Woerth: les propos de Wauquiez "ne concourent pas au rassemblement" de LR

Woerth: les propos de Wauquiez "ne concourent pas au rassemblement" de LR

Publié le :

Dimanche 18 Février 2018 - 13:08

Mise à jour :

Dimanche 18 Février 2018 - 13:10
© MATTHIEU ALEXANDRE / AFP/Archives
PARTAGER :

Par AFP - Paris

-A +A

L'ex-ministre Eric Woerth a jugé dimanche que les propos abrupts de Laurent Wauquiez, enregistrés à son insu, "ne concourent pas au rassemblent" des Républicains, même s'il faut ne pas en "maximiser" la portée.

"Je suis assez libre de ma parole, je trouve qu'on en fait beaucoup même s'il y a beaucoup de choses que je ne partage pas" dans les propos de M. Wauquiez, a dit M. Woerth dans l'émission Dimanche politique sur France 3.

"Si je n'approuve pas, ça ne me choque pas non plus", a ajouté l'ex-ministre de Nicolas Sarkozy, regrettant qu'on "en parle depuis hier, alors qu'il y a des sujets plus importants". "Je ne minimise pas les propos mais je ne les maximise pas non plus", dit-il.

M. Wauquiez est critiqué de toutes parts après des propos, enregistrés à son insu et diffusés vendredi soir sur TMC, dans lesquels il s'en prend à Nicolas Sarkozy, Gérald Darmanin ou Emmanuel Macron.

M. Woerth juge ainsi qu'il vaut "mieux éviter de recommencer ce type d'exercices et se laisser probablement un peu trop aller". "On a besoin de rassembler, pas de diviser (...) Ces propos ne concourent pas au rassemblement" du parti, a regretté le député de l'Oise. "Il n'y aurait pas ces propos, ce serait peut-être mieux", dit-il.

Selon lui, M. Wauquiez "est suffisamment intelligent pour tenir compte de ça". Le président d'Auvergne-Rhône-Alpes, qu'il a eu depuis vendredi au téléphone, "était un peu ennuyé par l'avalanche de commentaires".

"On a besoin d'une opposition qui à un moment donné se fasse entendre: nécessairement, on monte un peu le ton", estime aussi M. Woerth, jugeant "inqualifiable, anormale" la méthode qui consiste à diffuser des enregistrements sauvages.

L'ancien ministre et ancien trésorier de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy Eric Woerth, le 23 août 2016 à Paris


Commentaires

-