Erik Clavery et La Traversée des Pyrénées.

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Erik Clavery et La Traversée des Pyrénées.

Publié le 30/06/2020 à 16:57 - Mise à jour à 17:44
Arnaud Fillion
PARTAGER :

Auteur(s): Arnaud Fillion pour FranceSoir

-A +A

Le regard est bleu acier, la mâchoire carrée, la posture droite et tonique. A la première rencontre, Erik Clavery dégage une impression de  force et de volonté.

Et de la volonté il va en falloir des quantités illimitées quand on va s’attaquer, comme lui le 5 juillet prochain, à un projet hors norme,  presque démesuré. Une aventure inaccessible pour le commun des mortels. Traverser les Pyrénées en ultra trail. Joindre la Méditerranée à l’Atlantique, en suivant le GR10.

900km, 55 000m de dénivelé positif, 10 jours.

Des chiffres qui donne le tournis et un sentiment d’impossibilité, même aux sportifs aguerris.

Fidèle à la célèbre citation de Mark Twain : Ils ne savaient que c’était impossible, alors ils l’ont fait, Erik nourrit son mental d’exception en refusant de se laisser polluer par les opinions négatives d’autrui. Admirateur de Mike Horn, d’Emile Zatopek, de tous ces athlètes et aventuriers qui, toujours, repoussent les limites des capacités humaines, il a choisi, pour fêter ses quarante ans, de s’attaquer au record de cette traversée. Record détenu par Thierry Corbarieu depuis 2018, en 12 jours et 10 heures.  Pour remettre en perspective, un randonneur classique effectue ce parcours en 55 jours.

Né en Normandie et établi dans le vignoble nantais, ce père de 3 jeunes enfants a grandi dans une famille bercée par le sport et l’aventure. Des parents professeurs d’EPS, un frêre également prof de gym, des vacances tournées vers la nature et le voyage, que ce soit, dès tout petit, avec de grandes randonnées à pieds dans les Pyrénées (déjà !) ou bien, un peu plus tard, en Grèce, en mode Koh Lanta où l’on va d’île en île et on se nourrit de sa propre pêche, tout prédestinait Erik à une vie de sportif et d’aventurier.

Il commence par le triathlon où ses qualités physiques naturelles s’expriment très vite. Après avoir débuté à 23 ans à l’Embrunman (une référence en matière de difficulté dans la catégorie Ironman), il passe sous la barre des 9H à l’Ironman de Roth en Allemagne et participe en deux occasions aux championnats du monde à Hawaï.

En 2008, il débute en trail et oriente sa carrière vers la course à pied. Les résultats viennent très vite, culminant en 2018, avec les titres de champion et recordman de France des 24H. Champion du monde de trail 2011, vainqueur de la Saintélyon et de la Transmartinique, 2 fois 4ème à la Diagonale des Fous, 6ème et 8ème à l’UTMB. Possédant des facultés de récupération physiologique très poussées, il brille lors des épreuves par étapes, terminant 5ème du Marathon des Sables en 2016, 3ème du MDS Pérou en 2017 et remportant le Grand to Grand aux Etats-Unis, également en 2017.

Désireux d’appliquer sa maxime personnelle, qui est d’orienter sa vie autour des 4 “P” que sont le Plaisir, la Passion, le Partage et la Performance, il prépare depuis 18 mois son projet de traversée des Pyrénées avec la plus grande minutie et un professionnalisme exemplaire.

Rien n’est laissé au hasard.

D’abord, l’entrainement. De la course à pied, bien sûr, avec quelques reconnaissances sur le GR10, du vélo, afin de soulager les articulations et en favorisant de gros volumes d’effort, du renforcement musculaire, pour tonifier et muscler le haut du corps, souvent soumis à rude épreuve lors des aventures ultras. Même le confinement, qu’il scrupuleusement respecté, ne l’a pas arrêté. Il a maintenu ses entraînements quotidiens en intérieur, grâce à son home-trainer et à son tapis de course automatique. Ensuite, la gestion du sommeil et de la récupération. Travaillant avec des scientifiques et des coachs, fort de l’expérience d’autres athlètes, Erik a choisi de privilégier les cycles de sommeil complets (1H30), plutôt que l’approche micro-siestes, et en effectuera au moins deux pour dormir entre 3H30 et 4H par nuit.

Enfin, la logistique, optimisée pour maximiser le temps de course et minimiser les temps d’arrêt. Avec 4 véhicules en soutien, dont un camping-car conduit par son épouse et destiné à ses moments de repos et de restauration, deux kinés, une équipe audio-vidéo, deux équipiers qui l’accompagneront sur une partie du trajet, Erik sera parfaitement entouré.

Même la date du départ a été choisie à dessein : le 5 juillet est une nuit de pleine lune, la seule où il ne dormira pas afin d’effectuer une première étape longue, quasiment autant de temps course que lors d’un ultra trail de type UTMB. Et fidèle au “P” de partage, Erik invite tous ceux qui le souhaitent à venir l’accompagner sur une partie du parcours. Pour ce faire, il sera équipé d’une balise GPS, grâce à laquelle on pourra le localiser en permanence. 

Pour le suivre :

- En temps réel sur son site WEB : http://www.erikclavery.com

- Sa page Facebook : https://www.facebook.com/erikclaverytrail/

- Sur Instagram : https://www.instagram.com/erikclavery/

 

 

Auteur(s): Arnaud Fillion pour FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Erik Clavery

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-