"Propagande est le mot qui me vient pour qualifier la politique de vaccination" Dr McCullough

"Propagande est le mot qui me vient pour qualifier la politique de vaccination" Dr McCullough

Publié le 28/06/2021 à 18:14
FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

Peter McCullough, spécialiste en médecine interne et maladies cardiovasculaires et « vice chief of medecine » à luniversité Baylor du Texas, que nous avions reçu pour un précédent debriefing qui a connu un important succès en France et outre-Atlantique, revient pour rappeler les traitements possibles aux différentes phases de la maladie, insistant longuement sur les traitements précoces qui ont permis « d’écraser la courbe » aux États-Unis mais également au Mexique, dans différents pays dAmérique du Sud et dernièrement en Inde. Les médicaments donnés au début de linfection permettraient une réduction de 85 % des hospitalisations.

Revenant sur les différents variants, il insiste sur le variant Delta qui présente trois mutations, contrairement aux précédents qui nen montraient quune seule. Plus contagieux mais moins létal que le virus initial et les variants qui ont suivi, le variant Delta sest répandu très rapidement en Inde mais les traitements précoces permettent de le combattre.

Le debriefing a été segmenté en quatre parties d’approximativement 15 minutes afin de rendre l’interview plus agréable à écouter, ou d’aller directement à une section d’intérêt. 
La première section porte sur les traitements précoces ambulatoire, leur efficacité et les variants du virus.
La deuxième (16'54) concerne la vaccination en forte baisse aux USA et les effets secondaires. Pour le Pr McCullough, « les vaccins ont fait l’objet d’une propagande importante ».
La troisième (31'30) le voit évoquer l’information, les "fact-checkeurs" et leur rôle de désinformation.
Enfin la dernière partie (45'50) lui permet d'évoquer les éléments de ses futures communications.

Sans être opposé complètement à la vaccination qui peut être un outil pour les personnes à risque, il dénonce la généralisation de celle-ci et livre des données alarmantes du CDC (Centre pour le contrôle et la prévention des maladies) qui montrent une augmentation du nombre de morts, dhospitalisations et de dommages corporels depuis qu’elle est pratiquée sur lensemble de la population. Revenant sur les très nombreux effets indésirables, il rappelle que les vaccins nont pas été testés sur les personnes qui présentaient des pathologies lourdes et les femmes enceintes qui sont pourtant vaccinées aujourdhui. Il précise que le chiffre de 90% defficacité est faux et diminue beaucoup dès lors quon ajoute tous les groupes qui nont pas été testés.

Après avoir analysé la génotoxicité de la protéine Spike qui circule dans le corps et qui est susceptible dendommager plusieurs organes, il déclare que "la protéine Spike est une tueuse".

Voir aussi : Dr McCullough : "les historiens jugeront très sévèrement" les autorités sanitaires

Dans la dernière partie, il revient sur les agences de régulation qui ne régulent plus rien et critique la FDA qui a selon lui, délivré lautorisation de vacciner dans la précipitation. Il dénonce également les médias qui ne jouent plus leur rôle de contrôle, bien au contraire et qualifie la campagne de vaccination de propagande.

Le Dr McCullough constate que les Américains sont aujourd’hui beaucoup moins confiants dans les vaccins et que le nombre de candidats est en train de chuter tandis que les traitements précoces s’imposent peu à peu dans toute la société. 

Conscient que certaines populations sont plus exposées que dautres et quun bon vaccin pourrait jouer un rôle de protection, Peter McCullough espère une autorisation de mise sur le marché de Novavax, un vaccin qui ne s’appuie pas sur la technologie de l’ARN messager. Actuellement en essai clinique de phase 3, Novavax ne présente jusque-là aucun effet indésirable grave et pourrait être une réponse intéressante contre le covid 19.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Peter McCullough de retour pour un debriefing

Newsletter





Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir