nombre de vaccins anti Covid-19 pour les 65-69 ans

Figure 60 : Nombre de décès et nombre de vaccins anti Covid-19 pour les 60-64 ans

Ainsi, au lieu d’avoir un pic de mortalité au moment des températures les plus froides, deux pics ont lieu, un avant et un après. Le premier pic précoce a lieu pendant la période de vaccination antigrippale et le second a lieu pendant la période de vaccination anti Covid-19. Ces hausses de décès pour ces tranches d’âges particulières n’ont pas d’impact dans la mortalité française totale, car les décès des plus de 75 ans représentent près 75 % des décès français contre 20 % pour les 60-74 ans.

Il convient de rappeler que les premiers vaccinés français l’ont été avec des produits désormais interdits (AstraZeneca, Janssen et Moderna) à la suite de cas d’effets indésirables graves dont des thromboses. Aujourd’hui, parmi les 4 vaccins initiaux présentés initialement par les autorités comme efficaces et complètement sûrs, 3 à ce jour sont interdit en France et dans de nombreux pays européens, le dernier restant est étonnamment celui ayant les plus forts liens d’intérêt avec les décideurs.

On déplore toujours qu’il n’ait pas été réalisé d’étude de décès toutes causes à la suite des injections anti Covid-19. Les seules études disponibles concernent soit uniquement les décès marqués comme « Covid-19 » (dont certaines comportent de nombreux biais méthodologiques), ou des études concernant uniquement certains aspects des effets secondaires avec des suivis limités.

5.3. Quelles statistiques pour trancher sur la période du printemps 2021 ?

Cette période de printemps 2021 est originale sur bien des aspects. C’est la première période pour laquelle une baisse conséquente des décès français est associée à une augmentation du nombre de malades et de décès Covid-19 déclarés. Ces derniers font suite à une stratégie de tests tous azimuts associés aux détections de variants. Il est impossible dans ce contexte de conclure à la propagation d’une maladie mortelle.

On note toutefois de l’augmentation des décès pour certaines populations ciblées par la politique vaccinale.

Pour trancher, des études mobilisant les données de santé des personnes décédées devraient être publiées pour répondre à ces questions :

  • Y a-t-il une augmentation réelle d’hospitalisations toutes causes sur la période ?
  • Y a-t-il une augmentation réelle de soins critiques toutes causes sur la période ?
  • Y a-t-il un lien entre l’hospitalisation toutes causes et le statut vaccinal anti Covid-19 ?
  • Y a-t-il un lien entre la mortalité toutes causes et le statut vaccinal anti Covid-19 ?

6. La fin de la mortalité aux beaux jours de la fin du printemps 2021

Avec l’arrivée des beaux jours au mois de mai 2021, la mortalité a baissé (Figure 6, page 14). Cette baisse a été attribuée par certains cette fois-ci aux effets bénéfiques du vaccin. Il s’agirait de s’étonner une nouvelle fois que la mortalité retrouve un niveau bas, à une période où il n’en a jamais été autrement. Il semblerait que nous devions nous habituer à remercier nos sauveurs pour la fin des maladies hivernales au retour des beaux jours. Une fois de plus, l’hiver mortel est suivi d’une période de mortalité très basse. À la différence de l’année précédente, cette période n’est pas marquée par la fin des mesures de coercitions de masse, mais par leur maintien en vue de pousser la population à la vaccination anti Covid-19. Il s’agit de la première période de discussion sur la mise en place du « passe sanitaire » en France, contrairement aux promesses gouvernementales du passé.

7. La mortalité basse de l’été 2021 (la 4e vague qui n’existe pas)

7.1. L’histoire médiatisée

Pour avoir une idée du niveau de médiatisation de cette vague, le mieux est de visiter la page Wikipédia de la pandémie Covid-19 en France.

À l’heure où ces lignes sont écrites, on y apprend que l’épidémie a officiellement démarré à partir du moment où le premier ministre l’a annoncé et qu’elle n’a concerné que des non-vaccinés. Les sources de cette seconde affirmation sont des médias grand public.

7.2. L’histoire mesurée

Cet été 2021, la mortalité française est restée au niveau estival habituel. Aucune hausse n’est visible dans la population générale. L’idée d’une 4e vague porte la même logique que celle ayant défini la 3e : une augmentation du nombre de tests positifs.

Cette « vague » a pour début la mise en place du passe sanitaire et l’explosion du nombre de tests qui a alors suivi.

7.2.1. L’instauration du passe sanitaire

La DREES propose dans une analyse publiée le 17 septembre 2021 : un graphique présentant le nombre de tests positifs par statut vaccinal (Figure 61). Ce dernier a bien évidemment pour but de justifier la campagne de vaccination au milieu de cette « vague ».

Figure 61 : Nombre de tests positifs pour 100 000 personnes selon le statut vaccinal

À partir du 12 juillet, les non-vaccinés sont contraints de se faire tester en très grand nombre. Par conséquent, le nombre de tests positifs augmente très fortement pour les non-vaccinés, sans que cela ne soit du fait d’une épidémie. La courbe a commencé à baisser à partir de mi-août pour au moins trois raisons :

  • La baisse du nombre de non-vaccinés, du fait de personnes ayant finalement reçu les injections par contrainte.
  • La fin des vacances, signant la fin des tests systématiques pour les sorties.
  • Le fait que toutes les personnes ayant été déclarées positives se retrouvent avec un passe sanitaire valable pendant 6 mois et n’ont plus besoin de faire de tests.

Nous l’avons dit, la pression du 12 juillet a contraint de nombreux Français à aller se faire injecter rapidement. Cette primo-injection ne leur a pas permis d’obtenir immédiatement le précieux passe. Ainsi, cette poussée vers les injections a fait augmenter le nombre de primo-doses récentes devant se faire tester, et donc augmenté le nombre de tests positifs, un peu en décalage de la courbe des non-vaccinés. La courbe a commencé à baisser quand ces personnes sont tout simplement rentrées dans la case suivante au bout de sept jours : "primo-dose efficace".

À partir du 19 juillet, ceux ayant déjà subi leur première injection dès le 12 ont commencé à rentrer dans la case "primo-dose efficace". Ils étaient toujours contraints de réaliser des tests pour obtenir leur passe sanitaire, et par conséquent le nombre de positifs a également commencé à augmenter. La deuxième bosse correspond au changement de statut des nombreuses personnes ayant réalisé leur première injection juste après les annonces, et au fait que toutes ces personnes ont réalisé leur deuxième dose plutôt fin août en rentrant de vacances. Ainsi, les Français ne sont rentrés dans la case "complètement vacciné" que fin août.

Les "complètements vaccinés" ne sont pas contraints de réaliser des tests pour accéder aux lieux nécessitant un passe sanitaire. En revanche, ils doivent réaliser des tests lorsqu’ils sont considérés « cas contact ». Ainsi, faire exploser le nombre de tests, et donc de tests positifs chez les non-vaccinés, va nécessairement forcer les vaccinés à réaliser des tests en tant que « cas contact ». Cela a augmenté le nombre de tests positifs en décalage des premiers à partir du 19 juillet.

Ainsi, pour toutes les catégories, les augmentations visibles ne révèlent absolument pas l’apparition d’une épidémie de coronavirus, mais uniquement une épidémie de tests à cause du passe sanitaire. La différence du nombre de tests positifs entre vaccinés et non vaccinés ne montre en aucun cas une protection du vaccin quant au fait d’être malade de la covid-19, mais une protection du vaccin quant au fait de se faire tester.

Rappelons que pour la Haute Autorité de la Santé, les tests sérologiques sont censés avoir un seuil de spécificité minimal de 98 %. Cela signifie que jusqu’à 2 % de faux positifs sont tolérés pour ces tests. La spécificité des tests RT-PCR dépend du nombre de cycles décidé pour la positivité. Avec une positivité déclarée au-delà de 35 cycles, le test est très sensible et très peu spécifique. Constater un taux de positivité des tests pendant l’été 2021 en deçà de 5 % signifie qu’il est impossible d’affirmer avec certitude que le nombre de « vrais positifs » soit vraiment différent de 0.

Enfin pour mémoire, en plus du passe sanitaire et de l’explosion du nombre de tests, cette période est également celle du déploiement des tests de criblage visant les mutations du virus (Figure 62). Cela entraîne une nouvelle fois une augmentation mécanique des taux de positivité.

Figure 62 : Nombre de tests de criblage Covid-19 pour les mutations

7.2.2. L’étonnante disparité territoriale

Des différences étonnantes de comptages sont relevables entre les hôpitaux. Sur la période du 31 mai au 11 juillet, Paris a enregistré 6,6 % des décès Covid-19 de France sur la période, pour seulement 3,2 % de la population française des 60 ans et plus. Pour le Nord, il s’agit de 6,76 % des décès Covid-19 pour 3,18 % de la population française des 60 ans et plus. Il convient de s’étonner du fait que le nombre de décès soit autant corrélé au soutien affiché des hôpitaux pour la politique vaccinale. Le virus est alors déclaré très virulent et mortel aux endroits où l’on promeut les vaccins.

Pour la période du 30 août au 5 septembre, ce sont désormais les Bouches-du-Rhône qui présentent un nouveau record, avec 9,6 % des déclarations de décès covid-19, pour seulement 3,2 % de la population française des 60 ans et plus. La Région PACA présente à elle seule 25 % des décès Covid-19 pour 7 % de la population française des 60 ans et plus. Il est étonnant de constater ce changement radical au moment même d’un changement de direction au sein des hôpitaux de cette région.

7.2.3. Des évolutions de mortalité au moment des périodes de vaccination

L’instauration du passe sanitaire a pour objectif « l’incitation » à la vaccination de toute la population. On observe à partir du 12 juillet des évolutions préoccupantes dans la mortalité des plus jeunes. Certaines tranches d’âges, comme les 20-24 ans présentent des hausses du nombre de décès au moment même des injections (Figure 63). Le nombre de décès reste faible, et il a déjà existé par le passé des jours avec autant de décès, mais la concordance des moments devrait amener à la plus grande prudence. Des constats similaires sont faits pour les âges avant 40 ans (Figure 64 et Figure 65).

Figure 63 : Nombre de décès et nombre de vaccins anti Covid-19 pour les 20-24 ans

Figure 64 : Nombre de décès et nombre de vaccins anti Covid-19 pour les 25-29 ans

Figure 65 : Nombre de décès et nombre de vaccins anti Covid-19 pour les 35-39 ans

Des études sérieuses mériteraient d’être menées sur le lien entre la vaccination et le décès, en particulier chez les plus jeunes.

7.3. Quelles statistiques pour trancher sur la période de l’été 2021 ?

Cette période de l’été 2021 voit une décorrélation totale entre la maladie déclarée et la réalité du nombre de malades. Pour la première fois, une vague entièrement artificielle est médiatisée par l’instauration notamment du passe sanitaire. L’augmentation inédite du nombre de tests a permis une augmentation du nombre de cas pour visualiser une « vague ». Le taux de positivité très faible de la période ne peut être prétendu significativement différent de 0.

Aucune hausse de mortalité n’est pas ailleurs visible. Seuls quelques nombres de décès chez les plus jeunes sont à souligner pendant la période vaccinale.

Pour trancher, des études mobilisant les données de santé des personnes décédées devraient être publiées pour répondre à ces questions :

  • Y a-t-il une augmentation réelle d’hospitalisations toutes causes sur la période ?
  • Y a-t-il une augmentation réelle de soins critiques toutes causes sur la période ?
  • Y a-t-il un lien entre l’hospitalisation toutes causes et le statut vaccinal anti Covid-19 ?
  • Y a-t-il un lien entre la mortalité toutes causes et le statut vaccinal anti Covid-19 ?

8. Y a-t-il un lien entre le Covid-19 et la mortalité en France ?

La question peut paraître choquante après 2 ans de pandémie. Nous avons montré que pour l’ensemble des « vagues » identifiées par la presse et le gouvernement, ce que nous avons appelé « l’hypothèse A » qui fait porter les hausses de mortalités successives à la propagation d’un virus souffre de nombreuses incohérences et lacunes.

Nous avons trouvé bien plus d’éléments statistiques allant dans le sens d’une mauvaise gestion de la santé publique à des fins politiques ou financières.

Nous demandons bien évidemment que soient rendues publiques les différentes statistiques demandées qui pourraient valider ou invalider « l’hypothèse B » expliquant les variations de mortalité par les conditions extérieures, environnementales notamment, mais également les décisions prises. Aujourd’hui nous n’avons pas de preuve que nous faisons face à une pandémie qui tue significativement plus que d’habitude, pendant que les mesures réduisent drastiquement la mortalité. Le fait de déclarer une maladie comme étant insoignable, d’abandonner les patients et de ne proposer que des palliatifs, pour constater par la suite une hausse de mortalité s’apparente bien plus à une prophétie auto-réalisatrice et qu’à une justification scientifique.

Enfin, il est temps de sortir de cette période de l’inversion de la charge de la preuve. Depuis 2 ans les humains sont déclarés coupables. Ils sont déclarés coupables de rendre malade les autres. Aucune preuve n’existe validant cette charge. Les Français subissent depuis des punitions coercitives traduites par des interdictions de circuler, d’accéder à des lieux de patrimoine ou de culture. Ils sont interdits de se rassembler ou même de s’approcher de trop près. Les enfants sont les premières victimes de cette situation, déclarés coupables et condamnés comme les adultes à porter des masques toute la journée, toujours sans preuve, mais uniquement à cause de théories trouvant péniblement des appuis sur des statistiques orientées. Il nous incombe aujourd’hui de prouver que nous sommes innocents pour avoir le droit d’être libres. Dans quel monde vivons-nous ?

Cette inversion n’a pas épargné la campagne vaccinale pour laquelle les fabricants sont incapables de produire des études montrant un quelconque intérêt pour les injections. Les études sont biaisées en montrant des résultats sur la « cause Covid-19 » en oubliant de comptabiliser les décès et hospitalisations des autres causes qui pourraient survenir à cause de l’injection elle-même (À l’exception de l’étude de cohorte Pfizer qui suit 20 000 personnes sur 6 mois, qui montre finalement qu’il y a plus de décès chez les vaccinés que dans le groupe placébo). Ces mêmes méthodes sont répétées par nos « autorités de santé » qui semblent oublier tous les autres aspects de la santé en dehors d’une seule maladie. Là encore l’inversion est totale. Les vaccins sont présupposés sûrs et efficaces (3 sur 4 sont déjà interdits dans de nombreux pays) et ce sont aux citoyens de prouver qu’ils ne le seraient pas s’ils voulaient échapper à ces injections forcées.

Cette inversion de la charge de la preuve n’a pu être réalisée que dans un état de stupéfaction de la population. Cet état ne peut être maintenu que par le maintien de la peur et les changements de stratégies tous azimuts avec de nouvelles mesures fréquemment. La seule manière de se sortir de l’inversion est de retrouver ce qui nous fait défaut depuis 2 ans : le bon sens.

Auteur(s): Pierre Lecot, pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Pierre, de la chaîne "Décoder l'éco", le 14 novembre 2021.

Newsletter





Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir