Précarité: les femmes SDF de plus en plus nombreuses

Exclues parmi les exclus

Précarité: les femmes SDF de plus en plus nombreuses

Publié le :

Vendredi 18 Décembre 2015 - 10:38

Dernière mise à jour :

Vendredi 18 Décembre 2015 - 10:45
La moitié des SDF ayant appelé le 115 en novembre pour obtenir une aide d'urgence ne se seraient pas vu proposer de solution, selon le baromètre des associations de réinsertion sociale réunies en fédération. Autre constat: de plus en plus d'appels émanent de femmes sans abri.
Facebook icon
Twitter icon
Google icon
©Bulent Kilic/AFP
-A +A

Un sans-abri sur deux ayant sollicité le 115 pour obtenir un hébergement est resté sans solution en novembre, selon le baromètre 115, qui constate également une hausse du nombre de femmes qui appellent et un manque criant de réponses pour elles. En novembre, 23.000 personnes ont fait 94.500 demandes d'hébergement au 115, dans les 45 départements du baromètre géré par la Fédération nationale des associations de réinsertion sociale (Fnars).

Comme chaque année à cette époque, ces demandes sont en légère baisse par rapport à octobre (-700 personnes, soit -3%). Grâce aux ouvertures de places hivernales début novembre, la répétition des demandes diminue en effet un peu (4,1 demandes en moyenne contre 4,2 en octobre). Ainsi le taux d'attribution s'est amélioré en novembre (+18%) avec les places hivernales et une légère hausse du recours aux places en hôtel (+7% par rapport à octobre). 35% des demandes ont donné lieu à un hébergement (33.500 attributions), contre 29 % en octobre.

Mais "globalement on reste sur une situation tendue", avec 11.400 personnes jamais hébergées sur 23.000 demandes, soit une personne sur deux, a souligné à l'AFP le directeur général de la Fnars Florent Gueguen.

Les femmes sont de plus en plus nombreuses à appeler le 115 (+5% par rapport à novembre 2014), souligne M. Gueguen. "Ça représente 2.400 femmes isolées et 1.500 femmes seules avec enfants (2.400 enfants)", dit-il. "Ce public est le plus fragile à la rue, le plus souvent victime de violences, et paradoxalement c'est le moins protégé", dénonce-t-il.

Ainsi, 49% (+8 points par rapport à novembre 2014) des femmes isolées n'ont jamais eu de place d'hébergement après leurs demandes au 115, contre 46% des hommes isolés. Une situation liée surtout au manque de places spécifiques pour elles (beaucoup refusent les centres d'hébergement mixtes par crainte d'agressions).

De même, 51% des femmes seules avec enfants n'ont jamais été hébergées. Celles qui sont hébergées le sont majoritairement à l'hôtel (58%). Elles sont touchées de plein fouet par la réduction du recours à l'hôtel et l'insuffisance de réponses alternatives: 30% d'attributions en moins vers l'hôtel entre novembre 2014 et 2015, et -9% d'attributions en centre hébergement.

De son côté, le 115 de Paris, géré par le Samu social, a enregistré 26.900 demandes d'hébergement en novembre, dont 60% non pourvues. Là aussi, elles touchent particulièrement les personnes en famille et les femmes seules: 57% ne sont pas hébergées suite à leur demande.

 

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

Le 115 a reçu les appels de 2.400 femmes isolées et 1.500 autres avec des enfants, en novembre.