Roche Bobois, le meuble haut de gamme

La mode à la française

Roche Bobois, le meuble haut de gamme

Publié le :

Mardi 28 Avril 2015 - 16:06

Mise à jour :

Jeudi 07 Mai 2015 - 02:49
Les modes passent, Roche Bobois reste. Leader mondial du mobilier haut de gamme, l’entreprise connaît depuis plus d’un demi-siècle un succès jamais démenti. Avec près de 250 magasins dans 45 pays aujourd'hui, elle a toujours su puiser sa force de son alliance entre ses deux familles fondatrices: les Roche et les Chouchan.
©DR
PARTAGER :
-A +A

C’est l’histoire de deux familles. La première s'appelle Roche. Dans les années 50, Jean-Jacques Roche et ses deux fils, Philippe et François, diplômés respectivement de Science Po et d'HEC, ouvrent deux magasins au 18 rue de Lyon à Paris, dans un ancien théâtre d'Alexandre Dumas. Objectif: devenir LA référence du mobilier traditionnel français.

La deuxième s'appelle Chouchan, une famille juive venue d'Europe centrale. Les deux frères, Jean-Claude et Patrick, ont un magasin de mobilier dans un autre quartier de la capitale, boulevard de Sébastopol. 

En 1960 se tient le Salon du meuble à Copenhague, où le mobilier scandinave est à l'honneur. Les deux familles sont présentes, avec une idée en tête: importer ces meubles et les diffuser à Paris. 

Le boom des franchises

Distinctement, elles se partagent le créneau du meuble scandinave, très en vogue à l'époque. Concurrence oblige, la lutte s'intensifie jusqu'au jour où François Roche se rend chez Patrick Chouchan et lui propose une alliance. 

C'est ainsi que deux familles, toutes deux animées par la passion du meuble, ont mis en commun leurs ressources. Elles réalisent ensemble leur premier catalogue et créent leur société. L’appellation de la marque prend alors tout son sens: le nom de la famille Roche associé à celui du magasin de la famille Chouchan, autrefois nommé "Au Beau Bois".

Les associés lancent en 1961 leur première campagne publicitaire dans le magazine Elle. Succès. Roche Bobois connaît peu à peu une renommée nationale. Pour se développer encore plus vite, la société adopte un nouveau modèle de distribution, avant-gardiste pour l'époque mais efficace: la franchise. Développé aux Etats-Unis, le concept est nouveau dans le domaine de l'ameublement en France. 

La société se spécialise dans le haut de gamme et commence à distribuer les créations de spécialistes du mobilier contemporain français, fortement inspiré du style Bauhaus, tels que Minvielle, Steiner ou Airborne, dans plusieurs grandes villes: Lyon, Marseille, Nancy. 

Mais pour séduire les franchisés, la société doit diversifier ses produits. C'est alors qu'elle commence à collaborer avec des designers renommés tels que Pierre Paulin ou Marc Berthier. C'est un sans-faute. Roche Bobois devient une marque à part entière reconnue pour sa qualité et son authenticité. 

Le succès venant, place à l’internationalisation. Le groupe s'intéresse aux pays francophones limitrophes (Belgique, Luxembourg, Suisse), mais s'implanter aux Etats-Unis reste le principal objectif. Un obstacle persiste, la barrière de la langue. Roche Bobois choisit alors Québec pour ouvrir en 1973 son premier magasin en Amérique du Nord, avant de pénétrer le marché américain dans les années qui suivent. 

C’est également au début des années 80 que Roche Bobois élargit son offre en créant la collection Les Provinciales qui réinterprète le mobilier de tradition française tandis que les années 90 sont représentées par la tendance du métissage avec la croissance du mobilier ethnique. 

L'entrée de la marque dans le XXIe siècle est marquée par deux évolutions importantes: l'expansion internationale et le développement d'un partenariat toujours plus riche avec des designers, architectes et créateurs de renom. 

L’univers de la décoration et de la haute couture sont intimement liés et Roche Bobois a été pionnier en établissant des liens entre ces deux univers, il y a près de 15 ans. Les partenariats noués entre Roche Bobois et des maisons de couture telles que Kenzo, Missoni, Ungaro, Gaultier ou Sonia Rykiel sont là pour en témoigner. 

L'éco-conception, la page verte

Mais ces dernières années resteront surtout marquées par l'apport créatif de Jean Paul Gaultier. A l'occasion des 50 ans de Roche Bobois en 2010, le couturier français a signé une collection "Art Déco" avec la marque. Des modèles poétiques et colorés, qui rappellent les codes intemporels de son créateur tels que les imprimés matelot et la dentelle sérigraphiée."La collaboration avec Jean Paul Gaultier nous a apporté une plus grande visibilité, en France comme à l’international. Gaultier est sans conteste une véritable icône de la mode à travers le monde", a expliqué à FranceSoir Gilles Bonan, président du directoire de Roche Bobois.

Depuis quelques années l’entreprise se soucie particulièrement d’écologie, dans la conception de ses produits. Précurseur en la matière, la marque, persuadée que la qualité environnementale est aussi importante que celles de fabrication, de créativité et d'innovation, a lancé à en 2005 sa première collection totalement éco-conçue: Legend, dessinée par le designer français Christophe Delcourt. "Nous menons ainsi une politique d’accompagnement de nos fournisseurs afin que ceux-ci répondent à la norme iso 14001 et réduisent l’impact de leur fabrication sur l’environnement".

Après plus d’un demi-siècle, la compagnie de meubles, qui a enregistré un chiffre d'affaires de 409 millions d'euros en 2014, dont 55% à l'export, compte 250 points de vente et a pour projet d'ouvrir cette année une quinzaine d'autres magasins, au Canada, en Allemagne, aux Etats-Unis, en Roumanie et même au Guatemala.  

 

Le meuble de séjour "Minvielle" créé en 1960.

Commentaires

-