Le patron d'un journal appelle au retour du Ku Klux Klan

Le patron d'un journal appelle au retour du Ku Klux Klan

Publié le :

Mercredi 20 Février 2019 - 11:23

Mise à jour :

Mercredi 20 Février 2019 - 11:27
© ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Le patron du Democrat-Reporter, un journal local de l'Alabama aux Etats-Unis, a signé un éditorial jeudi 14 dans lequel il appelle au retour du Ku Klux Klan afin de "nettoyer" Washington.

La polémique est partie d'un journal très local de la ville de Linden, en Alabama aux Etats-Unis. Jeudi 14, le rédacteur en chef de ce média a fait publier un éditorial dans lequel… il en appelle au retour du Ku Klux Klan.

Goodloe Sutton estimait ainsi  qu'il était "temps pour le Ku Klux Klan de sortir à nouveau la nuit". Son appel a été motivé par la décision "des démocrates au sein du parti républicain et des démocrates" d'augmenter les impôts dans l'Etat.

Dénonçant la "classe dirigeante", ce directeur de la publication en appelait au groupe raciste de s'attaquer aux "résidences fermées" de Washington où habitaient ces responsables politiques.

A voir aussi: Terrorisme: un réseau nazi se réclamant du Ku Klux Klan démantelé en Allemagne

Cet éditorial raciste et complotiste a créé une très large polémique aux Etats-Unis et a même fait réagir certains membres de la classe politique comme la démocrate Terri Sewell, qui siège à la Chambre des représentants.

Celle qui est élue pour le 7e district de l'Alabama a ainsi écrit sur Twitter: "Pour les millions de personnes de couleur qui ont été terrorisées par la suprématie blanche, ce genre d'éditorial sur le lynchage n'est pas une blague, c'est une menace. Ces commentaires sont profondément offensants et inappropriés, en particulier en 2019. M. Sutton devrait s'excuser et démissionner".

Goodloe Sutton, jusque là localement connu pour son journalisme d'investigation, est donc sous le feu des critiques. Plusieurs prix qu'il avait obtenu pour son travail lui ont d'ores et déjà été retirés mais cela ne l'a cependant pas poussé à démissionner ou même à s'excuser.

Lundi 18 dans un entretien au quotidien Montgomery Advertiser, il a d'ailleurs assuré que le KKK n'avait commis des actes violents que parce que ses membres y avaient été contraints. Le quotidien a en outre dévoilé plusieurs autres articles ou interviews Goodloe Sutton, tous teintés de racisme et publiés sur plusieurs années.

A lire aussi:

Le Ku Klux Klan, nébuleuse marginale à l'image archaïque

Virginie: le Ku Klux Klan vole au secours d'un général sudiste

Un ex-chef du Ku Klux Klan apporte son soutien à Marine Le Pen

Le rédacteur en chef d'un hebdomadaire a appelé au retour du Ku Klux Klan aux Etats-Unis.

Commentaires

-