Au coeur de la Bourgogne, le cinéma à la force des mollets

Au coeur de la Bourgogne, le cinéma à la force des mollets

Publié le :

Jeudi 27 Juin 2019 - 09:00

Mise à jour :

Jeudi 27 Juin 2019 - 15:12
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
PARTAGER :

Par Olivier DEVOS et Alain BAUDIN - Autun (France) (AFP)

-A +A

Une toile de tente blanche tendue entre des arbres, des volontaires qui pédalent: ce soir, la projection se fait à la force des mollets, seule source d'énergie du cinéma itinérant Cinécyclo, qui parcourt cet été les routes du Morvan, au coeur de la Bourgogne.

Malgré la chaleur encore pesante, une soixantaine de personnes assistent à la séance en plein air, sous les tilleuls d'un ancien prieuré d'Autun, en Saône-et-Loire, où des courts-métrages se succèdent pendant plus d'une heure.

Les spectateurs ne se font pas prier pour pédaler à tour de rôle sur la bicyclette noire et produire l'électricité qui alimente un matériel mobile ultra-léger. "Ça demande quand même un effort conséquent", commente Thibault Mouginot, trentenaire devenu "pédaleur" après avoir longtemps attendu son tour.

Le vélo de randonnée, dont la roue arrière est surélevée, est relié à une minuscule dynamo. Le courant passe bien entre le régulateur, les enceintes compactes et le petit vidéo-projecteur qui envoie des images en haute définition sur la toile tendue par des sangles.

En tout, le matériel pèse environ 8 kilos et tient dans deux sacoches: l'équipe de l'association basée à Dijon doit pouvoir le transporter à vélo entre les étapes de la tournée.

Le montage prend à peine dix minutes et "l'ensemble du système consomme deux fois moins qu'un grille-pain", fait valoir Cléa Rufener, volontaire chez Cinécyclo.

La qualité du son et des images est bluffante. L'association a conçu en interne ce dispositif, à l'origine pour un voyage au Sénégal.

Car si son fondateur, Vincent Hanrion, a des attaches familiales en Bourgogne, c'est dans ce pays africain que ce fondu de cinéma et amateur de vélo a fait son premier long voyage à bicyclette, couplé à des projections en plein air, dans des villages souvent sans accès à l'électricité.

- Zones isolées -

Quand ce graphiste de formation s'élance fin 2015 sur les routes du Sénégal avec sa collection de films sur l'environnement, de dessins animés ou de "Charlie Chaplin", le succès est immédiat. Il enchaînera 100 projections, devant 12.000 spectateurs.

Le projet "contribue à faciliter l'accès au cinéma dans des zones isolées", tout en abordant des problématiques environnementales ou de lutte contre la pauvreté, explique Vincent Hanrion. "C'est un projet d'aventure personnel qui est devenu un projet social", résume-t-il.

Les bénévoles sénégalais, rencontrés sur place, ont conservé du matériel pour poursuivre les projections. Depuis, les tournées de l'association ont essaimé sur d'autres continents, en Equateur, et dans plusieurs régions françaises.

Pour ses tournées hexagonales, l'association se rend notamment "dans des petits villages où il n'y a pas forcément de programmation culturelle", indique M. Hanrion, installé récemment au Québec.

L'esprit reste identique et les films projetés dans le Morvan "illustrent des aventures humaines et des initiatives locales et citoyennes", qui ont pour but "de promouvoir le lien social, la solidarité et la protection de l'environnement", résume la bénévole Marion Boulet.

Courts-métrages et documentaires sont souvent de premières œuvres de producteurs ou de jeunes réalisateurs choisis par l'association. D'autres sont proposés par le Parc naturel régional du Morvan, partenaire de la tournée de juillet, sur des thématiques locales comme la sauvegarde de la loutre ou de la chauve-souris.

Seuls les moyens techniques ont évolué depuis le premier kit de projection, nettement plus encombrant, puisqu'il impliquait l'utilisation d'un vélo cargo pour un poids total de 70 kilos.

Plus légers, les "cinécyclistes" vont sillonner pendant un mois les petites routes du Morvan, sur 400 kilomètres, reliant une douzaine de communes-étapes. Mais, canicule oblige, ils pourraient faire une partie du parcours de nuit.

Un volontaire pédale pour produire l'électricité d'un écran de cinéma, le 26 juin 2019 à Autun


Commentaires

-