"Le Book Club": les mamies font de la résistance (critique)

"Le Book Club": les mamies font de la résistance (critique)

Publié le :

Mardi 05 Juin 2018 - 08:03

Mise à jour :

Mardi 05 Juin 2018 - 18:01
CRITIQUE - Non, la vieillesse n'est pas un naufrage, affirment quatre actrices hollywoodiennes réunies dans le film "Le Book Club", qui sort ce mercredi. Elles interprètent quatre amies du troisième âge qui décident de relancer leur vie sexuelle et sentimentale.
©Paramount Pictures
PARTAGER :

Jean-Michel Comte

-A +A

SORTIE CINE - A elles quatre, elles ont 72 ans de moyenne d'âge. Quatre stars d'Hollywood –Jane Fonda, Diane Keaton, Candice Bergen, Mary Steenburgen– jouent les mamies qui refusent de renoncer à leur vie sentimentale et sexuelle dans Le Book Club, qui sort ce mercredi 6 juin sur les écrans français.

Les quatre amies, qui se connaissent depuis l'adolescence, se retrouvent tous les mois pour papoter, boire du vin blanc et se faire découvrir mutuellement un nouveau livre: c'est leur "book club". Alors quand Vivian (Jane Fonda) propose Cinquante nuances de Grey, cela émoustille le quatuor. Et va amener chacune à relancer la flamme qui couve encore en elle.

Vivian, riche femme d'affaires célibataire qui a réussi, possède un hôtel de luxe et règne sur plus de 200 employés. Elle revoit par hasard un animateur radio (Don Johnson, 68 ans), dont elle était amoureuse 40 ans plus tôt mais qu'elle avait délaissé pour avancer dans sa carrière.

Lire aussi – Jane Fonda: 80 bougies pour la Barbarella sexy des sixties

Sharon (Candice Bergen), juge fédérale, vient d'être quittée par son mari pour une bimbo qui a le tiers de son âge et, seule chez elle avec son chat, découvre les sites de rencontre sur Internet. Son premier rendez-vous sera avec un comptable célibataire (Richard Dreyfuss, 70 ans).

Veuve depuis un an, Diane (Diane Keaton) est mère de deux filles mariées et mères de famille qui s'inquiètent de la laisser seule et veulent qu'elle déménage près d'elles. Mais elle veut rester indépendante et va connaître le coup de foudre avec un pilote d'avion célibataire (Andy Garcia, 62 ans), qui va l'inviter dans son immense villa avec piscine.

Enfin Carol (Mary Steenburgen) est la seule à avoir encore une vie de couple et son union avec son mari (Craig T. Nelson, 74 ans) est solide, mais il préfère désormais s'occuper de sa vieille moto. Elle va donc essayer de redonner du piment à leurs relations, en prenant des cours de danse avec lui ou en glissant des pilules de Viagra dans sa bière.

Ces quatre femmes mûres, galvanisées par la lecture de Cinquante nuances de Grey et par leurs nouvelles audaces, vont en profiter pour se remettre en question et faire le bilan de leur vie sentimentale, loin d'être terminée…

"Dans notre société, comme à Hollywood, on fait face à un jeunisme exacerbé, c’est-à-dire cette idée selon laquelle, passé un certain âge, on ne sert plus à grand-chose. Oublions la société. Si vous pensez que s’ouvre un nouveau chapitre de votre vie, le seul obstacle que vous aurez à franchir, c’est votre propre mentalité", explique le réalisateur, Bill Holderman, âgé d'une quarantaine d'années et dont c'est le premier long-métrage.

II a passé 14 ans à coproduire les films de Robert Redford et en 2015 avait coproduit et coécrit le scénario du navrant Randonneurs amateurs, avec quelques autres chevaux sur le retour comme Robert Redford, Nick Nolte, Emma Thompson et déjà Mary Steenburgen.

Lire la critique – Randonneurs amateurs: Robert Redford s'égare

Ici il part d'une bonne intention en réunissant des actrices et acteurs vieillissants pour démontrer que la vie continue après la retraite, que l'amour n'a pas d'âge, que le sexe n'est pas réservé aux jeunes générations, que de nouveaux chapitres de l'existence peuvent s'ouvrir dans la dernière ligne droite, que les femmes sont plus indépendantes qu'autrefois, etc.

Les quatre actrices sont sympathiques (à défaut de jouer le rôle de leur vie) et c'est parfois drôle ("Ton dernier rendez-vous, c'était sous Nixon"), mais souvent lourdingue voire consternant, dans les situations (la séquence du Viagra) comme dans les dialogues. Et quel que soit l'âge des spectateurs qui iront le voir, le film est finalement assez déprimant –et mériterait être interdit aux moins de 65 ans.

Jane Fonda et ses amies du troisième âge veulent continuer à prendre du bon temps.


Commentaires

-