"Gilets jaunes": LFI est dans "une course de vitesse avec l'extrême droite", selon Corbière

"Gilets jaunes": LFI est dans "une course de vitesse avec l'extrême droite", selon Corbière

Publié le :

Lundi 17 Décembre 2018 - 11:28

Mise à jour :

Lundi 17 Décembre 2018 - 11:30
©DR
PARTAGER :

Par AFP - Paris

-A +A

Le député LFI Alexis Corbière a estimé lundi que la "course de vitesse avec l'extrême droite pour être l'instrument politique de la colère populaire" exprimée par les "gilets jaunes" n'était pas perdue malgré des sondages qui donnent LFI loin derrière le Rassemblement national pour les européennes.

"Le paysage politique n'est pas aussi figé que certains voudraient le dire pour expliquer à la fin que c'est soit Marine Le Pen soit Emmanuel Macron. Je crois que les choses ne sont pas réglées comme ça", a déclaré le député de Seine-Saint-Denis sur Radio Classique.

"Bien sûr qu'il y a une course de vitesse avec l'extrême droite pour capter, pour être l'instrument politique de cette colère populaire", a reconnu M. Corbière, pour qui la mobilisation des "gilets jaunes" "crée un climat plutôt favorable (aux) idées" de La France insoumise.

Interrogé sur des sondages défavorables pour LFI avant les élections européennes de mai 2019, il a rappelé que Jean-Luc Mélenchon "a gagné près de 10 points au cours de la campagne électorale" de 2017.

"On peut aussi imaginer que ce mouvement des gilets jaunes s'auto-organise; j'entends dire qu'(ils) veulent présenter des listes", a-t-il relevé, en invitant à manier ces sondages avec précaution.

Le Rassemblement national (ex-FN, 21%) et La République en Marche (20%) arrivent largement en tête des intentions de vote pour les élections européennes, loin devant la liste des Républicains (12%) et celle de La France insoumise (10%), selon un sondage BVA publié vendredi.

"Il y a une colère extrêmement forte, une colère sociale, le mouvement des gilets jaunes charrie des contradictions en lui-même, comme tout grand mouvement populaire, mais il met la question sociale au coeur du débat", s'est réjoui le député LFI.

Alexis Corbière a aussi salué "toute une série de choses positives qui ont été imposées par ce grand mouvement populaire qui, de toute façon, quel que soit l'avenir - peut-être que ça va s'estomper à la veille des vacances -, restera dans la vie politique".

"Malheur à celui qui oublie le peuple, c'est la leçon à tirer", a-t-il résumé.

Municipale 2014


Commentaires

-