Levée d'une suspicion de choléra à bord d'un avion en provenance d'Algérie

Levée d'une suspicion de choléra à bord d'un avion en provenance d'Algérie

Publié le :

Mercredi 05 Septembre 2018 - 19:11

Mise à jour :

Mercredi 05 Septembre 2018 - 19:54
©DR
PARTAGER :

Par Hervé GAVARD - Perpignan (AFP)

-A +A

Une suspicion de choléra à bord d'un avion en provenance de l'Algérie touchée par une épidémie, a été levée mercredi soir à Perpignan, après l'analyse des premiers prélèvements réalisés sur l'enfant malade.

"Après analyse sur des prélèvements biologiques, le risque de choléra a été écarté", a indiqué la préfecture des Pyrénées-Orientales, dans un bref communiqué.

L'enfant, âgé de 8 ans et de nationalité française, sa mère ainsi que des passagers adjacents avaient été pris en charge par le personnel médical après l'atterrissage de l'appareil.

Des prélèvements de selles avaient été réalisés chez l'enfant, selon l'Institut Pasteur.

Ces prélèvements vont être mis en culture par le Centre national de référence (CNR) du choléra en France, à l'Institut Pasteur, pour confirmer définitivement la levée de la suspicion.

"On pense recevoir demain (jeudi) les prélèvements", avait indiqué dans l'après-midi à l'AFP Marie-Laure Quilici, la responsable du CNR.

"On peut avoir les résultats en moyenne en 2 à 3 jours, mais cela peut être plus rapide si on isole la bactérie tout de suite et parfois un peu plus long", avait-elle ajouté.

L'avion de la compagnie ASL, qui transportait 136 passagers et 5 membres d'équipage, s'était posé sur le tarmac de Perpignan vers 13H45, en provenance d'Algérie où a sévi depuis le début du mois d'août une épidémie de choléra. Une épidémie aujourd'hui "maîtrisée" selon le gouvernement algérien, mais qui a contaminé 74 personnes et causé la mort de deux personnes.

Aussitôt après l'atterrissage du vol Oran-Perpignan, les pompiers avaient été prévenus qu'un enfant présentait des symptômes d'une contamination. Les autorités avaient alors décidé l'immobilisation de l'appareil, pendant plus d'une heure, et l'intervention à bord des secours en lien avec le SAMU.

-"Transmission difficile"-

Les autres passagers avaient été autorisés par le médecin régulateur du SAMU à quitter l’appareil après leur désinfection des mains.

"En effet, selon la préfecture, bien qu’il s’agisse d’une pathologie contagieuse, sa transmission interpersonnelle est difficile car elle nécessite un contact direct ou indirect, par ingestion, avec des matières fécales et/ou des vomissures".

L'avion avait pu repartir à vide à Oran où le nettoyage et la désinfection devaient être effectués, selon la préfecture.

Depuis le début de l'épidémie en Algérie, la Direction générale de la Santé est en lien avec la Direction de l'aviation civile pour transmettre les recommandations aux compagnies aériennes. Le ministère des Affaires étrangères a aussi mis à jour les conseils aux voyageurs sur son site.

Le choléra est une infection intestinale aiguë due à une bactérie et se transmet par voie orale par l’eau ou par les aliments contaminés.

Dans la forme classique, le choléra se manifeste, après une incubation de quelques heures à 5 jours, par l’apparition de douleurs et de crampes abdominales puis de diarrhée intense associée à des vomissements pouvant entraîner une déshydratation sévère.

L'infection est facile à traiter par réhydratation notamment, par voie orale voire par voie intraveineuse.

Les antibiotiques sont utilisés dans les cas graves. Plusieurs vaccins contre le choléra sont aujourd'hui disponibles.

Mais selon l'Institut Pasteur, en l’absence de traitement et dans ses manifestations les plus sévères, le choléra est l’une des maladies infectieuses les plus rapidement mortelles : le patient se déshydrate et la mort survient en 1 à 3 jours. La mortalité est plus élevée chez les enfants, les personnes âgées et chez les individus fragilisés.

Selon l'OMS, il y a chaque année 1,3 à 4 millions de cas de choléra, et 21 000 à 143 000 décès dus à la maladie dans le monde.

Municipale 2014

Commentaires

-