Trump et son mur: des déclarations à géométrie variable

Trump et son mur: des déclarations à géométrie variable

Publié le :

Mardi 08 Janvier 2019 - 22:20

Mise à jour :

Mardi 08 Janvier 2019 - 22:22
© Sandy Huffaker / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP
PARTAGER :

Par AFP - Washington

-A +A

Acier ou béton? Budget de 4, 5, 8 ou 12 milliards de dollars? Financé par le Mexique... ou pas? Au fil des ans, Donald Trump a enchaîné des propos souvent contradictoires sur son mur anti-migrants, sa promesse de campagne la plus controversée. En voici un florilège.

- Août 2014: l'idée naît

"Sécurisons la frontière! Bâtissons un mur!"

- La campagne: promesse martelée d'un mur infranchissable

"Je vais bâtir le plus grand mur que vous ayez jamais vu. Ce sera un mur Trump, un mur magnifique".

"Il n'existera pas d'échelle permettant de passer par dessus (...) Et s'ils arrivent en haut, bonjour les problèmes pour eux, parce qu'aucun moyen de redescendre. A moins d'avoir une corde" (août 2015).

- Le financement: du Mexique... au contribuable

"Construire un mur, c'est facile, et cela peut même être réalisé sans que cela coûte cher" (juillet 2015).

"Le Mexique paiera pour le mur, croyez-moi, à 100%. Ils ne le savent pas encore, mais ils paieront" (août 2016).

"Le Mexique paiera sous la forme d'un remboursement ou autre" (août 2017).

"Le Mexique est en train de payer pour le mur grâce aux milliards de dollars que les Etats-Unis économisent par le biais du nouvel accord commercial" (décembre 2018).

"Les démocrates et le président Obama ont donné à l'Iran 150 milliards de dollars, pour rien, mais ils ne peuvent donner 5 milliards de dollars pour la sécurité nationale et le mur?" (décembre 2018).

"Si les démocrates ne veulent pas nous donner les voix pour protéger notre pays, l'armée construira les sections du mur restantes" (décembre 2018).

- Un mur de conception évolutive

"Il va être en béton armé" (décembre 2015).

"Nous réfléchissons à la construction du mur comme un mur solaire (...) Cela générerait de l'énergie, et cela le financerait" (juin 2017).

"Cela pourrait être un mur en acier avec des ouvertures, car il faut pouvoir voir ce qui se passe de l'autre côté" (juillet 2017).

"Nous n'allons pas construire un mur de béton, mais des piquets d'acier savamment conçus" (décembre 2018).

"On a besoin d'une forme de clôture avec des ouvertures (...) Si vous avez un mur de béton très épais et qu'il monte jusqu'à 10 mètres de haut, nettement plus haut que prévu, alors on ignore qui il cache" (janvier 2019).

Une portion de la clôture frontalière entre le Mexique et les Etats-Unis à Tijuana le 6 janvier 2019

Commentaires

-