SNSM: l'île de Sein conserve son canot de sauvetage

SNSM: l'île de Sein conserve son canot de sauvetage

Publié le :

Mardi 30 Juillet 2019 - 15:11

Mise à jour :

Mardi 30 Juillet 2019 - 16:27
© Sebastien SALOM-GOMIS / AFP/Archives
PARTAGER :

Par AFP - Rennes

-A +A

L'île de Sein va conserver son canot de sauvetage et une autre solution a été trouvée pour les Sables d'Olonne, privés de moyens de secours maritime depuis le drame du 7 juin dernier, a annoncé mardi la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM).

La décision la semaine dernière de la SNSM d'affecter temporairement aux Sables d'Olonne le canot tous temps (CTT) de Sein avait suscité une vive colère sur l'île, éloignée du continent.

Le port des Sables d'Olonne "recevra toutefois le 1er août un SRA (semi-rigide aluminium) doté de deux moteurs de 150 CV et permettant des interventions jusqu'à 6 milles des côtes", indique le communiqué de la SNSM.

"Depuis le drame survenu aux Sables d'Olonne le 7 juin dernier, la station ne dispose plus de moyen de sauvetage. Une solution a été recherchée en attendant la réparation du canot tous temps +Canotier Jacques Joly+ qui devrait intervenir d'ici le 15 septembre", rappelle le communiqué.

A la suite de cette décision, "la réunion envisagée à Audierne demain mercredi 31 juillet est de ce fait annulée après que l'île de Sein ait confirmé sa volonté de conserver le CTT +Yves et François Olivaux+ à Sein", conclut la SNSM.

Le canot tous temps de Sein est le premier d'une série de trois dont s'est dotée la SNSM depuis 2015 pour mieux répondre à l'évolution du sauvetage en mer. Le second a été affecté à la station des Sables-d'Olonne et le troisième à celle de Sète (Hérault). Mais celui des Sables-d'Olonne a rencontré des problèmes et ne navigue plus depuis janvier. C'est la raison pour laquelle le 7 juin les sauveteurs avaient pris la mer à bord du +Jack Morisseau+, un canot construit en 1986.

Trois sauveteurs en mer avaient perdu la vie le 7 juin lors d'une opération de sauvetage dramatique qui s'était terminée par le naufrage de la vedette SNSM et la mort du pêcheur à l'origine de l'opération de secours.

Un canot pneumatique de la SNSM lors d'un entraînement à Saint Nazaire le 28 juin 2019


Commentaires

-