LREM prend ses distances avec les "foulards rouges"

LREM prend ses distances avec les "foulards rouges"

Publié le :

Mardi 22 Janvier 2019 - 18:14

Mise à jour :

Mardi 22 Janvier 2019 - 18:42
© ludovic MARIN / AFP/Archives
PARTAGER :

Par Jérémy MAROT - Paris (AFP)

-A +A

"Sensible" à l'initiative des "foulards rouges" qui défileront dimanche à Paris, La République en marche ! affiche toutefois ses distances avec ce mouvement créé en réaction aux "gilets jaunes", préférant conduire la riposte via le grand débat national.

L'initiative de cette manifestation revient à un sympathisant LREM de Toulouse. Elle a ensuite reçu l'appui du collectif des "foulards rouges", né fin novembre pour protester contre les blocages mis en place par les "gilets jaunes", à condition que le défilé ne soit pas une manifestation de soutien au président Macron mais, plus largement, à la République.

Ira, ira pas ? Combien d'élus et militants LREM se mêleront aux participants de cette "Marche républicaine des libertés".

Pour chacun, cela se fera à titre individuel et non à l'appel du mouvement, comme décidé par son bureau exécutif lundi soir. Une décision "assez consensuelle", poussée notamment par Philippe Grangeon, un proche d'Emmanuel Macron, selon un participant, qui souligne qu'"on ne peut pas appeler à l'apaisement et dans le même temps aller manifester dans la rue".

"La République En Marche est sensible à cette initiative et partage les valeurs qu'elle défend (...) après des semaines de manifestations ayant parfois donné lieu à des scènes de violence intolérables", a fait valoir le parti dans un communiqué mardi.

Mais, opposé à "la logique du camp contre camp", écrit son patron Stanislas Guerini, le parti "n'appellera pas à manifester le 27 janvier mais redoublera d'efforts pour assurer la réussite du débat" national lancé la semaine dernière par Emmanuel Macron.

"Je n'y participerai pas et je pense que les élus n'ont pas vocation à participer à ce type de rassemblement", abonde le député LREM du Val d'Oise Aurélien Taché, pour qui "il n'est pas question de manifester Français contre Français".

D'autant plus que "les forces de l'ordre sont épuisées", complète un ministre qui ne se voit pas "manifester pour (s)'autosoutenir".

Plusieurs autres députés interrogés par l'AFP font part de leur circonspection face à cette marche.

- Crainte d'un "bide" -

"Ce n'est pas une manifestation contre les +gilets jaunes+ mais pour notre République et le respect de nos institutions. C'est une marche totalement apolitique. Chez nous, il y en a beaucoup qui ne supportent pas le Président", assure Théo Poulard, vice-président du mouvement des "foulards rouges".

Les sympathisants LREM qui participeront à la manifestation dimanche sont donc priés de rester discrets.

"Les adhérents d'En Marche ! et des autres partis pourront venir mais seulement comme citoyens. S'ils ont des pancartes on leur demandera de les ranger", prévient M. Poulard.

"Je pense aller à la manifestation sans écharpe, sans marquage, sans rien, dans un bon état d'esprit, quelques instants pour montrer qu'il y a aussi des gens qui sont aux côtés du gouvernement", annonce la députée de Paris Olivia Grégoire.

Un autre député francilien participera, sans écharpe, tout en évoquant "la crainte que ce soit un bide et que ça nous soit attribué alors qu'on y est pas pour grand-chose".

"Si on est 20.000 ce sera un succès. 40.000 un très gros succès", estime à cet égard Théo Poulard.

"Il y a deux gros risques", pointe un élu d'Ile-de-France. "Qu'il n'y ait personne et qu'on soit ridicules, ou qu'il y ait des gens qui viennent pour se battre" avec les "foulards rouges".

Pas sûr également que la manifestation draine au-delà du halo francilien dans les rangs macronistes, selon la demi-douzaine de référents départementaux LREM interrogés par l'AFP.

"La plupart se mobilisent plutôt sur des actions locales, notamment le grand débat", souligne le référent de Haute-Savoie Guillaume Gibouin.

Le délégué général de la République en marche ! (LREM), Stanislas Guerini, le 4 décembre 2018 à Paris

Commentaires

-