Le G20 dans un camp retranché à Buenos Aires

Le G20 dans un camp retranché à Buenos Aires

Publié le :

Jeudi 29 Novembre 2018 - 12:42

Mise à jour :

Jeudi 29 Novembre 2018 - 12:46
© Ludovic MARIN / AFP
PARTAGER :

Par AFP - Buenos Aires

-A +A

Buenos Aires se met en ordre de bataille pour accueillir le G20: 24.000 forces de l'ordre déployées, une partie de la capitale argentine interdite d'accès, des stations de métro et un aéroport fermés, du jamais vu.

Vendredi et samedi, les chefs d'Etat et de gouvernement des pays du G20 se réuniront dans un centre de congrès au bord du Rio de la Plata, qui sépare l'Argentine de l'Uruguay, une zone coupée du reste de la ville par une autoroute, une voie de chemin de fer et des cordons policiers.

- Agents étrangers -

A Buenos Aires, une agglomération de 13 millions d'habitants, 22.000 policiers locaux sont mobilisés pour assurer la sécurité. A ces effectifs s'ajouteront 2.000 agents déployés par les délégations étrangères.

Pour la première fois de son histoire, l'Argentine attire le gratin mondial: le président des Etats-Unis Donald Trump, ses homologues russe Vladimir Poutine, chinois Xi Jinping, français Emmanuel Macron.

La délégation américaine comptera 800 membres à Buenos Aires, et Washington va positionner en Uruguay, sur l'autre rive du Rio de la Plata, huit avions, dont certains de l'US Air Force, avec des équipages civils et militaires. En outre un porte-avion américain croisera dans l'Atlantique sud.

Au total, 15.000 personnes vont faire le déplacement en Argentine, dont 3.000 journalistes.

- Manifestations -

Le premier jour du sommet, vendredi, a été déclaré férié à Buenos Aires. Beaucoup d'habitants de la capitale en profiteront pour partir en week-end prolongé car le temps s'y prête en ce printemps austral.

D'autres ont néanmoins promis une forte mobilisation contre le G20, qui concentre 85% du PIB mondial, le président américain Donald Trump, pour ses prises de position, ou plus localement contre le président argentin de centre-droit Mauricio Macri, qui avait multiplié les promesses lors de son élection en 2015, mais dirige désormais un pays à nouveau rongé par une profonde crise économique.

"L'idée c'est que ce soit une réunion pacifique, tranquille, que tous ceux qui veulent manifester puisse le faire en paix, et pas dans la violence", a averti la ministre de la Sécurité, Patricia Bullrich.

Pour garantir la sécurité du sommet, la Chine a fait don à l'Argentine d'équipements de sécurité: des motos, des camions conçus pour l'installation de barrières anti-émeutes, des véhicules blindés d'intervention, des détecteurs d'explosifs.

Samedi, la question de la sécurité a donné des sueurs froides aux autorités: des hooligans du club de football de River Plate ont profité d'une faille dans le dispositif pour attaquer le bus transportant les joueurs de Boca Juniors, leur rival historique. L'agression a entraîné le report de la finale de la Copa Libertadores.

Un policier en patrouille avenue du 9 juillet, le 27 novembre 2018 à Buenos Aires, avant le sommet du G20


Commentaires

-