Dans une fratrie, l'aîné serait le plus intelligent

Dans une fratrie, l'aîné serait le plus intelligent

Publié le :

Vendredi 23 Octobre 2015 - 17:53

Mise à jour :

Vendredi 23 Octobre 2015 - 18:01
©Gile Michel/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L’aîné d’une fratrie aurait un plus gros quotient intellectuel que ses cadets. C’est le résultat surprenant d’une étude scientifique allemande qui explique ce fait par l'éducation.

Si dans une fratrie, il peut arriver qu'il y ait un ou une préféré(e), une récente étude allemande tend à prouver qu'il y a aussi un ou une plus intelligent(e) que ses frères et sœurs. Et c'est l'aîné. En effet, chaque nouvel enfant d’une famille aurait un quotient Intellectuel (QI) moins élevé que son ou ses prédécesseurs, l’aîné de la fratrie étant le plus intelligent de tous.

Telles sont les conclusions surprenantes des travaux d'une équipe de scientifiques de l’Université de Leipzig (Allemagne) dont les résultats viennent d’être publiés cette semaine dans la revue spécialisée PNAS

Pour mener leur enquête, les chercheurs ont analysé trois études, dont une de grande envergure menée au Royaume-Uni sur 20.000 personnes. Des tests de QI mais aussi tests de personnalité ont été passés au crible pour tenter de savoir s’il y avait un lien entre "différences cognitives majeures et rang occupé au sein de la fratrie".

Selon les observations des chervcheurs, les aînés auraient en moyenne 1,5 point d'avance sur l'enfant suivant, qui aurait également ce point et demi d'avance sur celui d'après et ainsi de suite... Pour les chercheurs, il n'y a absolument aucun doute: tout est une question d'éducation.  Bénéficiant d'une plus grande attention de la part de leurs parents, ils participent aussi plus tard à l'apprentissage de leurs cadets et cette transmission du savoir requiert certaines capacités qui, une fois acquises, ont un impact sur l'intelligence. "Enseigner des choses aux autres demande des capacités cognitives élevées", explique Julie Rohrer, l'une des auteurs de l'étude. "Les enfants doivent se rappeler de leurs propres apprentissages, les structurer et les mettre en forme afin de les rendre explicables à leurs petits frères et petites sœurs, ce qui peut engendrer une hausse de l’intelligence chez les aînés", ajoute-t-elle.

Pas d'inquiétude pas tous les cadets et benjamins, cette étude reste une moyenne.

 

 

 

Dans une fratrie, l'aîné aurait un QI légèrement supérieur à celui de ces frères et soeurs.

Commentaires

-