Nautisme: le Grand Pavois met le cap sur l'environnement

Nautisme: le Grand Pavois met le cap sur l'environnement

Publié le :

Mardi 25 Septembre 2018 - 07:43

Mise à jour :

Mardi 25 Septembre 2018 - 07:46
© Boris HORVAT / AFP/Archives
PARTAGER :

Par Olivier GUERIN - La Rochelle (AFP)

-A +A

Robot aspirateur de déchets flottants, bateau recyclant le plastique en carburant, motorisations électriques: le Grand pavois de La Rochelle, l'un des cinq plus grands salons nautiques "à flot" au monde, se tient de mercredi à lundi, sous le signe des innovations environnementales.

Quelque 85.000 visiteurs sont attendus au Pavois, le plus important salon nautique de la façade atlantique, où 750 voiliers et bateaux à moteur seront exposés, dont une centaine de nouveaux bateaux, une trentaine d'entre eux en première mondiale.

Une centaine de bateaux pourront être testés en mer par les visiteurs, a rappelé Alain Pochon, président de Grand Pavois Organisation.

Mais c'est l'environnement que les organisateurs ont souhaité mettre en avant, avec deux nouveaux espaces dédiés aux bateaux électriques, l'un à terre et le second à flot, où l'Association française pour le bateau électrique (AFBE) fera le point sur les avancées technologiques.

Selon une étude menée pour l'AFBE, les bateaux électriques et hybrides ne représentent que 1 à 2% du marché, mais devraient connaître une croissance exponentielle sur la décennie à venir.

Parmi les innovations, le Pavois verra la présentation de "Recyclamer", un robot solaire marin conçu pour collecter les hydrocarbures et les déchets solides flottant dans les ports. Mis au point par le laboratoire Grese, basé à Limoges (Haute-Vienne), cet "aspirateur flottant" est équipé de capteurs solaires pour assurer son autonomie.

- Carburant plastique et plaisance propre -

L'équipe du projet "Plastic odyssey" sera également présente, pour sensibiliser au recyclage du plastique avec son prototype "Ulysse", le catamaran carburant aux déchets plastiques qui a été inauguré en juin à Concarneau (Finistère).

Le catamaran de 6 mètres de long, débarrassé de son mât, embarque un système de pyrolyse qui transforme le plastique en carburant, lequel est instantanément injecté dans un moteur thermique, alimentant un moteur électrique qui propulse le bateau.

"Le catamaran entend sensibiliser à la réutilisation du plastique comme carburant, mais aussi pour produire des briques de plastique pour la construction, et d'autres solutions", explique à l'AFP Simon Bernard, l'un des initiateurs du projet. "Nous avons déjà des contacts en Afrique, en Asie, en Amérique du sud, pour aller construire de petites unités de recyclage au plus près des zones de dépôts sauvages".

Dans la catégorie "plaisance propre", l'équipage du voilier Ekolibri, fera part de son expérience de tour du monde à la voile en autonomie complète pendant deux ans, avec potager et poulailler à bord.

Autre innovation sportive, le Pavois accueillera le "National wind foil", une nouvelle compétition ouverte à tous les pratiquants de planche à voile inscrits en club et équipés de foil, ces ailerons métalliques qui permettent de décoller de la surface de l'eau. Ce rendez-vous, sur deux jours, démontre à quel point s'est démocratisé en quelques années cet équipement qui révolutionne la pratique du windsurf.

Une nouvelle épreuve Transatlantique sera également présentée au salon: le "Défi Atlantique 2019", course en équipage entre Rivière Sens (Guadeloupe) et La Rochelle, qui partira le 23 mars. Elle sera réservée aux monocoques de Class40 (40 pieds, soit 12,19 mètres) qui auront participé à la Route du Rhum. "Cela permettra aux concurrents d'effectuer un retour en course", a commenté M. Pochon.

Le Grand Pavois, créé en 1973, s'est forgé au fil des années une tradition de salon populaire, ouvert à tous amateurs de mer, et soucieux de répondre du marché européen, avec 75% de bateaux de petite taille, monocoques et multicoques de moins de 15m. Sa 46e édition, avec Madagascar pour invité d'honneur, sera officiellement inaugurée vendredi par la ministre des Transports Elisabeth Borne.

Prototype du projet "Plastic Odyssey", ici présenté le 20 septembre 2018 à Marseille


Commentaires

-