Jean-Luc Mélenchon: "le 49-3 est un viol de la démocratie"

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Jean-Luc Mélenchon: "le 49-3 est un viol de la démocratie"

Publié le 18/02/2015 à 08:27 - Mise à jour à 14:35
©Flickr Creative Commons
PARTAGER :

Auteur(s): MM

-A +A

Jean-Luc Mélenchon était l'invité de France Info ce mercredi matin. Le député européen est revenu longuement sur la loi Macron et son passage en 49-3.

Le passage de la loi Macron en 49-3

"C'est un échec totale pour Manuel Valls, c'est un moment de vérité, au fond il n'y a pas de majorité pour une loi de droite dans cette Assemblée. La loi Macron est une loi de droite. Le chef du gouvernement a essayé de gouverner à la droite du PS et en l'occurrence nous avons, avec Monsieur Macron, une caricature de cette orientation à droite social-libéral".

"De vote en vote, Manuel Valls perd des voix à l'Assemblée et il perd des alliés".

"Je pense qu'il y a un moment de vérité politique. Tout n'est pas qu'arnaque et combine. Il y a un moment où les gens votent selon leur conscience. Les députés socialistes n'ont pas été élus pour voter sur le travail du dimanche. La question du contrepôle du temps de travail a toujours été centrale chez les socialistes".

"Je dis depuis le début que ceci est contre la nature politique. On ne peut pas tout le temps violer la nature politique de la démocratie. Les gens n'ont pas voté pour ça en 2012, ils ont peut-être changé d'avis depuis mais ce n'est pas pour cela qu'on a élu des députés à l'époque.

"Vous avez entendu les mots de Valls ? +Le pays a besoin d'autorité+. Mais depuis quand le Premier ministre entend mater une Assemblée nationale? Depuis quand peut-on faire un parallèle sur le terrorisme et le droit du travail? Monsieur Valls a même dit comme Monsieur Macron +on ne joue pas aux dés+. Mais mes amis cela s'appelle la démocratie parlementaire".

"Le 49-3 est tellement violent qu'à la dernière réforme constitutionnel, monsieur Sarkozy qui n'est pourtant pas un alevin de la dernière couvée, a décidé d'en limiter l'application".

"Dans la logique le 49-3 est un viol de la démocratie. C'est pourquoi je milite pour une VIe République et que j'organise son mouvement".

"La question du jeu démocratique est fondamentale dans notre république, les gens le comprennent".

 

Le Front de gauche va-t-il voter la motion de censure?

"Non, le groupe communiste va voter la motion de censure avec la droite. Le Front de gauche c'est neuf partis, on a tendance à l'oublier. Le groupe communiste à l'Assemblée nationale trouve normal de faire ce qu'il veut sans consulter personne."

"Moi je n'aurais pas fait ça. Il n'y a aucune chance que cette motion de censure passe donc qu'est-ce qu'on a été se fourrer avec la droite dans une aventure pareille? Moi, voici ce que j'aurais fait: je me serais adresser aux frondeurs et aux écologistes pour leur proposer de faire une motion de censure pour montrer que si le gouvernement est désapprouvé, il l'est par la gauche et pas par la droite".

"Il ne suffit pas d'être contre, il faut montrer qu'il y a une alternative. D'ailleurs Valls n'a pas rater les frondeurs, il a aussitôt dit +des alternatives il n'y en a pas+".

 

Rencontre avec François Hollande mardi pour parler de Syriza

"C'est toujours sympa avec Hollande et c'est bien ça le problème, quelque soit le sujet avec Hollande, il est toujours sympa. C'est sa façon à lui d'être rusé".

"J'avais sorti mes tenailles en velours, mon idée est la suivante: je ne viens pas représenter les Grecs quand je vais le voir mais nous, Français, qui sommes aussi dans le pressoir. Dans quinze jours la Commission européenne va nous dire si la France à la droit d'avoir un nouveau délai pour ne pas appliquer la fameuse règle des 3%. En Europe on ne peut pas accepter n'importe quelle violence. Hors il s'en commet une contre les Grecs en ce moment, je sais que pour les gens ce n'est pas leur préoccupation du jour mais la Banque centrale européenne a décidé de couper les liquidité si les Grecs ne cèdent pas, c'est un acte de guerre normalement!".

"Donc, j'ai dis au président de la République: +la France ne peut pas accepter que la BCE sorte de son rôle statutaire pour mettre un revolver sur la tempe d'un peuple en lui disant: vous faîtes ce que vous voulez mais à la fin on fait ce que je dis+".

"Il ne m'a pas répondu sur la question de la coupure des liquidités. C'est une erreur de François Hollande, on n'a pas le droit de sortir les revolvers quand on discute".

 

Antisémitisme en France

"On installe une certaine forme de banalité de l'antisémitisme. L'antisémitisme et la haine des musulmans ne sont pas des sentiments banals que l'on peut étaler à longueur de journée si bien que tout le monde s'habitue et trouve ça banal".

Auteur(s): MM


PARTAGER CET ARTICLE :


Jean-Luc Mélenchon sur France Info: "depuis quand le Premier ministre entend mater une Assemblée nationale?"

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-