"Gilets jaunes": enquête ouverte à Paris après des appels aux suicides de policiers

"Gilets jaunes": enquête ouverte à Paris après des appels aux suicides de policiers

Publié le 21/04/2019 à 15:08 - Mise à jour le 22/04/2019 à 08:45
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Une enquête a été ouverte à la suite des slogans "suicidez-vous, suicidez-vous" lancés aux forces de l'ordre samedi dans la capitale lors de l'acte 23 des "gilets jaunes" et qui ont suscité l'indignation, a-t-on appris dimanche auprès du parquet de Paris.

Cette enquête, révélée par RTL, a été ouverte pour "outrage à personne dépositaire de l'autorité publique commis en réunion" et confiée à la sûreté territoriale de Paris.

A plusieurs reprises dans le cortège parisien des "gilets jaunes", des manifestants ont crié "Suicidez-vous, suicidez-vous" aux forces de l'ordre, alors que la police est touchée par une vague de suicides sans précédent depuis le début de l'année.

Ces slogans ont été vivement condamnés par la classe politique et les syndicats de policiers.

"On atteint le paroxysme de la haine. Ces propos sont intolérables et inacceptables", a déclaré dimanche à l'AFP Frédéric Lagache, délégué général du syndicat Alliance, le premier syndicat chez les gardiens de la paix.

"C'est une insulte aux policiers décédés, à leurs familles et à toute l'institution", a-t-il ajouté, appelant à identifier les responsables.

Le syndicat Unité SGP Police a, lui, dénoncé une "ignominie" et un "scandale" tandis qu'Alternative Police CFDT a appelé les autorités à mettre un terme à cette "déferlante haineuse anti-flic".

La classe politique, de LREM au PS en passant par LR, a aussi manifesté son indignation. "Honte à ceux qui se sont livrés à une telle ignominie !", a tweeté le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Le 23e samedi de manifestation des "gilets jaunes", mobilisés depuis cinq mois en France pour plus de pouvoir d'achat et de démocratie directe, a été marqué par de nouvelles violences à Paris, avant les réponses attendues jeudi d'Emmanuel Macron à la crise.

Au total, 220 personnes ont été placées en garde à vue dans la capitale samedi en marge de cette mobilisation, parmi lesquelles six mineurs, selon un bilan du parquet de Paris.

Quelque 27.900 personnes ont défilé samedi en France, dont 9.000 à Paris, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur qui font apparaître un fléchissement de la mobilisation mais qui sont régulièrement contestés par les "gilets jaunes".

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.

Soutenez FranceSoir dès 1€ >



PARTAGER CET ARTICLE :


L'enquête a été ouverte pour "outrage à personne dépositaire de l'autorité publique commis en réunion" et confiée à la sûreté territoriale de Paris

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-