Autisme: le gouvernement dévoile son plan pour "changer la donne"

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Autisme: le gouvernement dévoile son plan pour "changer la donne"

Publié le 06/04/2018 à 06:17 - Mise à jour à 07:36
© Christophe Ena / POOL/AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par Pascale JUILLIARD, Marc PRÉEL - Paris (AFP)

-A +A

Diagnostic et intervention précoces, accompagnement vers l'école et dans l'emploi : le Premier ministre Edouard Philippe présente vendredi une "stratégie" sur cinq ans visant à donner aux enfants et adultes autistes une vie "la plus normale possible".

En déplacement jeudi à Rouen, Emmanuel Macron a levé le voile sur des nouvelles mesures représentant 344 millions d'euros sur cinq ans, élaborées à l'issue d'une concertation de neuf mois avec les associations et autres acteurs du secteur.

Cette "stratégie nationale", portant sur la période 2018-2022, succède au troisième plan autisme (2013-2017), qui était doté de 205 millions d'euros.

Visant à "changer la donne" pour les enfants et adultes autistes, qui manquent souvent d'une prise en charge adaptée, elle doit être détaillée par Edouard Philippe, qui se rendra dans la matinée au salon international de l'autisme à Marne-la-Vallée, en région parisienne, en compagnie de la secrétaire d'Etat en charge du handicap, Sophie Cluzel.

Il présentera ce nouveau plan dans l'après-midi au Musée d'Histoire naturelle, entourée des ministres Agnès Buzyn (Santé), Jean-Michel Blanquer (Education nationale) et Frédérique Vidal (Enseignement supérieur et recherche).

L'une des innovations est la création, à partir du 1er janvier 2019, d'un "forfait d'intervention précoce" qui permettra de faire prendre en charge par l'Assurance-maladie des séances avec des thérapeutes (psychomotriciens, ergothérapeutes, neuropsychologues ...), dès les premiers troubles détectés et avant le diagnostic officiel.

Repérés très tôt, et avec un accompagnement précoce et intense, les écarts de développement peuvent être rattrapés dans certains cas, et dans d'autres une aggravation du handicap peut être évitée, a fait valoir Matignon.

Les "troubles du spectre de l'autisme" (TSA) atteignent "environ 1 % de la population", estime la Cour des Comptes. Elle évalue à 700.000 le nombre de personnes concernées en France, dont 600.000 adultes, bien que ces derniers ne soient "qu'environ 75.000" à être aujourd'hui diagnostiqués.

- 100% des enfants autistes en maternelle -

Ce trouble neurodéveloppemental se caractérise par des difficultés d'interaction sociale, des comportements répétitifs et des centres d'intérêt restreints ou spécifiques. Il peut s'accompagner ou non d'une déficience intellectuelle.

Pour les enfants nés en 2018, "il faudrait que dès 2019, l'ensemble de cette classe d'âge puisse avoir accès au dépistage et au forfait d'intervention précoce, et que cette génération dépistée le plus tôt possible puisse intégralement entrer à l'école en 2021. C'est le premier jalon qu'on s'est fixé", a ajouté Matignon.

Le gouvernement prévoit de "tripler" le nombre de places en Unités d'enseignement en maternelle (UEM), des petites classes destinées aux enfants ayant besoin d'un soutien renforcé.

De nouvelles classes spécialisées doivent être ouvertes en primaire, au collège et au lycée, et l'accompagnement des enseignants doit être renforcé. Une centaine de postes d'enseignants spécialisés sur l'autisme seront créés pour soutenir ceux qui ont des élèves autistes dans leurs classes.

Des mesures sont également prévues pour améliorer le repérage des adultes ayant des troubles autistiques, afin de pouvoir adapter leur prise en charge et leur accompagnement, vers l'emploi notamment. Les crédits destinés au dispositif d’emploi accompagné seront ainsi doublés, dans l'objectif de faciliter leur insertion professionnelle.

Afin que les recommandations de bonnes pratiques de la haute autorité de Santé (HAS) soient mieux connues et appliquées, des mesures sont prévues pour améliorer la formation initiale et continue des professionnels de santé et travailleurs sociaux.

L'exécutif entend également développer la recherche sur les troubles neuro-développementaux, pour "remettre la science au coeur de la politique de l'autisme", et développer des solutions de répit pour les familles.

Auteur(s): Par Pascale JUILLIARD, Marc PRÉEL - Paris (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Emmanuel Macron lors d'une visite de la crèche Graffiti, association le Moulin vert, à Rouen le 5 avril 2018

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-