Cargo pour l'Arabie saoudite : l'armateur dément toute cargaison d'armes

Auteur:
 
Par AFP - Marseille
Publié le 28 mai 2019 - 20:41
Image
Le cargo saoudien Bahri Tabuk dans le port de Marseille, le 28 mai 2019
Crédits
© Boris HORVAT / AFP
Le cargo saoudien Bahri Tabuk dans le port de Marseille, le 28 mai 2019
© Boris HORVAT / AFP

Un représentant en France de l'armateur du cargo saoudien Bahri Tabuk accusé par le média indépendant Disclose d'être au port de Marseille-Fos (Bouches-du-Rhône) pour charger des munitions de canons français à destination de l'Arabie saoudite a formellement démenti toute cargaison d'armes auprès de l'AFP mardi.

"Le navire va charger demain (mercredi), pour le compte de (l'entreprise allemande) Siemens, des stations mobile d'électricité à usage civil, et cela représente 100% de sa marchandise", a affirmé à l'AFP un porte-parole de la société Shipping Agency Service, qui représente en France l'armateur saoudien Bahri: "Les informations sur un chargement d'armes ou d'explosifs sont complètement bidons".

"Ce sont des Fake News, comme c'était déjà le cas au Havre", il y a deux semaines, quand un autre cargo saoudien du même armateur, le Bahri Yanbu, avait déjà été soupçonné de vouloir embarquer des armes françaises à destination de l'Arabie saoudite, a insisté le représentant de SAS. Le cargo saoudien avait finalement renoncé à accoster au port du Havre (Seine-Maritime), après cette première polémique provoquée déjà par des accusations de Disclose.

Selon ce média indépendant, le Bahri Tabuk a accosté à Marseille-Fos mardi pour prendre livraison de munitions pour les canons Caesar français, à destination de Jeddah, en Arabie saoudite. L'accusation est éminement sensible, ces armes pouvant être utilisées pour tuer des civils au Yémen, selon des ONG.

"Nous sommes en train de vérifier", a déclaré la ministre des Armées Florence Parly, interpellée mardi après-midi à l'Assemblée nationale sur ces munitions fabriquées par une filiale du groupe Nexter. "Et quand bien même ce serait le cas, cela serait-il étonnant ? Non, car nous avons un partenariat avec l'Arabie Saoudite" a-t-elle poursuivi dans une ambiance houleuse, interrompue par un "vous mentez !" de François Ruffin, député de la gauche radicale.

L'Acat (Action des chrétiens pour l'abolition de la torture) a déposé mardi après-midi un référé-liberté contre l'autorisation de charger des armes qui aurait été délivrée au cargo Bahri Tabuk par la Direction générale des douanes et droits indirects (DGDDI). Cette association avait déjà déposé un recours contre le chargement du Bahri Yanbu au Havre, mais celui-ci avait été rejeté le 10 mai.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.