Jamel Debbouze pousse un coup de gueule contre le JT devant Claire Chazal (vidéo)

Vivre ensemble

Jamel Debbouze pousse un coup de gueule contre le JT devant Claire Chazal (vidéo)

Publié le :

Mardi 19 Décembre 2017 - 17:37

Mise à jour :

Mardi 19 Décembre 2017 - 18:11
Claire Chazal a reçu Jamel Debbouze dans son émission "Entrée libre" lundi. L'humoriste, qui venait parler de son nouveau spectacle, en a profité pour déplorer que les JT ne valorisent pas assez le vivre ensemble.
©Capture d'écran TF1
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Jamel Debbouze revient sur les planches après six ans d'absence avec un nouveau spectacle intitulé Maintenant ou Jamel. Invité d'Entrée Libre sur France 5 lundi 18, il a profité de l'occasion pour dire tout le mal qu'il pensait des journaux télévisés d'information sur les grandes chaînes.

Face à Claire Chazal, qui présente l'émission, l'humoriste a déploré que les JT ne valorisent pas assez le vivre ensemble. Notamment quand la journaliste l'a interrogé sur son rôle supposé de "porte-parole des Français issus de l'immigration".

Lire aussi: Jamel Debbouze: l'humoriste va remonter sur scène en 2017

"Encore aujourd’hui, on est obligé de creuser ce sillon. On est obligé de dire fort combien on est Français, combien on est né ici, combien on vit les choses exactement de la même manière que n’importe quel Français de souche", a expliqué Jamel Debbouze. "C’est vrai, je le dis souvent, mais c’est schizophrénique d’avoir l’impression d’être étranger dans son propre pays", a-t-il poursuivi.

Et de préciser sa pensée: "On a le sentiment qu’on doit en faire deux fois plus, qu’on doit se justifier deux fois plus. Dès lors qu’il y a un mec qui a les cheveux et les yeux noirs, qui vient de Tuni­sie, d’Algérie ou du Maroc et qui fait quoi que ce soit, on doit s’expliquer".

"Et c’est vrai que pendant les événements (les attentats, NDLR), j’ai été sur-solli­cité, et je l’ai mal vécu, car ça me concerne au même titre que tout le monde", a-t-il ajouté avec amertume.

Le comédien a finalement conclu: "Je suis issu de l’immigration, je ne le nie pas, j’en suis extrêmement fier. Mais on est en 2017, et vu tout ce qu’on a fait, vu notre histoire commune, ça ne devrait plus être un sujet".


Commentaires

-