"Le Covid est le produit parfait, on assiste à la grande braderie du diable" Michael Bond

"Le Covid est le produit parfait, on assiste à la grande braderie du diable" Michael Bond

Publié le 06/11/2021 à 14:03
F.Froger / D6 - FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

Les cheveux longs, le teint hâlé, et des grosses lunettes de soleil, il semble venir tout droit de l'Amérique des années 70. Il chante en anglais et milite activement pour la fin des mesures sanitaires. Début septembre 2021, Michael Bond sort son album "Hydroxychloroquine", dans lequel on retrouve une dizaine de chansons aux accents grunge, toutes plus ou moins contestataires.

Son titre phare et éponyme, dont on peut retrouver le clip sur YouTube, raconte l'histoire d'un homme qui cherche éperdument de l'hydroxychloroquine pour sauver son ami. Tout cela se passe en 2032, dans un univers un peu apocalyptique à la Mad Max. Au reste, il a choisi de ne diffuser ses chansons que sur BandCamp pour éviter les plateformes "mainstream" telles que Spotify ou Deezer.

Il est non seulement venu présenter cet album, mais également livrer son point de vue sur la situation actuelle. S'il dit avoir "de la compassion pour les jeunes et pour le peuple, parce qu'on leur a mis un flingue sur la tempe pour qu'ils se fassent vacciner", il se montre intransigeant avec les artistes. "L'artiste a ce but-là, d'être une sorte de révélateur, parce qu'il s'adresse à un autre hémisphère du cerveau. À un moment donné, les politiciens, les avocats, les médecins, c'est bien gentil, mais c'est la bataille des chiffres. Moi j'ai envie de m'adresser au cœur et à l'âme des gens."

Selon lui, la crise sanitaire actuelle était une occasion unique pour les artistes de rendre au peuple ce qu'il leur a donné, notamment en utilisant leur voix pour les défendre. Malheureusement, "ils préfèrent vendre leur âme au diable et choisissent leur carrière". À côté de ça, les vrais artistes, sous-entendu ce qui ne sont pas fabriqués par l'industrie musicale, sont invisibilisés.

Finalement, tout semble être une question de marketing : une société dont le covid-19 a flatté les bas instincts et mis en exergue les vices... "Le Covid est le produit parfait, avec une date de sortie, avec ses promoteurs, avec ses profiteurs de guerre, avec ses produits dérivés. Quel que soit le côté où tu te situes, tu es soit un inconscient, soit un dictateur en puissance. Il n'y a pas d'issue. Et quand je dis qu'il y a une date de sortie, je ne dis pas ça pour rien ; le Covid n'était pas possible en 1970, comment tu télétravailles en 1970 ? On a accepté ce modèle de société des réseaux sociaux, où tu vois ton meilleur ami vieillir, sans jamais le voir. On fait tout à distance et c'est pour ça que ça marche, le Covid. Quel que soit l'angle dans lequel on se situe, on n'arrive pas à communiquer et je pense que les artistes sont là pour ça."

Voir aussi : Sultana et Jann Halexander, chanteurs de "l'essentiel"

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Michael Bond était dans les studios de FranceSoir le 3 novembre.

Newsletter





Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir