Les tournages à l’heure du coronavirus

Les tournages à l’heure du coronavirus

Publié le 28/05/2020 à 08:53 - Mise à jour à 13:36
© BERTRAND GUAY / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A
Comme tous les secteurs, la production cinématographique et audiovisuelle dispose de son guide sanitaire : un document de 40 pages qui édicte les règles sur les plateaux, et en premier lieu celles de la distanciation physique. 
 
L’installation des décors revue et corrigée, la limitation du nombre de personnes présentes sur les plateaux à 50, des chauffeurs attitrés pour les acteurs, ces nouvelles règles sont nombreuses. Elles concernent également le scénario des films et des séries. 
 
Casse-tête
 
Comment, en effet, respecter les gestes barrière dans certaines scènes ? On pense bien sûr aux scènes intimes, aux baisers ou encore aux bagarres. Même si les réalisateurs vont s’adapter à la situation sanitaire, dire adieu aux accolades et aux bisous sur grand et petit écran semble impossible, comme le soulignait récemment le producteur Jean-Jacques Albert sur LCI : 
 
« En ce qui concerne les gestes barrières, ça va être compliqué dans les scènes de baisers »
 
Des comédiens masqués dont les étreintes sont filmées de dos, des répliques prononcées seuls face caméra, des gros plans aux oubliettes… Autant dire que les metteurs en scène s’arrachent les cheveux. Et c’est particulièrement vrai pour les séries TV qui ont repris le chemin des plateaux, comme « Un si grand soleil » ou « Plus belle la vie », que l’on retrouvera dès début juin pour la première et en septembre pour la seconde. 
 
Un fonds de garanties
 
De la prise de température aux tests sérologiques, chaque équipe doit s’adapter à la situation sanitaire, et ce alors même que les assurances se refusent à couvrir les risques liés à la pandémie de coronavirus, qui ne sont quoi qu’il en soit pas prévus dans les contrats. 
 
Le ministère de la Culture et le Centre national de la cinématographie (CNC) ont dû prendre les choses en main. Un fonds d’indemnisation de 50 millions d’euros sera opérationnel dès le 1er juin, destiné à prendre en charge d’éventuelles interruptions de tournage provoquées par la présence du virus dans une équipe de tournage.  

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Les films vont changer de visage dans les mois à venir

Annonces immobilières

Fil d'actualités Culture




Commentaires

-