Black Friday 2020 : faut-il boycotter Amazon pour sauver le commerce français ?

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Black Friday 2020 : faut-il boycotter Amazon pour sauver le commerce français ?

Publié le 10/11/2020 à 12:36 - Mise à jour à 12:38
© Thomas SAMSON / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

Le Black Friday aura-t-il lieu ? Comment faire profiter les petits commerçants de cette période de promotion qui marque le coup d'envoi des achats de Noël ? Faut-il s'interdire d'acheter sur Amazon ?

A quelques jours du BlackFriday, la tension est montée d’un cran le 7 novembre : les commerçants indépendants ont en effet demandé au gouvernement l’annulation pure et simple de cette journée de promotions qui marque, depuis quelques années, le coup d’envoi des achats de Noël. Car cette période cruciale des fêtes de fin d’année était l’espoir pour les petits commerçants indépendants par le premier confinement de se relever. Le reconfinement entame largement leur optimisme. Et la perspective de ce BlackFriday, prévu le 27 novembre, qui viendrait engraisser les géants du e-commerce tels Amazon ou Alibaba les inquiète.

"La psychose française sur Amazon n'a aucun sens"
Le 4 novembre cependant, le secrétaire d’Etat au Numérique Cédric O a tenté de rassurer, expliquant qu’Amazon « ne représente que 20% du e-commerce français et que de très nombreuses entreprises françaises sont des leaders » dans le secteur. Devant les sénateurs il assurait par ailleurs que la « psychose française sur Amazon n’a aucun sens (…) Il n’y a pas de pays européen où Amazon est plus bas qu’en France. Quand les Français augmentent leurs achats de e-commerce, à 60% cela vient dans les poches des entrepreneurs français ».

Amazon veut soutenir les petits commerçants
Pour autant, les commerçants et notamment les libraires le redoutent : la fermeture de leurs boutiques risque fort de profiter à Amazon qui capte déjà 10% de la vente de livres en France.
Selon le PDG d’Amazon France, son entreprise ne représente qu’1% du commerce de détail en France. Son entreprise n’a, selon lui, pas vocation à se substituer aux commerces physiques. Dans le Parisien il y a quelques jours, Frédéric Duval a assuré vouloir aider les commerçants à faire leur transition digitale et à rejoindre la boutique dédiée aux vendeurs français en proposant notamment un tarif préférentiel sur l’abonnement mensuel durant trois mois et des formations au commerce en ligne. Côté vitrine, Amazon met en avant, sur sa page d’accueil, les boutiques et start-up françaises.

Click&Collect, drive solidaire et marketplace pour soutenir les commerçants indépendants
Pour eux aussi afficher leur soutien aux petits commerçants, quelques géants de l’e-commerce (Rakuten, Cdiscount) ont ouvert leur plateforme aux indépendants. Intermarché a pour sa part choisi de proposer un « Drive solidaire » permettant aux libraires indépendantes notamment de délivrer facilement leurs marchandises, Carrefour a offert l’abonnement à sa market place jusqu’à la fin de l’année. Les libraires indépendants s'organisent eux aussi : nombre d'entre eux se sont inscrits sur la plateforme Placedeslibraires et permettent de commander sur Internet et de retirer sa commande en boutique ou de se faire livrer. Pour les soutenir, il est également possible d'acheter, via une plateforme dédiée un bon d'achat valable dès la réouverture dans la boutique d'un commerçant-artisan de sa région. L'opération avait très bien fonctionné lors du premier confinement et les indépendants comptent aussi sur cette forme de soutien de leurs clients.

Si l’opération est maintenue, le Black Friday se déroulera le vendredi 27 novembre et dans les jours qui suivent, voire qui précèdent selon les boutiques.

A lire aussi : Reconfinement : un marché de Noël en ligne à Strasbourg pour combattre Amazon ?

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Le géant Amazon se défend de nuire au commerce de proximité

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-